AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez|

« Un phénomène au Masculin » [ PV JAMES EVANS ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: « Un phénomène au Masculin » [ PV JAMES EVANS ] Sam 5 Mar 2011 - 22:52

Un certain nombre de jour s’étaient écoulés. Depuis leur dispute, James et Keiichi ne s’étaient pas revus. Il n’avait pas remit les pieds chez lui et aucune nouvelle n’était parvenu de l’autre. Un bien ou un mal, il n’en avait aucune idée mais les paroles de James, bien avant qu’il ne lui claque la porte à la gueule l’avait légèrement perturbé.

Ce matin là, il s’était levé tôt, dans les environs de midi. La nuit avait été pourtant longue mais il avait besoin de sortir de cet endroit pourrit. Les yeux cernés et pourtant bien certain de vouloir ce qu’il souhaitait, il sortit pour prendre conscience de certaines choses. Et puis, l’air lui ferait le plus grand bien avant d’aller dépenser son fric à acheter des accessoires, gadgets et fringues en tout genre pour ses soi-disant ‘soirées’.

En compagnie du désespoir mélangé à la fatigue, il se dirigea machinalement jusqu’à un parc. Il y avait trouvé un banc de libre et continua sa route pour s’y asseoir. Aujourd’hui, il avait du cul, pratiquement personne et le soleil s’était pointé. C’était le seul petit rayon qui lui illuminait la journée. Durant quelques minutes, il regardait les gens passer, toutes sortes de personnes, de toutes sociétés, de toutes formations, aussi bien des femmes au foyer jusqu’à l’homme d’affaire qui court avec son téléphone portable à la main. C’était vrai. James avait raison. Le fait de voir ses personnes avoir une vie parfaitement tracé, il réagissait en pensant qu’il ne pouvait se permettre de faire la putain jusqu’à la fin de sa vie, il ne pourrait pas demander dans quelques années un coup de main de ses vieux parce qu’il n’a plus un rond. Que pouvait-il faire pour s’en sortir ? Il était totalement dans la merde ! Lui, qui était pourtant jeune et avec une vie devant lui, il l’avait pourrit en devenant ce qu’il était devenu. « J’aurai mieux fait de rester chez mes vieux, à bosser dans un fast-food à la con quelques heures par semaine ! » pensa t-il. Bien sûr, c’était trop tard.

Il soupira profondément, rien que de se souvenir des paroles de James, ça le gonflait et retournait les sens. Aujourd’hui, lui dire « Pardon ! » était complètement déplacé.

Il se sortit de ses pensées et prit la peine de sortir son téléphone de sa poche pour ainsi voir l’heure. Il était temps de se bouger le fion ! La journée passait tellement vite et sa nouvelle soirée allait débuter, rien qu’à cette idée, il n’avait rien envie de foutre, mais il n’en avait pas le choix. Péniblement, il leva son cul du banc et quitta le parc pour prendre la direction du centre-ville et prendre la route d’un endroit bien particulier : Le Sex-Shop !

L’enseigne clignotait, on ne grillait même pas la lumière s’allumer et s’éteindre en pleine journée, rien ne semblait empêcher le propriétaire de bouffer l’électricité et de payer une facture monumentale pour de la merde. En essayant de se faire discret, il entra dans la boutique. Apparemment un habitué, il salua d’un geste de la tête le mec qui se trouvait être le caissier. Il avait une tête bizarre, au sens où Keiichi ne l’aimait pas du tout. Ce type avait une affreuse manie de garder son regard fixé sur lui, ou plutôt ses fesses et quand il était venu le moment de payer ses achats, il avait le culot de lui faire du rentre-dedans avec des sous-entendus les plus tordus et les plus dégueulasses qu’il soit. Rien que de s’en souvenir, il en avait la gerbe ! Il fonça tête baissé derrière les rayons pour ne plus voir cette tronche de tordu.

Il semblait tourner en rond depuis des heures. Il n’avait trouvé qu’un à deux objets utiles et encore…, se fut quelques mètres plus loin que quelque chose le stoppa net dans sa route. Il était là ! En face de lui ! Il avait toujours cette gueule de mec pas aimable et qui effraie. Keiichi aurait voulu faire demi-tour ou faire semblant de ne pas l’avoir vu mais c’était trop tard. Il l’avait vu et James aussi…
Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « Un phénomène au Masculin » [ PV JAMES EVANS ] Dim 6 Mar 2011 - 11:56

Depuis dix heures du matin, James tournait dans le quartier de Harajuku où il s'était pratiquement ruiné en fringue. La fin de mois allait être difficile, il n'allait pas toucher les sous que lui apportait les heures de cours avec Keiichi et en plus de ça le Londonien venait d'avoir une crise d'achat en tout genre pire qu'abusive. Il avait acheté deux pantalon et trois t-shirts chez h.Naoto avant de filer chez Atelier BOZ pour se prendre encore un pantalon sans oublier la boutique Black Peace Now où une magnifique chemise le fit craquer. Il passa aussi chez Sex Pot Revenge pour acheter une veste avant de passer dans une bijouterie qui vend quelques petites bricoles de chez Viviennes Westwood. Là, James signa sa ruine. Il acheta trois bagues, une bague armure, une en forme d'orbe qui s'ouvre et une sorte de chevalière avec l'inscription "Too Fast To Live, Too Young To Die" graver dessus. Il prit aussi des boucles d'oreilles et un collier avec un poing américain en argent en guise de pendentif. Voilà, il était pratiquement à la rue, mais affreusement heureux de cette fatalité. Il partit ensuite vers le Sex Shop, mais pourquoi James irait dans un endroit pareil?! Il détestait les Sex Shop, les fuyaient autant qu'il le pouvait, ce genre d'endroit lui foutait une gerbe monstre . . . Mais il ne connaissait que cet endroit pourrit pour avoir des menottes de qualité. Pourquoi des menottes? Histoire d'en avoir toujours une père accroché à ça ceinture, ça peut s'avérait affreusement utile quand on cherche à avoir un accessoire de plus dans sa tenue du jour ou tout simplement quand on a envie d'attacher son copain aux barrots du lit avant d'aller faire du shopping en le laissant comme un gros con. James soupira avant de pousser la porte de ce lieux qu'il détestait tant. Le caissier lâcha un petit cri de surprise en voyant James entré. Ouais, c'était pas tout les jours qu'un métisse comme James, qui, il faut le dire, était un beau gosse pas possible bien que peu aimable, se ramener dans ce genre de boutique. Le caissier sortit de derrière son comptoirs, un sourire de vieux pervers sexuel aux lèvres.

"Bonjour...Vous désirez quelque chose en particulier jeune homme?"

L'homme avait prit un ton mielleux insupportable tout en se rapprochant de James qui lui lança un regard noir. Il resta sans voix. Mon Dieu! Mais c'était quoi ce truc, il était humain ce mec ou c'était un chien en rûte?!? Le Londonien n'avait qu'un envie, prendre le plus gros gode du magasin pour le frapper avec avant de lui foutre au fond de la gorge. Mais James resta calme, très calme...Un peu trop, tant qu'il en devenait inquiétant.

"J'ai envie d'être tranquille, d'acheter une paire de menotte de qualité et de me casser de ta boutique puante. Maintenant t'oublies pas présence ou je te rend impuissant avec un simple coup de pied bien placé."

James avait dit tout ça avec un adorable sourire aux lèvres sur un ton calme, comme si de rien était. Il laissa alors le pauvre gars retourné derrière sa caisse, blanc comme la mort. Une fois dans le rayon des menottes, James posa ses sacs au sol. Bordel, pourquoi y avait-il tant de choix? Il regarda les menottes en expositions, celles qu'on pouvait toucher et testés. Il en prit une qu'il prit entre chaque main. A première vu, la qualité avait l'air satisfaisante. Mais quand James tira dessus pour voir sa résistance il fut surprit de voir la paire de menotte se casser. Mhhhhhh... Qu'elle merde. Il planqua le cadavre de menotte sous un meuble avant de faire le même sort à toutes les autres menottes qui lui tombèrent sous la main. Il cassa une bonne quantité de menottes avant de tomber sur LA paire parfaite, digne d'un officier de police! Il sourit et prit une paire emballée quand il leva les yeux pour regarder autour de lui, et là, ce fut limite un choque. Keiichi se trouvait pile poile face à lui, juste quelques petits mètres les séparait. Premier reflex de James? Lever les yeux au ciel. Bordel de merde, fallait qu'il croise ce gamin dans ce genre de boutique! Mais sérieux, il pouvaient pas se croiser dans un parc, un truc gentillet? Nooooon, ils devaient se croiser dans un sex shop tennue pas un gros pervers qui devait déjà avoir une bonne dizaine de viol dans sa cabine d'essayage à son actif. Une fois remit de son petit choque, James lança un sourire à Keiichi...Qui ne semblait pas ravis de le voir! Normal, après s'être fait claquer la porte de l'appartement de James à la gueule, il n'y avait pas de quoi être heureux. James reprit ses sacs et s'approcha de Keii.

"C'est bien le dernier endroit où je pensais te croiser...Je sais pas si c'est pareil pour toi, mais ce mec est un gros malade...Tu devrais pas trainer trop longtemps ici j'ai l'impression qu'il est en rûte ce pauvre gars et comme t'es mignon il risque de te faire du rentre dedans... Comme à moi!"

Il regarda alors Keiichi avec plus d'insistance. Bon, en quelques jours il n'avait pas changé, c'était toujours le même gamin à tête d'imbécile heureux qui plaisait à James. Il regarda alors ses articles. Ben dis-donc! Pour un petit jeune il allait beaucoup plus loin que James avec ses menottes! Il paya alors ses menottes qu'il déballa sous les yeux du vendeur qui devait se demander ce que James allait faire.

"C'est pas pour vous, grosse folle!"

Lança James au vendeur avant d'attacher ses menottes à sa ceinture. Aujourd'hui, le Londonien avait optait pour un t-shirt déchirait de toute part avec un imprimé des Sex Pistols dessus. Il portait aussi une veste en cuir rapiécé à quelque endroit ainsi qu'un pantalon noir avec une multitude de ceinture cloutées qui faisait une bonne "décoration" comme disait James. Ses creepers à semelles double le faisait encore plus grand qu'à l'origine, il dépassait maintenant les 1m90 et était encore plus impressionnant que d'habitude. Enfin il avait maquillé ses yeux de façon à faire ressortit leur couleur bleue ainsi que son habituelle regard percent. Bref, un tombeur quoi.James sortit une clope de son paquet en se tournant vers Keiichi.

"Alors, tu es calmé depuis l'autre jour?"

James Evans

< FAN >
avatar

Messages : 367
Date d'inscription : 31/12/2010

Carte d'identité
Statut: Célibataire
Rencontres/Liens:
Particularité ?: A un caractère de chien.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « Un phénomène au Masculin » [ PV JAMES EVANS ] Sam 12 Mar 2011 - 14:27

« C’était bien le dernier endroit où je pensais te croiser… Je sais pas si c’est pareil pour toi, mais ce mec est un gros malade… Tu devrais pas trainer trop longtemps ici, j’ai l’impression qu’il est en rûte ce pauvre gars et comme t’es mignon, il risque de te faire du rentre-dedans… Comme à moi ! »

Keiichi ne s’attendait certaine pas à faire cette rencontre. Pas aujourd’hui, mais surtout par ici. Il semblait que ce genre d’endroit ne soit pas au goût du Londonien et pourtant, il était bel et bien en face de lui.

Ah James ! Si tu savais que ce mec qui tient cette boutique est un pur satyriasis qui prend tout ce qui bouge qu’il soit merveilleux ou non. Tu serais déjà partit en courant,… ou pas.

Problème ou non, Keiichi ne savait quoi dire, ni comment agir face à James. On aurait pu le prendre pour une gamine qui voulait faire la révélation amoureuse de l’année face à un type dont elle est accro, et qu’au final, elle s’était mangé une poubelle en retour. Keiichi prit sur lui et préférait regarder ce que venait chercher James ici. Des menottes ? Il s’était trouvé un mec entre temps ? Il n’avait pas prit la peine de répondre à son interrogation que James était parti payer son achat. Il l’avait suivit comme un bon toutou, jusqu’à la caisse, mais il souhaitait surtout partir précipitamment, il en avait assez vu pour aujourd’hui.

Rapidement, Keiichi passa à la caisse après James. Le mec en face de lui tirait toujours cette tête de : « Baise avec moi vite fait ! » et ça commençait sérieusement à lui casser les burnes. Il avait déjà eu beau l’envoyer balader, celui-ci s’accrochait toujours comme un dératé. Il s’activa pour payer ses achats et ainsi fuir du champ de vision aussi bien de la ‘Grande Folle’, mais aussi du ‘Vieux Con’ pour rentrer chez lui, mais James semblait vouloir changer ses plans.

« Alors, tu es calmé depuis l’autre jour ? »

Eh voilà, ça recommençait ! Il en était sûr, ils allaient se bouffer la gueule devant un type complètement taré qui savait pourtant bien ce qu’il faisait comme boulot. Il s’empressa de ranger ses achats dans un sac plastique que l’autre con lui avait filé entre-temps et ne dirigea à la moindre occasion ses yeux vers James.

« Je n’étais pas énervé ! C’est toi qui est un con qui ne sait pas agir correctement. A cause de toi, j’ai eu des bleus sur la gueule, le patron m’a engueulé, j’me suis tapé des vieux croutons pendant tout ce temps, c’était dégueulasse ! J’te remercie pas sur ce coup là ! »

Il prit son sac dans sa main pour entreprendre de quitter la boutique. Il aurait surtout préféré que James ne vienne pas à le suivre.
Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « Un phénomène au Masculin » [ PV JAMES EVANS ] Sam 12 Mar 2011 - 17:34

James leva les yeux au ciel. Ce n'était pas de sa faute si Keiichi avait dû se taper des vieux. Après tout, c'était son rôle en tant que pute, non? De toute façon James l'avait dit à Keiichi : S'il avait un seul soucis avec son patron, Keii devait lui dire histoire que le Londonien arrange le coup. James poussa un soupire avant de sortir du magasin du gros dégueulasse d'obsédé. James s'alluma alors une clope en attendent que Keiichi sorte de la boutique, dès que le jeune pointa le bout de son nez James l'attrapa doucement par l'épaule en le faisant venir vers lui.

" Je te l'ai déjà dit, si tu avais un soucis par rapport aux blessures que je t'ai faites il fallait me le dire pour que j'arrange les choses! Merde Keiichi, tu te fais pourrir alors que t'aurais pu t'en sortir tranquille de cette histoire! Mais bon maintenant s'est passé et tu sais aussi que je suis désolé de m'être emporté comme ça...De toute façon je ne sais pas me contrôler, donc bon..."

James finit alors sa clope en silence avant de sourire en se souvenant de la phrase de Keii.

"T'en as marre de te taper des vieux croutons? Pourtant, ça fait partie de ton job Keiichi. Si t'en as vraiment marre t'as cas sortir avec moi. Tu verras, même tes plus beaux clients sont de véritables bouseux à côté de moi!"

Le jeune homme lâcha alors un petit rire avant d'aller sur un banc qui se trouvait non-loin de là. Il s'y assit avant de sortir son sac de chez Vivienne Westwood. Il mit alors ses boucles d'oreille, son collier et ses bagues avant de ranger tous ses petits sacs de shopping dans le plus grand. Quand ce fut chose faite, James s'étira un petit sourire aux lèvres. Il profita alors du soleil et sorti un bouquin de son gros sac à main (oui il a des accessoires pas possible Jamsou) avant d'étendre ses longues jambes sur le banc. Une fois calé il n'eut pas le temps de lire deux mots que deux gamines rappliquèrent. Apparemment elles étaient étrangères, mais elle essayait de parler dans un Japonais douteux à James qui éclata de rire. Il dû se tenir le ventre tant il rigolait. Une fois calmé il leur parla en anglais, ayant pratiquement zapé le fait qu'il avait en gros proposé à Keiichi de sortir avec lui-même pas deux minutes avant! James discuta alors avec les deux nanas, apprenant rapidement qu'elles étaient Françaises. Le Londonien sourit et se mit à parler un très bon français avec les filles... Il est plein de surprises cet homme dis-donc! Au final, tout ce qu'elles voulaient c'était une photo de James qu'elle trouvait beau et hors du commun. C'est vrai que des modèles de bonhomme comme James ça ne courait pas les rues. Notre gros pépère accepta et se redressa en sourient, posant pour les filles qui le remercièrent mille fois avant de partir en couinant des trucs genre "Haaaan il était trop beauuu haaaan". James tourna alors la tête vers Keiichi, un sourire de tombeur aux lèvres.

"Tu vois, j'fais fondre le monde entiers!"

Il fit alors un clin d'oeil à Keiichi avant de se remettre sur son banc, adossé à son gros sac de shopping. James finit par sortir ses lunettes de soleil et reprit sa lecture, lançant des coups d'oeil vers Keii qui avait apparemment décidé de prendre racine devant le Sex Shop. Ste classe, ste méga classe même! Il esquissa alors un sourire avant de poser son livre.

"Tu comptes prendre racine encore longtemps, ou je te fais une place sur le banc histoire d'essayer de tout reprendre à zéro? J'ai pas envie d'avoir d'embrouilles avec toi, vraiment pas envie même. Ce que j'aimerai c'est que tu reviennes à la maison et qu'on reprenne nos leçons...Les livres t'attendent encore en plus. Penses pas que je fais ça pour la tune. T'as des capacités et t'as envie de continuer tes études alors c'est normal que j'ai envie de t'aider."

James ferma alors sa bouche et baissa la tête. Oui, il voulait aider Keiichi...Mais il voulait aussi avoir une présence chez lui. Les jours devenaient de plus en plus longs et James commençait à comprendre que la solitude ne lui réussissait pas plus que ça au final, voir pas du tout.
James Evans

< FAN >
avatar

Messages : 367
Date d'inscription : 31/12/2010

Carte d'identité
Statut: Célibataire
Rencontres/Liens:
Particularité ?: A un caractère de chien.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « Un phénomène au Masculin » [ PV JAMES EVANS ] Sam 12 Mar 2011 - 19:21

Le pied sur une terre paisible, plus ou moins en sécurité des yeux vicieux du mec à l’intérieur de la boutique, il pouvait enfin respirer tranquillement sans craindre de se prendre une main au cul. Cependant, le nommé ‘Vieux Con’ en avait profité pour foutre lui aussi les pieds dehors. Quelle merde ! Keiichi préféra continuer sa route sans même adressé une parole, un regard vers James qui s’obstinait à attendre, à l’attendre ? Mais alors, qu’il était prêt à le laisser en plan, une main se posa sur son épaule et le tourna sur lui-même pour lui faire face. A présent, il ne pouvait s’échapper et ça lui posait un énorme problème !

« Je te l’ai déjà dit, si tu avais un souci par rapport aux blessures que je t’ai faîtes, il fallait me le dire pour que j’arrange les choses ! Merde Keiichi, tu te fais pourrir alors que t’aurais pu t’en sortir tranquillement de cette histoire ! Mais bon maintenant s’est passé et tu sais aussi que je suis désolé de m’être emporté comme ça… De toute façon, je ne sais pas me contrôler, donc bon… »

Qu’est-ce qu’il en savait qu’il pouvait s’en sortir ? Comment pouvait-il dire aussi qu’il avait eu des problèmes à cause de ses blessures ? James se foutait royalement de sa gueule. Comme-ci du jour au lendemain, il aurait pu se pointer devant sa porte en lui demandant de l’aide par rapport à ces conneries. « Fait chier ! » C’était le cas, la situation les lui brisaient, en fait, c’était plutôt l’affreux personnage en face de lui qui lui prenait la tête. « Désolé, désolé… » Il disait ça si facilement ! A bout de nerfs, sa mâchoire s’était serrée. Il aurait voulu lui foutre son poing dans la gueule à son tour pour faire comprendre à quel point ça pouvait être désagréable.

« T’en as marre de te taper des vieux croutons ? Pourtant, ça fait partie de ton job Keiichi. Si t’en as vraiment marre t’as cas sortir avec moi. Tu verras, même tes plus beaux clients sont de véritables bouseux à côté de moi ! »

« Ça fait partie de ton job ! » Non mais quelle blague, il lui sortait là ! Il ne faut pas croire que dans ce genre de boulot on se tape que des grosses merdes à moitié dégueulasse ou quelque chose dans ce genre. Heureusement, que par moment des beaux mâles venaient à pénétrer aussi bien dans la Résidence que dans lui, sinon il ferait une overdose et aurait déjà sauté par la fenêtre ! Qu’est-ce que cette histoire… QUOI ?! Keiichi resta bloqué sur les dernières paroles que venaient de prononcer James. Il n’y croyait pas. Ses oreilles lui jouaient un mauvais tour, sans doute. Une blague. Une grosse blague ! C’est ça ? Keiichi leva les yeux vers James. Non, il n’affirmait rien ! Il allait s’asseoir et enfilait ses accessoires à la con qu’il n’appréciait pas vraiment. « Bordel de merde d’enfoiré de saloperie ! » Il ne savait plus où placer ses idées. Sortir avec lui ? C’est impossible ! Ils sont comme chien et chat et ne se supporte pas. Bon, d’accord, il pouvait le blairer mais il l’énervait au plus au point. Au point, ils pouvaient se frapper à la gueule pendant des heures. Mais alors que Keiichi voulait affirmer que l’autre lui racontait une belle connerie, deux nanas étaient en train de faire les pimbêches devant James. Celui-ci d’ailleurs, s’était mit à prononcer des mots que même Keiichi lui-même ne comprenait rien. « Continue tes études, tu as raison ! », quelle connerie pensa t-il, mais au fin fond de lui, cette vue, ces attitudes le rendaient, jaloux ? Non ! Ça aussi, c’est une blague de son fort intérieur. Encore une blague… « Tombe pas dans le piège Keiichi ! Il le fait exprès ! » Encore une fois, l’envie de lui dire d’aller se faire voir le prenait, mais James avait préféré jouer le beau gosse en affirmant :

« Tu vois, j’fais fondre le monde entier ! »

« Et mon cul, c’est du Chicken Wings ?! » voulait-il renchérir. Seulement, ça le prenait un peu plus aux tripes, ça lui tournait même l’estomac. Les deux gonzesses s’étaient barrées et c’était tant mieux. L’autre gugusse avait préféré s’étaler de tout son long sur un banc.

« Tu comptes prendre racine encore longtemps, ou je te fais une place sur le banc histoire d’essayer de tout reprendre à zéro ? Je n’ai pas envie d’avoir d’embrouilles avec toi, vraiment pas envie même. Ce que j’aimerai c’est que tu reviennes à la maison et qu’on reprenne nos leçons… Les livres t’attendent encore en plus. Ne pense pas que je fais ça pour la tune. T’as des capacités et t’as envie de continuer tes études alors c’est normal que j’ai envie de t’aider. »

Keiichi reprit sur lui. Le calme était réapparut entre eux deux et il ne voyait pas la raison pour lui faire comprendre qu’il était encore plus con qu’auparavant. Il était temps d’enterrer la hache de guerre. Ainsi, Keiichi se mit à séparer les mètres qui les séparaient. Rapidement, il se retrouva aux côtés de James et la seule idée qui lui vint à l’esprit, c’était de l’emmerder. Alors, il préféra s’asseoir carrément sur James au lieu d’attendre que celui-ci pousse ses jambes pour lui laisser une place.

« Ne me demande pas au mariage si rapidement. Tu pourrais te faire du mal !

Dis… Tu étais sérieux avec cette histoire de ‘sortir avec toi’ ?
»


Un long silence passa avant que l’un des deux décida de prendre la parole.
Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « Un phénomène au Masculin » [ PV JAMES EVANS ] Sam 12 Mar 2011 - 21:01

James mit ses lunettes de soleil sur sa tête et sourit en voyant Keiichi s'asseoir sur ses jambes. Ben dis-donc, apparemment le jeune homme avait décidé d'arrêter de tirer la gueule pour rien! Ah? James lui avait demandé de sortir avec lui . . AH OUI C'EST VRAI! Ahhh, quel nigo ce James, il avait déjà oublié! Mais ça, il le camoufla à la perfection, accordant un magnifique sourire à Keiichi. Pourquoi pas, hein? Il était sérieux sur le coup, alors pourquoi pas lui demander pour du bon? Après tout, on sort avec quelqu'un pour apprendre à le connaitre, apprendre à l'aimer même parfois! Mais bon, un gosse comme Keiichi est prêt à ce genre de choses? James entends par là une relation sérieuse et stable. Bon ok, il y aurait le job de James qui leurs empêcheraient d'être ensemble les nuits et celui de Keiichi qui foutrait le bordel dans bon nombre de couples . . . Mais pourquoi pas malgré tout ça? Pourquoi pas tester leur "aptitude" à accepter les choses les plus négatives de l'autre? Bon bref, James arrêta de se dire de telles choses! Il hocha la tête, sourient toujours à Keii.

" Je suis toujours sérieux, sauf dans certains moments et là j'ai la joie ou le regret de t'annoncer que j'étais extrêmement sérieux! Et ne t'inquiètes pas, je ne suis pas du genre à m'agenouiller devant un gars pour le demander en mariage, j'suis plus du genre à faire ça pour défaire son pantalon et lui faire un truc sympa...Enfin quand le mec en question sort avec moi et ... Oh et je dérive là! Donc ouais, ouais je t'ai demandé de sortir avec moi et c'était on ne peut plus sérieux!"

James s'étira alors, sourient toujours autant. Il sortit une clope qu'il s'alluma avant de regarder Keiichi apparemment super bien sur ses jambes. Le Londonien prit alors un sachet dans son gros sac de shopping qu'il posa non loin de la place qu'occupait Keiichi sur ses jambes. Il attrapa alors le jeune homme et le tira sur le sachet pour qu'il pose son cul dessus histoire d'être plus à l'aise que sur ses longues jambes osseuses. Ouais, James se souci de beaucoup de choses au final quand ça concerne Keiichi. Par exemple, James fait toujours en sorte de ne pas lui dire un truc de travers, ne voulant surtout pas l'emmerder sachant très bien que ça dérivait toujours vers d'interminables disputes. Il faisait aussi attention à ce qu'il soit toujours bien avec lui, pour pas qu'il se blesse ou quoi histoire que Keii n'ait pas de soucis de n'importe quel ordre avec son patron...Enfaîte, James était pire qu'attentif et attentionné avec le jeune con, mais ça Keiichi ne le voyait pas. Enfaîte, ce mec était totalement aveugle, il ne voyait rien de bon chez James, il ne relevait que les choses négatives du Londonien qui l'avait très bien comprit. James n'était pas un cadeau tombé du ciel, c'était un fait. Mais il n'en était pas plus insupportable que ça . . . Au contraire même! James était certes dur à vivre, mais en général personne ne se plaignait plus que ça de son tempérament de chieur. Bref. Il finit sa clope qu'il envoya plus loin avant de regarder Keiichi, son éternel sourire aux lèvres.

"T'es pas obligé de dire oui... Au contraire même! Fais comme tu le sent! Saches juste qu'à mon âge je cherche pas des aventures à deux balles. Je te le dis tout de suite : J'ai besoin d'une présence, j'ai besoin de quelqu'un à aimer, j'ai besoin de remplir un certain vide quoi...Enfin rien de pervers hein! Mais...Enfin j'sais pas comment expliquer ça, je suis seul depuis dès années, cette ville commence à me dégouter tout comme la vie ici. J'aimerai partir, me casser loin de tout ça, mais seul c'est impossible vu que même ailleurs les journées seront longues et ennuyeuses."

Le Londonien lâcha un long et profond sourire. Bravo, il venait de déballer ses états d'âme devant un gamin qui allait sans aucun doute lui rire au nez. Il se mordit alors les lèvres et baissa la tête, ses lunettes de soleil glissant de ses cheveux et venant se posées doucement sur le bout de son nez. Il resta alors comme ça, se disant qu'il avait fait n'importe quoi. Qu'il aurait dû se taire, faire comme s'il n'avait pas autant de besoin que ça...Mais James était un homme franc, il était pratiquement obligé de déballer ça à Keiichi. Imaginez, le jeune accepte d'être avec James et au final il se barre au bout de deux semaines comme la majorité des mecs de son âge, ça James ne l'aurait pas digéré avant des lustres!

"Désolé, tu dois t'en foutre royalement de mes états d'âme...Mais il faut que tu saches ça, j'veux pas te faire de surprises...Je ne suis pas spécialement exigeant comme gars, c'est juste que j'ai besoin de choses sérieuses dans ma vie, ça fait trop longtemps que je vie comme un je m'en foutiste et ça ne me ressemble pas..."

James vivait depuis des années comme ça, depuis le décès de son ex plus exactement. Depuis ce jour, James a fait le choix de s'amuser, de ne plus s'attacher aux autres sachant que trop bien ce qu'était la perte de la personne qu'on aime. Le Londonien ajusta ses lunettes et enleva son gros sac de shopping de derrière son dos avant de faire descendre gentiment Keiichi de ses jambes pour récupérer son autre sac.

"Enfin bref, désolé de te faire chier comme ça Keiichi...Je ...J'vais rentrer si tu veux bien. Si tu me cherches je suis soit chez moi soit à la Panthère Rose entre deux verres d'alcool."

Il le salua avant de commencer à partir, super mal ayant limite la gerbe en pensant à la force avec laquelle il s'était ridiculisé! James était tellement perdu dans ses pensées qu'il n'eut pas le temps de faire cent mètres qu'il bouscula un groupe de jeunes filles qui gloussèrent en badant devant lui. Bordel, il avait quoi avec les nanas lui décidément?!
James Evans

< FAN >
avatar

Messages : 367
Date d'inscription : 31/12/2010

Carte d'identité
Statut: Célibataire
Rencontres/Liens:
Particularité ?: A un caractère de chien.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « Un phénomène au Masculin » [ PV JAMES EVANS ] Sam 12 Mar 2011 - 21:48

« Je suis toujours sérieux, sauf dans certains moments, et là j’ai la joie ou le regret de t’annoncer que j’étais extrêmement sérieux ! Et ne t’inquiètes pas, je ne suis pas du genre à m’agenouiller devant un gars pour le demander en mariage, j’suis plus du genre à faire ça pour défaire son pantalon et lui faire un truc sympa… Enfin quand le mec en question sort avec moi et… Oh et je dérive là ! Donc ouais, ouais je t’ai demandé de sortir avec moi et c’était on ne peut plus sérieux ! 

T’es pas obligé de dire oui… Au contraire même ! Fais comme tu le sens ! Saches juste qu’à mon âge je cherche pas des aventure à deux balles. Je te le dis tout de suite : J’ai besoin d’une présence, j’ai besoin de quelqu’un à aimer, j’ai besoin de remplir un certain vide quoi… Enfin rien de pervers hein ! Mais… Enfin j’sais pas comment t’expliquer ça, je suis seul depuis des années, cette ville commence à me dégouter tout comme la vie ici. J’aimerai partir, me casser loin de tout ça, mais seul c’est impossible vu que même ailleurs les journées seront longues et ennuyeuses.
 »


James déballait beaucoup de chose sur sa vie, ou plutôt sur la relation qu’il aimerait avoir. Fusionnelle ou non, ça lui semblait égal du moment qu’il y avait comme une présence à ses côtés, quelqu’un à qui parler de ces belles journées comme les plus merdiques. Jamais Keiichi n’avait connu ça, il se demandait même si ça allait être facile pour lui de gérer une relation de ce genre, mais surtout supporter les crises de nerfs du vieux James. Entre clopes et semblant de vouloir faire le beau gosse qui sait ce qu’il veut, il trouvait qu’il s’égarait bien loin dans ses propos, racontant certains moments de sa vie. Même en étant une pute, il aurait pu en voir et en entendre de toutes sortes, seulement, c’est vrai la plupart des clients racontent leur vie, mais Keiichi faisait toujours semblant de s’y intéresser un minimum. « Ah oui, c’est vrai, ton rat est mort ! - Mais est-ce que ta femme est au courant que tu te fourres ce genre d’objets dans le cul ? - Tu t’es tapé sa sœur, c’est mal ! Très mal ! » Oui, la plupart des discours ne sont certainement pas de bons conseils mais pour vous éviter de raconter des conneries au point de faire chialer le client et que le boss finisse mal-baisé et s’en prend à vous avec rage, il vaut mieux faire attention.

Revenons à l’affaire James. James un Londonien qui arrive sur la trentaine et qui devient un connard à la moindre parole qui semble être un reproche, une once de colère et il en passa des pires et des meilleurs. « Prêt à supporter tout ça ? » se demanda-t-il. Et en plus de leurs boulots respectifs, ça s’annonçaient réellement compliqué. Au vue des cours, pas de problème. C’était même l’idéal de vivre avec son prof. D’ailleurs, ce genre de relation prof / élève n’est-elle pas interdite et punie ? Mais entre un barman et une putain, est-ce que ce genre de relation tient sur le même contexte ? Keiichi se posait beaucoup de questions en aussi peu de temps. Les réponses, il pouvait les savoir seulement en se lançant dans quelque chose. Elles n’allaient pas atterrir sur le coin de son crâne aussi facilement. Pour en revenir au point zéro, James était seul et Keiichi aussi. Ils étaient venus se paumer dans cet endroit et malgré tout, ils s’étaient bien trouvés.

« Désolé, tu dois t’en foutre royalement de mes états d’âme… Mais il faut que tu saches ça, j’veux pas te faire de surprises… Je ne suis pas spécialement exigeant comme gars, c’est juste que j’ai besoin de choses sérieuses dans ma vie, ça fait trop longtemps que je vis comme un je m’en foutiste et ça ne me ressemble pas… »

Apparemment, James cherchait quelque pour qu’il puisse être lui-même. Partir aussi loin de sa ville natale rendait les gens parfois mauvais, Keiichi le comprenait bien. Osaka lui manquait ainsi que ses coutumes. Mais la vie à Tokyo est censé être belle, alors autant faire en sorte que tout aille dans ce sens. Keiichi était prêt à faire la paix avec son ‘Vieux Con’ favoris. James qui s’amusait avec ses lunettes sur son pif, était tombé à un stade bien bas, soudainement, il était devenu comme qui dirait triste. Pourtant Keiichi n’avait rien répondu, dont la gêne produite n’était en aucun cas de sa faute. Un point de plus pour mieux comprendre James. Seulement, est-ce que celui-ci serait prêt à lui raconter sa vie passée, réellement ? James le poussa de quelques centimètres pour que ses fesses atterrissent sur le banc et que celui-ci puisse reprendre le contrôle de ses jambes, et tout aussi rapidement, il prit une emprise sur ses sacs d’achats.

« Enfin bref, désolé de te faire chier comme ça Keiichi… Je… J’vais rentrer si tu veux bien. Si tu me cherches je suis soit chez moi, soit à la Panthère Rose entre deux verres d’alcool. »

James s’était levé, l’avait salué et avait dégagé aussi vite que possible. Keiichi ne comprenait encore rien à la situation, comme d’habitude. Il passait vraiment pour un p’tit con, James avait bien raison sur ce point là. Il ne comprenait rien et avait tout à apprendre, beaucoup. Il vit James butter contre quelques jeunes nanas qui traînaient là. Personne ne bosse à Tokyo ? Mais l’attitude de James qui était devenu aussi étrange que lui-même avait attisé sa curiosité, mais surtout il lui brisait le cœur, dans le sens où de le voir malheureux, le rendait mal. Keiichi se leva pour rejoindre James. Aussitôt, auprès de lui, il empoigna le bras de James le forçant à vouloir retourner son visage pour savoir quel était le mec qui lui choppait le membre.

« Si tu veux bien… J’aimerai te raccompagner…  Et dorénavant, je t‘interdis de m‘appeler ‘P‘tit Con‘ ! Eh bien sûr, j‘arrêterai de t‘appeler ‘Vieux Con‘, ok ? »

Ce n’était pas comme-ci il lui tenait la main, mais tout le long du chemin Keiichi n’avait pas su défaire l’emprise sur la manche que composait le tee-shirt de James.
Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « Un phénomène au Masculin » [ PV JAMES EVANS ] Sam 12 Mar 2011 - 22:47

James se prit donc les nanas avant de se tourner vers Keiichi, affreusement surprit de le voir rappliquer comme ça. Il regarda alors la main du jeune homme qui tenait fermement son bras, wow quelle force! Le Londonien reporta alors à nouveau son regard sur Keii. Ne plus l'appeler "petit con"? Ok, pas de soucis...Mais pourquoi cette demande? James fut coupé dans ses explications quand il senti un truc couler sur ses joues, il toucha alors, bordel de merde, quelle merde! Il se m'était à pleurer! Ouais, ça arrivait parfois chez le jeune homme. Quand James est mal il peut se mettre à pleurer, sans trop s'en rendre compte et c'est exactement ce qu'il se passait à cet instant précis! Il hocha alors la tête, séchant ses larmes comme il le pouvait et remercient le ciel de lui avoir offert ces lunettes de soleil qui cachaient ses yeux certainement rougis.


[i">James lui sourit alors, malgré les larmes qui continuaient à couler le long de ses joues. Il fit alors une bonne partie du chemin avec Keiichi, heureux comme pas possible au plus profond de lui-même. Depuis le temps qu'il attendait de trouver quelqu'un qui voudrait rester avec lui. Bon, ok. Keiichi n'avait pas répondu clairement à la proposition de James, mais il n'empêche qu'à ce moment précis il voulait rester avec ce vieux con de James qui avait du mal à cacher sa joie. Ca faisait maintenant un moment qu'il était arrivé à sécher ses larmes, maintenant le Londonien souriait non stop, la tête baissée pour ne pas être trop flag non-plus. Il hésita un moment avant de retirer d'un geste vif son bras de la main de Keiichi, pourquoi un tel geste? Simplement que la poigne de fer du jeune homme commençait sérieusement à faire mal à James...Puis notre vieux chieur avait envie d'autre chose! Il prit alors la main de Keii dans la sienne avec douceur, ne voulant pas être trop brusque avec lui. Ils marchèrent alors encore un petit moment quand ils arrivèrent enfin devant chez James. Il lança alors un petit coup d'oeil vers Keiichi avant de le regarder pour la première fois depuis un petit moment.

"Je reviens, je vais juste poser mes affaires"

Il sourit à Keii avant de lâcher sa main, partant rapidement vers chez lui. Une fois en haut il balança ses affaires dans un coin avant d'aller à la cuisine. Il attrapa ses médicaments et les prit à une vitesse hallucinante, ayant totalement zappé de les prendre le matin même! Une fois chose faite, il reparti en bas, retournant aux côtés de Keii. Il se laissa alors tomber sur un banc, allongeant à nouveau ses jambes avant d'attraper doucement Keii par le bras, le faisant s'asseoir sur ces dernières comme un peu plus tôt. Le Londonien hésita alors un petit moment avant de se lancer.

"Alors...Tu...T'en penses quoi de ma proposition? Ca dois pas être trop intéressant vu comme ça d'être avec un vieux con comme moi...Mais j'sais pas. J'pense que c'est une occasion à pas manquer. Que ça marche ou pas quoi! On pourra apprendre à se connaitre, à savoir qui est vraiment l'autre parce que pour l'instant je pense que t'as une vision totalement erronée de moi. Je sais comme je suis et je sais aussi qu'au premier abords pour la majorité des personnes je ne suis qu'un gros connard qui mérite bien d'être seul depuis tout ce temps! Mais...Mais j'pense que si t'essayes de mieux me connaitre tu verras que c'est pas tout à fait le ca,s j'dis surtout pas que je suis parfait parce que c'est faux! Mais bon...Voilà... A toi de décider maintenant. Tu sais tout ce que j'attends, il ne me reste plus qu'à savoir ce que tu veux toi, ce que tu attends de moi."

James tourna alors la tête et vit que son voisin les épiait. Le jeune homme lâcha alors un soupire avant d'halluciner en voyant son vieux con de voisin approcher. Il lui lança alors un regard noir, voulant le dissuader d'avancer plus que ça, mais sa tentative échoua. Le vieux fixa alors Keiichi, apparemment il avait une sale idée derrière la tête.

"Evans, c'est pas le jeune qui est venu chez vous la dernière fois? Vous savez que vous n'avez pas spécialement le droit de sortir avec des personnes beaucoup plus jeunes que vous?"

Le Londonien resta sans voix. Bordel de merde!!! C'était quoi ce délir?! James faisait si vieux que ça? Ou Keiichi faisait un peu plus jeune?! Mais bordel de merde quoi! James venait de se faire traiter de gros pédophile en gros. Il prit alors une grande inspiration, voulant rester calme. Il y arriva tant bien que mal, essayant d'oublier ses mains qui tremblait affreusement à cause de la rage. James avait une sacré réputation dans son immeuble étant donné que passé un moment il amenait un mec différent tous les soirs chez lui et ça son connard de voisin l'avait bien comprit et adorait le rappeler à James qui le supportait de moins en moins.

"Si vous voulez pas un énorme poing dans votre face de rat vous avez interré de foutre le camp. Ce que je fais de ma vie ne vous regarde pas, de plus il est majeure... Allez vite à votre appartement, c'est un conseil parce que votre femme passe énormément avec votre voisin du dessus en ce moment"

James sourit alors et ricana en voyant son voisin partir comme une balle vers l'immeuble. Le jeune homme posa alors son front contre l'épaule de Keiichi, soupirent doucement.

"Vieux con qui gâche toujours tout."

Souffla-t'il, sentant qu'il allait se prendre un méga râteau à cause de ça.
James Evans

< FAN >
avatar

Messages : 367
Date d'inscription : 31/12/2010

Carte d'identité
Statut: Célibataire
Rencontres/Liens:
Particularité ?: A un caractère de chien.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « Un phénomène au Masculin » [ PV JAMES EVANS ] Sam 12 Mar 2011 - 23:49

Soudainement, Keiichi fut surprit. Tout d’abord par les larmes qui s’étaient frayées un chemin sur les joues de James, jamais il n’aurait pu imaginer que ce grand Ours aussi bien brutal qu’amical pouvait être aussi sentimental. Il avait tiré une moue attristé en voyant James dans cet état. Il aurait voulu lui demander si c’était de sa faute, mais rien, il préférait garder le silence. Tout deux avaient prit le chemin vers l’appartement du plus âgé. Durant tout ce temps, le silence s’était confortablement installé jusqu’à ce que James retira brutalement la prise qui le tenait fermement à lui. Quoi ? Ça y est, c’était finit ? Son délire de vouloir se caser était passé et il allait le refoutre sur le trottoir ? Sur le coup, Keiichi pensa qu’il était bien trop naïf d’avoir cru à un espoir, mais il fut détromper lorsque James prit doucement sa main dans la sienne. Comme un con, il s’était senti rougir. Il n’avait jamais eu cette habitude et ne l’avait d’ailleurs jamais connu. Il lui arrivait parfois d’accompagner ses clients à un endroit assez chic et bien placé, mais oh grand jamais, il ne devait faire une quelconque étreinte avec le type qu’il accompagnait pendant la soirée. En y réfléchissant bien, il n’avait jamais prit la main d’un mec dont il avait été vraiment amoureux. Un mec dont il avait été amoureux… Depuis combien de temps était-il seul ? Le fait de devenir une prostituée, lui avait fait complètement oublié sa vie privée. Sa dernière histoire remonte à bien longtemps et n’avait pas durée. Il était encore à Osaka, c’était un type de l’école à côté de la sienne, il s’était croisé par hasard et devait prendre le même bus pour rentrer chez eux. Au fur-et-à-mesure, c’était une amitié qui était née, jusqu’à ce que ça aille plus loin. Deux semaines après, l’autre le quittait pour une histoire à deux balles, comme quoi il ne pouvait assumer ce côté ‘homosexuel’. Une pensée idiote ! Il aurait voulu chialer ce jour-là, mais pour lui ce mec ne le méritait pas. Aujourd’hui, il était avec James et au plus profond de lui-même, il en souhaitait beaucoup.

James s’était absenté le temps de monter à son appartement. Keiichi l’attendait à l’extérieur du bâtiment. Le fait de ne plus avoir vu la mer l’avait manqué. Finalement, cet endroit n’est pas si mal. Au centre-ville, c’est le bordel pour fermer l’œil la nuit. Les voitures klaxonnes, les gens parlent fort, et puis la Résidence reste toujours éveillé et les cris, comme les gémissements sont pénibles à entendre à force. Ici, le calme lui faisait du bien et James réapparut rapidement, pour s’installer sur un banc mit dans le sens de l’horizon pour mieux examiner la plage, mais idéal pour un couché de soleil. Keiichi se faisait fleur bleue sur l’instant, mais il se retira vite de ses pensées lorsqu’il sentit une prise le prendre pour le basculer afin qu’il s’assoit comme il y a quelques minutes, toujours sur les jambes de James qui avait retrouvé la place identique.

« Alors… Tu… T’en penses quoi de ma proposition ? Ça doit pas être trop intéressant vu comme ça d’être avec un vieux comme moi… Mais j’sais pas. J’pense que c’est une occasion à ne pas manquer. Que ça marche ou pas quoi ! On pourra apprendre à se connaître, à savoir qui est vraiment l’autre parce que pour l’instant je pense que t’as une vision totalement erronée de moi. Je sais comme je suis et je sais aussi qu’au premier abord pour la majorité des personnes je ne suis qu’un gros connard qui mérite bien d’être seul depuis tout ce temps ! Mais… Mais j’pense que si t’essayes de mieux me connaitre tu verras que c’est pas tout à fait le cas, j’dis surtout pas que je suis parfait parce que c’est faux ! Mais bon… Voilà… A toi de décider maintenant. Tu sais tout ce que j’attends, il ne me reste plus qu’à savoir ce que tu veux toi, ce que tu attends de moi. »

Quand James avait quelque chose à dire, il ne le faisait pas à moitié. Keiichi ne trouvait en aucun cas ça gênant, il était même plutôt ravi que l’autre se confiait aussi facilement à lui, malgré tout ça. Tout ça, dans le sens qu’ils étaient presque comme deux inconnus. James semblait vouloir donner sa confiance, mais il craignait tout de même que son boulot nuise à son ‘mec’. ( ?! ) Et si il lui demandait de tout arrêter du jour au lendemain ? Comment pourrait-il s’en sortir sans avoir de problèmes ? Sans nuire à James non plus. Alors qu’il voulait lui répondre, un type qu’il avait déjà vu se pointa à leurs côtés. Où l’avait-il pu bien le voir déjà celui-là ? Le seul qui appelle James par son nom de famille est son voisin ! Ah bah oui, ce vieux con du pallier. Il n’avait pas bien apprécié le bordel qu’ils avaient foutu l’autre fois. Sortir avec des personnes beaucoup plus jeune ? Bordel de merde, James et lui n’ont que cinq ans de différence ! Mais bien évidement, James savait trouver les paroles pour le remballer et il partit sur le champ sans demander un reste. Keiichi sentit un poids sur ses épaules. Il venait de poser sa tête sur son épaule et il ne put s’empêcher d’esquisser un sourire.

Au bout d’un certain temps, Keiichi prit les devants, sans même demander un avis, il avait envie de rassurer James sur la situation et puis lui, ça lui ferait un peu de baume au cœur si l’autre ne le jetait pas à terre dans la minute qui allait suivre. En effet, il se redressa et mit James dans une position assise confortablement. Il voyait l’autre lui lancer un regard interrogateur, mais il n’y prêtait pas plus attention. Ainsi, il pouvait s’installer à califourchon sur les genoux de James et le prendre dans ses bras tout en serrant sa taille, et reposer sa tête contre son épaule.

« Laisse-moi juste, un moment comme ça… »

Sur le coup, il ne s’était pas vraiment rendu compte. Une étreinte, c’était tout ce qu’il souhaitait, mais surtout un peu d’amour…
Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « Un phénomène au Masculin » [ PV JAMES EVANS ] Dim 13 Mar 2011 - 10:16

James lança effectivement un regard interrogateur à Keiichi quand il commençait à le faire s'asseoir comme il faut sur un banc. Bon euh, il voulait faire quoi? Lui sauter d'un coup sur les genoux pour bien les lui exploser et de trouver un sujet de dispute pour pouvoir se casser vite fait bien fait? C'est avec énormément de surprises que James vit Keiichi s'installer tout en douceur sur ses jambes pour venir l'enlacer. Ben dis-donc! Celle-là, il ne l'avait pas vu venir! James s'adoucit alors, passant ses bras autour de Keiichi qu'il serra contre lui. Ça faisait maintenant plus d'un an qu'il n'avait pas eu l'occasion d'être autant proche de quelqu'un. Enfin, James avait eu pas mal de plan cul, mais jamais un des mecs n'était restés avec lui après ça, ce qui était normal. Ca faisait donc plus d'un an que James n'avait plus été dans les bras de qui que ce soit, si on oublis ses parents qui le couvent encore beaucoup! Ouais, James n'avait pas eu spécialement d'amis aussi. Bon, ok. Il s'était lié d'amitié avec une résidente, Isuzu était une bouffée d'air frais aux yeux de James, un petit rayon de soleil qui égaie ses journées en quelques minutes, mais bon il ne la voit pas tous les jours et quand James a la chance de la voir il est souvent derrière son comptoir à lui servir des cocktails en tout genre... Bref, tout ça pour dire que James était un des plus heureux des mecs sur terre à ce moment précis. Il ne pu se retenir de déposer un léger baiser dans le cou de Keiichi avant de se crisper. Un mec passa alors en courant en lâchant de petites phrases genre "non pas le chien!". Il regarda alors le mec qui se faisait courser par l'énorme chien de son connard de voisin...Qui est dressé pour attaquer. James suivi la scène et se releva d'un bond quand le mec trébucha.

"Attends, je reviens!"

Il laissa alors Keii sur le banc, courant après le chien sur lequel il se jeta. James prit la gueule du chien entre sa main, la serrant avec force tout en appuyant la tête du molosse contre le sol. Il se prit alors des coups de patte ainsi que des coups de griffes sur le torse, mais il s'en tapait. Il attendit que le mec qui était coursé soit parti pour attraper le collier du chien qu'il releva d'un coup sec, tenant toujours sa gueule bien fermement ne sachant que trop bien que ce chien était un véritable bouffeur d'homme. Il traîna alors le chien de force jusqu'à son maitre qui pâlît en voyant avec quelle force et détermination James traînait le molosse qui couinait de douleur tant le Londonien serait sa gueule.

"C'est pas parce que votre femme vous trompe que vous devez envoyer ce pauvre chien enragé sur le voisin du dessus...Puis c'est comme ça que vous perdrez votre femme. Je vous conseille d'agir autrement la prochaine fois, histoire de ne pas vous retrouver seul pour du bon."

James relâcha alors le chien qui partit dans l'immeuble en couinant et boitant un peu...Se prendre un James sur le dos ne faisait pas de bien, même pas à un sale cabot! Le jeune homme regarda son voisin partir avant de retourner sur le banc, un petit sourire aux lèvres.

"C'est fréquent dans le coin ça. Le voisin envois toujours ce chien contre n'importe qui. Une fois il m'a aussi coursé, sauf que j'ai pas spécialement peur des chiens... Mon père en a tellement eu, je sais comment les calmer même si des fois, comme aujourd'hui, je suis obligé de les blesser...Enfin bref! C'est bien ce que je disais tout à l'heure : Ce vieux con gâche toujours tout! Et mon côté "super héros" fait que je pars toujours à la rescousse des gens!"

Il souleva alors son haut et regarda les marques que lui avait laissé le chien sur son torse. Bouah, quelques griffures par si par là, c'est pas bien méchant! James hésita un moment avant de prendre Keiichi par la taille, le faisant revenir à califourchon sur ses jambes comme un peu plus tôt. Il l'enlaça alors à nouveau, ne pouvant déjà pratiquement plus se passer de cette présence que lui offrait le jeune. Il l'embrassa alors une nouvelle fois dans le cou avant de fermer les yeux. C'était bien beau tout ça, mais ils n'allaient pas rester comme ça toute la journée! James réfléchit alors et lança un petit coup d'oeil vers la plage. Keiichi aimerait peut-être aller y faire un tour, ou au contraire voudrait-il partir vers le centre-ville histoire de faire quelques boutiques, chose qui intéressait grandement James bien qu'il soit ruiné! Ahhh James et sa folie des achats! Il adorait ça . . . Peut-être trop même! En ce moment, il était fauché comme les blés, il n'allait plus pouvoir se permettre grand-chose étant donné que les seuls billets qui lui restaient étaient destines à ses médicaments qui manquaient déjà un peu malgré le fait que Keiichi lui en avait acheté il n'y a pas si longtemps de ça. Le Londonien laissa descendre ses mains sur les hanches de Keii avant de lever les yeux vers lui, un petit sourire aux lèvres.

"Tu veux aller ailleurs? Si tu veux on va un peu à la plage, il n'y a personne là-bas en hiver, mais bon le soleil tape vachement là-bas et si tu le crains un peu c'est pas trop ça... Si-non on retourne au centre-ville, tu as peut-être envie de faire les boutiques ou quoi... Ou on va dans ma modeste demeure, bien qu'elle soit en bordel...Faut dire que tout est resté comme quand tu es partis... Les livres sont encore à leur place, celui de mathématiques est encore ouvert à la place de tes exercices, et le pire dans tout ça c'est que j'y touche pas, je laisse tout ça en plan!"

Il lâcha alors un petit rire. Cette attitude était ri-di-cu-le, mais James s'en foutait. Le merdier qu'il y avait dans le salon lui mettait du baume au cœur, lui faisait penser qu'il y avait quelqu'un à la maison qui n'allait pas tarder à arriver, même s'il savait au fond de lui que la journée allait être comme les autres. Il savait qu'à son réveil il n'y aurait personne, que personne ne serait là pour lui gueuler dessus quand il ne prendrait pas ses médicaments, que personne ne pointerait le bout de son nez lorsque qu'il lui prendra une de ses minis crises de rage qui lui ont valu quelques phalanges cassées à force de frapper dans un mur. Bref, il savait que son appartement était vide, à ses yeux, ce lieu était un véritable tombeau en ce moment, un tombeau qu'il fuyait autant qu'il le pouvait. James plongea alors ses yeux bleus dans ceux de Keiichi, attendant sa réponse, toujours autant sourient.
James Evans

< FAN >
avatar

Messages : 367
Date d'inscription : 31/12/2010

Carte d'identité
Statut: Célibataire
Rencontres/Liens:
Particularité ?: A un caractère de chien.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « Un phénomène au Masculin » [ PV JAMES EVANS ] Dim 13 Mar 2011 - 13:15

Keiichi avait trouvé une place agréable sur les jambes de James. D’ailleurs, il n’avait pas fait signe d’un mécontentement et s’était prit au jeu de l’enlacer à son tour. Il avait craint que celui-ci ne décide finalement qu’il agissait trop rapidement, peut-être, mais Keiichi ne pouvait se priver d’avoir un ‘câlin’. Après tout, quand on est une pute, il y a ni tendresse, ni câlin, ni quoi que se soit de romantique, c’est peut-être ce qu’il lui manquait au fond, mais il avait trouvé quelqu’un qui pouvait combler ce manque. Pendant quelques instants, il avait fermé les yeux pour profiter pleinement de cette douce étreinte, cependant il reçut un baiser dans le creux de son cou que son corps acceptait agréablement bien et le faisait savoir grâce à un long frisson qui lui avait parcourut tout le long de sa colonne vertébrale. Béatement, il se sentait sourire, un sourire caché, mais James devait bien le ressentir.

Mais, ce moment si agréable fut de courte durée, James le laissa à l’abandon, pourquoi ? Pour un clébard qui courait après un mec. Tout allait bien jusqu’à ce que Keiichi vit James chopper le bestiau d’une certaine manière pour lui coller la gueule face contre le sol. « Il est complètement malade ! » pensa t-il. Lui, jamais il aurait osé faire un truc pareil. Il n’avait pas suivit exactement la scène, ni à qui appartenait ce chien, mais il était chamboulé d’avoir vu James attrapé cette pauvre bête de cette manière et ça lui faisait encore plus mal au cœur d’entendre la bête couiner de douleur.

Rapidement, James fit son apparition. Il lui racontait que les animaux, il en avait l’habitude, même de ceux qui semblaient être de vrais monstres. C’était sans compté sur le côté ‘exhibitionniste’ de James, qu’il put faire la rencontre du torse magnifiquement bien dessiné de celui-ci, effectivement, il n’avait rien trouvé de mieux que de relever son tee-shirt pour voir si il n’avait pas été plus blessé que ça aux coups de pattes du chien. « Putain, mais c’est pas vrai ! Qu’il est canon ! » Remarquez la magnifique réflexion de Keiichi. En fait, il aurait voulu lui sauter dessus dans la seconde qui suivait, mais non, il ne pouvait pas se permettre, pas maintenant, pas tout de suite, pas comme ça. Trop prit par ses pensées, il ne se sentit même pas emporter dans les bras de James.

« Tu veux aller ailleurs ? Si tu veux on va un peu à la plage, il n’y a personne là-bas en hiver, mais bon le soleil tape vachement là-bas et si tu le crains un peu c’est pas trop ça… Sinon on retourne au centre-ville, tu as peut-être envie de faire les boutiques ou quoi… Ou on va dans ma modeste demeure, bien qu’elle soit en bordel… Faut dire que tout est resté comme quand tu es parti… Les livres sont encore à leur place, celui de mathématiques est encore ouvert à la place de tes exercices, et le pire dans tout ça c’est que j’y touche pas, je laisse tout ça en plan ! »

Oh My Fuckin’ God ! « Putain de merde ! » La raison de cette réaction était tout simplement stupide. Les yeux de James le perturbaient. Malgré ses origines japonaises, il avait hérité de ces magnifiques yeux qui se valaient être anglais et ça… C’était monstrueux, dans le bon sens du terme évidemment. Mais le magnifique bleu qui les composait l’envoutait complètement.

Aller ailleurs, pourquoi pas ? Mais il était tellement bien installé là qu’il était d’une grosse flegme de vouloir bouger ses fesses. Retourner au centre-ville, il allait encore dépenser de la tune et pour lui, il fallait se serrer la ceinture pour ne pas avoir un peu plus de dettes à rendre. Sans compter qu’il avait été faire des achats au Sex Shop, maintenant qu’il était aux côtés de James, il avait un peu honte de montrer certains de ces trucs, surtout que chez lui, il avait un de ses placards blindés de ces trucs louches. En gros, l’idée d’aller en ville, c’était mort. Chez lui ? Encore ? Quoi ? Il n’a rien touché ? Pourquoi ? Ça, c’était bien les questions les plus basiques qu’il soit. James devait vraiment tenir à lui pour ne plus toucher au bordel qu’il avait laissé sur la table, mais il voulait vraiment savoir le pourquoi, du comment.

« Nee… Pourquoi tu ne les as pas rangés ? C’était par pure fainéantise ? Sinon, on peut rester là. En réalité, j’ai pas envie de bouger parce que… J’suis bien là ! »

Un geste de tendresse, ou non, Keiichi devenait un nounours sur pattes. Il approcha son visage de celui de James pour déposer doucement ses lèvres sur sa joue avant de s’éloigner à nouveau.
Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « Un phénomène au Masculin » [ PV JAMES EVANS ] Dim 13 Mar 2011 - 14:16

AH AH! Très bonne question Keiichi! James allait-il y répondre? Il hésita, ouvrant et fermant la bouche à plusieurs reprises, comme s'il était un poisson. Il finit par sourire et hocha la tête.

"Ça fait plus d'un ans que je suis seul chez moi. Les journées sont longues, identiques et ennuyeuses. Le matin, quand je rentre j'suis seul comme un rat et personne n'est là pour me dire "Bordel James! Prends tes médicaments!" personne n'est là pour faire une réflexion sur mon odeur pestilentielle quand j'ai la flemme de prendre une douche ou quand je ne veux pas nettoyer le jus de fruit que j'ai fait tomber par terre! C'est mort là-bas! Tout reste en place, sauf quand je met du bordel et encore même mon bordel est morbide! Quand t'es arrivé t'as foutu un bordel pas possible, mais tu as dû remarquer que je ne te disais rien, au contraire même! Ça me faisait plaisir de voir mon appartement en bordel parce qu'il y avait de la vie pour une fois! Je suis assez flemmard niveau rangement, mais ce n'est pas pour ça que j'ai laissé ton bordel en place...C'est juste pour me donner l'impression que quelqu'un va arriver dans l'appartement histoire de passer une soirée avec moi avant que je ne parte au taff. Ça a l'air con ce que je dis, mais voir ce bordel me met un peu de baume au cœur quoi."

James soupira, voilà il venait encore une fois de déballer ses états d'âme à Keiichi. Il baissa alors la tête, posant son front contre le torse de Keii pour cacher le fait qu'il était plus que mal à l'aise à ce moment précis. Toutefois, James se détendit doucement au baiser de Keii sur sa joue. Il le regarda alors à nouveau dans les yeux avant de passer ses bras autour des épaules du jeune homme. Il le tira alors doucement vers lui avant de déposer un léger baiser au coin des lèvres de Keii avant de le relâcher avec la même douceur. Oh, en général James allait vachement plus vite, genre au bout de deux minutes il roule une pelle à son copain . . . Mais bon, entre les Anglais et les Japonais il y a un monde! S'il faisait ça à Keii ce dernier le prendrait soit pour un vieux pervers soit pour un gros manipulateur profiteur. Oh, James EST un manipulateur doublé d'un profiteur, mais là il était affreusement sincère dans ses intentions avec Keiichi, il faisait donc de son mieux pour rester le plus normal aux yeux du jeune homme. James savait que trop bien que les japonais s'offensait plus vite, était plus timide, plus réservé que les autres. Combien de baffe s'est-il prit pour avoir embrassé quelqu'un trop rapidement? Des TONNES avant de comprendre qu'il s'y prenait comme un pied! Bref, il avait fallu à James beaucoup de temps avant de savoir s'y prendre avec les japonais. La preuve qu'il ne suffit pas d'avoir des origines Japonaises pour savoir se tenir dans la société! Le jeune homme embrassa une dernière fois le cou de Keiichi avant de le poser à côté de lui sur le banc. Il sortit alors son paquet de clope d'où il tira une cigarette, un petit sourire aux lèvres. Ce jour était à marquer d'une pierre blanche! Il avait apparemment trouvé quelqu'un qui voulait bien de lui, il faisait beau, il s'était ruiné en fringue et il se retrouvait sur un banc avec la personne en question, face à la mer en train de fumer une clope. Bref, le paradis pour James!

" Quand j'y pense, la première journée qu'on a passé ensemble ne laissait pas du tout penser qu'on allait finit comme ça toi et moi. C'est vrai, je t'ai prit pour un punching-ball ball vivant, j'ai faillit te claquer entre les doigts puis tu m'as engueuler comme quand on dispute un gosse de cinq ans qui a fait une connerie! N'empêche, j'ai adoré cette journée, même si le soir au travail j'étais assez ... Irritable! Surtout que je suis tombé sur des clients, je te racontes pas le truc... Des espèces de gros hards gays, mais super timides! Alors, au début ils me demandaient des trucs comme des limonades. Puis ils se sont repérés et là j'ai pas arrêter de leur faire des cocktails... Et c'est moi qui ai dû les virer quand ils ont limite commencé à baiser sur mon comptoir... Mais comme plus tôt tu m'avais énervé j'y suis pas allé en douceur, un des pauvres gars c'est retrouvé limite propulser dans la rue en disant qu'il avait le nez cassé!"

James éclata de rire en envoyant sa clope terminée un peu plus loin. Le Londonien parlait tout le temps avec ses mains et quand il racontait ses soirées à la Panthère Rose comme un peu plus tôt ses gestes étaient multipliés! Le nombre de fois que Keii a faillit se prendre la main de James dans la gueule durant les explications de notre chère British? Ohhhh, incalculables! Mais bon, ça faisait le charme à James toutes ces petites choses! Il tourna alors la tête vers Keiichi, toujours aussi sourient. James lui tendit alors les bras en se demandant si le jeune allait toujours vouloir venir contre lui. Après tout, ils avaient déjà passé un temps assez important l'un contre l'autre...Mais James en voulait toujours plus. Eh oui, James le gros pépère est quelqu'un d'affreusement câlin au fond! Il allait dire une bricole à Keiichi quand son téléphone sonna, il le sorti de sa poche et décrocha. Au bout de quelques minutes de discutions, James rangea son téléphone portable, un large sourire aux lèvres. On venait de lui donner une nuit de congé. Le client qui avait eu le nez cassé avait apparemment appelé le lieu de travail de Jamsou, de ce fait le Londonien était suspendu durant une soirée...PARFAIT! Il voulait être un peu tranquille!

"Je ne travaille pas cette nuit, le gars qui a eu le nez cassé a appeler où je travaille, du coup je suis suspendu pour cette nuit! Tu fais quoi ce soir? Hum...Enfin non me dis pas je sais... Mais ça te dis de laisser ça de côté? On pourrait rester ensemble, faire ce qui te chante! Commander un truc à manger...Ou manger au restau ou au pire je fais à manger, au bout d'une année en solo j'ai dû apprendre à faire la bouffe! Si-non on sort on va euh...J'sais pas où, mais c'est pas grave autant improviser!"

En deux secondes, James venait de perdre quelques années. De ses vint huit ans il venait de passer à dix huit ans, prévoyant tout à la dernière minute, domaine dans lequel il excellait! Il fit alors un adorable sourire à Keiichi en couinant un petit "T'en penses quoi?" espèrent que le jeune homme accepte.
James Evans

< FAN >
avatar

Messages : 367
Date d'inscription : 31/12/2010

Carte d'identité
Statut: Célibataire
Rencontres/Liens:
Particularité ?: A un caractère de chien.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « Un phénomène au Masculin » [ PV JAMES EVANS ] Dim 13 Mar 2011 - 16:53

C’était donc ça son excuse. L’impression d’avoir une présence à ses côtés, pourtant ce jour là, il lui avait bien fermé la porte à la tronche. Keiichi ne lui en voulait pas pourtant, les deux étaient entièrement fautifs de cette situation, mais elle semblait être arrangé pour le moment. Il était tout de même heureux qu’il avait pu donner une lumière dans les journées de James même en étant pas réellement présent. Il était satisfait, il était même comblé d’avoir une nouvelle relation comme celle-ci, le fait d’être prit dans des bras et d’être embrassé le rendait heureux. Ces sensations lui avaient horriblement manqué. Il était totalement charmé. Soudainement, il fut interrompu par une sonnerie de téléphone portable. Voilà que c’était celui de James, à tous les coups, il devrait aller bosser ou quelqu’un l’appellerait en urgence. Et lui, qu’allait-il faire du reste de sa journée si le plus âgé venait à partir ? Il ne voulait pas rester seul, surtout pas en pensant qu’il allait avoir un affreux client le soir. Le genre de client emmerdant qui demande des trucs énormément bizarre et dont Keiichi n’était pas très enthousiaste à ce genre de pratique, mais c’était une obligation et son avis, tout le monde s’en fou.

« Je ne travaille pas cette nuit, le gars qui a eu le nez cassé à appeler où je travaille, du coup je suis suspendu pour cette nuit ! Tu fais quoi ce soir ? Hum… Enfin non me dis pas je sais… Mais ça te dis de laisser ça de côté ? On pourrait rester ensemble, faire ce qui te chante ! Commander un truc à manger… Ou manger au restau ou au pire je fais à manger, au bout d’une année en solo j’ai dû apprendre à faire la bouffe ! Sinon on sort, on va euh… J’sais pas où, mais c’est pas grave autant improviser ! »

Keiichi était plutôt heureux de la proposition de James. Seulement, appeler son patron et lui avouer : « Ce soir, je ne bosse pas ! » ça allait très mal passer. Mais entre James et son client bizarre, c’était pas sorcier, il voulait rester auprès de lui. La seule raison d’une pute qui ferait genre qu’il a un problème, c’était de se placer en un problème en « Raison personnelle » comme excuse à son client et au pire, ne pas accepter son argent et le conseiller même à un de ses collègues. Les autres allaient sûrement lui en vouloir, mais merde à la fin, il commençait à tomber amoureux ou bien ? Quel bourriquet ! Mais le véritable problème… Le Mac ! Keiichi se rendait malade à réfléchir comme un dingue. Au pire, il pourrait dire qu’il avait préféré étudier… Quoi qu’il arrivait, il allait se faire engueuler. Keiichi sourit à James.

« D’accord… Il vaut mieux que j’évite de sortir en ville, si tu vois ce que je veux dire. Si des clients que je devais avoir ce soir me grillent dans un endroit en compagnie d’un autre mec, ils pourraient être furieux et le boss me passerait un savon infernal… Passer une commande ou que tu fasses à manger, ça m’est égal. Choisis. »

C’est ainsi que Keiichi décida de manquer sa première journée de boulot, mais en plus, il se forgeait une place tout contre James essayant en vain d’attirer une quelconque étreinte, histoire de se sentir en sécurité et aimé.
Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « Un phénomène au Masculin » [ PV JAMES EVANS ] Dim 13 Mar 2011 - 21:24

James sourit et leva les yeux au ciel. Bon, il allait devoir aider Keiichi à sortir de la merde dans laquelle il allait se fourrer, c'était certain : son patron allait pourrir Keii. Il sortit alors son téléphone et tapa le numéro du boss. Il se présenta avant de commencer :

"Je vous appelle parce qu'il y a Keiichi avec moi...Ouais Maeda Keiichi. Il n'était pas venu depuis plusieurs jours comme je vous l'ai dit il n'y a pas longtemps, mais aujourd'hui il est revenu et il est actuellement chez moi en train de réviser... Ce que je veux?..."

Le Londonien lança un coup d'oeil à Keiichi qui semblait angoissé. Il lui sourit et tendis la main pour venir lui caresser les cheveux avant de poser sa tête sur celle du jeune homme.

"J'aimerai qu'il reste avec moi pour la soirée....Oui, oui je comprends, mais il a fait beaucoup d'effort aujourd'hui et j'aimerai qu'il continue ses leçons encore un peu. Oui je compte bien le faire travailler jusqu'à cinq heures du matin quoi, le cerveau est plus actif la nuit que le jour...Non je ne me moque pas...Enfin si un peu... Enfin bref, vous me donnez l'autorisation de le garder avec moi oui ou non?"

Le ton de James était devenu glacial, il ne supportait pas le patron et encore moins quand il lui hurlait dessus comme il venait de le faire. James passa alors son bras libre autour des épaules de Keiichi, le serrant doucement contre lui pour se calmer. Pauvre Keiichi, il devait entendre le coeur de James battre la chamade tant ce dernier était hors de lui. Il écouta alors tout ce que le patron avait à dire ou plutôt à hurler avant de lâcher un nouveau "j'ai l'autorisation oui ou non?" encore plus glacial que le précédent. James finit par raccrocher, son coeur battant encore plus vite qu'avant...Il lui faut du temps à mon pauvre vieux pour se calmer! Une fois bien calme il sourit et releva le visage de Keii vers lui histoire d'avoir toute son attention.

"Ce soir et cette nuit tu es avec moi, pas de soucis! Le patron est un gros connard, maiiiiis j'sais y faire avec les cons! Alors je te propose ça : On se balade encore un peu, la journée est pas terminée après tout puis ensuite on va chez moi, je prépare le repas, on mange puis on fait ce que tu veux...J'ai de quoi jouer aux cartes et au poker! Une partie de poker ça te branche? Ou on se fait un strip poker histoire de rire un bon coup!...Me prends pas pour un pervers hein! Mais j'ai que des bons souvenirs avec des parties de strip poker que j'ai fait au lycée, mes potes et moi on s'éclatait donc bon...Jte parle de ça y a plus de dix ans, mais bon! Après faudra que je range un minimum ma chambre, y a des fringues partout on peut à peine passer et si je veux que tu dormes avec moi il va falloir que je songe à virer mon vieux t-shirt qui me sert de petit ami la nuit...Ça veux pas dire que je fais des saloperies avec attention hein!"

James éclata de rire. Le t-shirt? C'était celui de son ex, celui qui était malheureusement "partit trop tôt" comme dit les autres. Le Londonien eut un petit sourire triste à cette pensée. Ce mec lui manquait énormément, d'où le fait qu'il se tapait un gars différent chaque soirs durant un petit moment, c'est de cette façon que James était parvenu à faire son deuil, enfin c'est ce qu'il pensait. Ce n'était pas très classe d'agir comme ça, mais pour notre James national c'était la seule solution pour oublier le mec avec qui il avait passé, sans aucun doute, les meilleurs moments de sa vie. Il fut alors sorti de ses idées par le patron de Keii qui l'appelait.

"Oui?...Mais bien entendu que je vous le "rend" demain! Puis ne parlez pas comme ça de lui, c'est pas un jouet!"

Le jeune homme raccrocha, c'est bon il était à nouveau énervé! Une fois calme, James lâcha un soupire avant de sourire à Keiichi. Il l'embrassa alors doucement dans le cou, resserrant un peu plus son étreinte avant d'aller effleurer les lèvres du jeune homme des siennes. A ce moment précis James ne craignait qu'une chose : Aller encore trop vite et se prendre une énième baffe dans la gueule. Il continua alors ce petit jeu, effleurant de plus en plus les lèvres de Keii, laissant son souffle chaud caresser les lèvres de ce dernier. James posa alors son front contre celui de Keii, renoncent totalement à ce baiser...Eh oui, monsieur ne voulait pas offenser Keii!


Dernière édition par James Evans le Lun 14 Mar 2011 - 8:25, édité 1 fois
James Evans

< FAN >
avatar

Messages : 367
Date d'inscription : 31/12/2010

Carte d'identité
Statut: Célibataire
Rencontres/Liens:
Particularité ?: A un caractère de chien.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « Un phénomène au Masculin » [ PV JAMES EVANS ] Dim 13 Mar 2011 - 22:15

C’était sans même se plaindre que James s’était empressé de prendre son téléphone portable en main pour appeler… Le patron ?! « Mais quel taré ! C’n’est pas possible ! ». A ce moment même, il aurait voulu s’arracher les cheveux, lui retirer son téléphone des mains et le balancer à la mer pour que rien ne bascule de travers ! Manque de bol, il aurait eu beau prendre toutes ses forces pour se débattre de la défense de James en voulant prendre son téléphone, il se serait prit une baigne et les baignes de James, il en avait déjà connu et ça faisait mal… Très mal ! Alors, il préférait laisser le ‘Grand et Merveilleux’ James déballer son beau discours pour qu’il ne puisse pas bosser cette nuit. D’ailleurs, il semblait se battre avec l’autre qui ne voulait apparemment pas le lâcher pour cette nuit. Tout ce qu’il pouvait entendre c’était un boucan de la part de l’autre au téléphone et James devenait nerveux. Plutôt énervé, il avait préféré prendre Keiichi dans ses bras pour avoir une sorte d’objet anti-stresse pour ne pas péter un câble. Il en profitait comme il le pouvait et s’il pouvait rendre service à James, ce n’était pas une action désagréable. Il se rapproche de James et laissa reposer sa tête contre le torse de celui-ci. Il pouvait entendre parfaitement le rythme cardiaque du plus âgé, sûrement du à l’énervement, ça cognait fort là-dedans ! Il sentit James se reposer un peu lorsqu’il raccrocha. Il releva son visage vers celui de James pour savoir si cette mission avait été accomplie.

« Ce soir et cette nuit tu es avec moi, pas de soucis ! Le patron est un gros connard, mais j’sais y faire avec les cons ! Alors je te propose ça : On se balade encore un peu, la journée est pas terminée après tout puis ensuite on va chez moi, je prépare le repas, on mange puis on fait ce que tu veux… J’ai de quoi jouer aux cartes et au poker ! Une partie de poker ça te branche ? Ou on se fait un strip poker histoire de rire un bon coup !… Me prends pas pour un pervers hein ! Mais j’ai que des bons souvenirs avec des parties de strip poker que j’ai fais au lycée, mes potes et moi on s’éclatait donc bon… J’te parle de ça y a plus de dix ans, mais bon ! Après faudra que je range un minimum ma chambre, y à des fringues partout on peut à peine passer et si je veux que tu dormes avec moi il va falloir que je songe à virer mon vieux tee-shirt qui me sert de petit-ami la nuit… Ça veut pas dire que je fais des saloperies avec attention hein ! »

Keiichi se laissa sourire à l’entente de ces révélations dont il n’avait pas vraiment demandé autant d’explication. Il s’étonnait à quel point James déballait sa vie aussi facilement. Au moins, avec lui, il ne pourrait rien se cacher et ça lui plaisait. Une partie de strip-poker ? Eh bien, il ne pensait pas que James pouvait avoir ce genre d’idée. D’accord, c’est un mec et comme tout bon être humain sur cette terre, nous avons des besoins, mais le poker, ça faisait longtemps qu’il n’y avait pas joué et en plus de ça, il pourrait perdre facilement et se retrouver plus vite que prévu à poil. Bref, ce n’était pas vraiment important, ça pouvait même être amusant. Il savait que James allait se payer sa tronche, c’était son point fort mais le fait de lui donner le sourire, il ne pouvait refuser cette proposition.

« Oui, si tu veux. Pas de problème. »

Mais alors que James voulait lui répondre, à nouveau le fameux téléphone sonna. Ils avaient le don l’un comme l’autre d’être constamment dérangé. Si lui, avec un client il pouvait être dérangé à tout bout de champ au point que le mec se tire sans demander son reste, ça serait l’idéal. Dommage pour lui, ça ne pouvait jamais se produire. Le pire dans tout ça, c’est qu’il pensa sur le coup qu’il pourrait penser qu’à la place d’un client, se serait James. Il pensa que ce jour là, il jouirait comme jamais il ne lui avait été permis. Il se secoua les ménages, c’était dégueulasse de penser ça. James n’était pas un client, du moins, il l’espérait qu’il ne le prenait pas pour sa pute personnelle pour éviter de dépenser du fric. Il attendit que James finisse de s’engueuler avec son patron au téléphone pour pouvoir profiter d’une nouvelle étreinte. Portable rangé, James se rapprocha de lui, d’une façon bien particulière. Leurs lèvres n’étaient pas sellées mais Keiichi ne demandait que ça en réalité. Il ne voulait pas empresser les choses et il remarquait bien que James ne le voulait pas non plus. Mais dans ce genre de situation, ça devenait plus fort que lui. Il hésitait : « Lui sauter dessus, ou ne pas lui sauter dessus ! », au risque de se manger un poing dans la gueule… James avait préféré coller son front contre le sien et oublier l’idée de l’embrasser. C’était frustrant pour Keiichi, mais instinctivement, il dirigea ses mains chacune allait se poser sur ses joues. Parfois, l’un de ses pouces venait effleurer en une caresse douce la joue de James. Il put le voir sourire. Il était ravi de l’effet qu’il lui faisait. Au moins, il était sûr, pas de baffes ! Sans même demander un quelconque avis, Keiichi s’approcha du visage de James pour déposer ses lèvres sur les siennes. Un baiser plutôt timide aux premiers abords, mais finalement Keiichi se voulait malin et câlin à la fois, sa langue s’amusait à lécher timidement les lèvres de James afin de se frayer un chemin pour rencontrer la sienne.
Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « Un phénomène au Masculin » [ PV JAMES EVANS ] Dim 27 Mar 2011 - 20:26

James regarda alors Keiichi avec surprise, ne s'attendent pas à ce que le jeune homme prenne des initiatives comme cela! James qui pensait la majorité des Japonais (pour ne pas dire tous) extrêmement timide était à ce moment précis totalement désorienté. On pouvait penser que c'était lui le vrai petit japonais de base, à limite devenir rouge comme une tomate sous les petites caresses que Keii lui donnait sur la joue. James détourna alors un instant son regard après le petit baiser que lui donna Keiichi. Super, la classe. James, grand gaillard qui va sur ses trente ans qui vient de retomber à genre quatorze ans, l'âge où il avait eu son premier baiser... Qui fut tout de même beaucoup plus "développé" que celui-ci...Enfin, James ne savait pas ce qu'il l'attendait! En effet, James n'aurait pas pensé que Keiichi voudrait aller plus loin que ça, après la tonne de baffe qu'il s'était prit en voulant faire ça, il pensait que Keiichi ferait la même chose...Bref, c'était une agréable surprise pour le petit Londonien qui entrouvrit doucement la bouche, sa langue venant rapidement à la rencontre de celle de Keii. Il l'embrassa alors avec énormément de douceur, ne voulant pas être brusque ou quoi que ce soit d'autre. Il allongeant le plus possible le baiser avant de passer alors bras autour des épaules de Keiichi. Il finit alors par rompre le baiser, un peu à contrecoeur. James accorda alors un magnifique sourire à Keiichi avant de lui voler un dernier baiser.

"Pardon... Je pensais que t'allais me foutre des baffes si je commençais à vouloir t'embrasser si rapidement.... e me suis pris tellement de torgnole de la part de pas mal de gars ici, donc bon à la fin je me méfie plus qu'il ne le faudrait à mon avis! ... N'empêche, pour un ptit jeune t'es vachement avenant, j'y pensais pas un instant tu vois!"

James sourit. Il ne disait pas ça méchament, il aimait juste énormément taquiner Keiichi! Il regarda alors autour d'eux avant de lever les yeux au ciel. Super, de gros nuages commençaiens à pointer le bout de leur nez! Le londonien lâcha un soupire et réfléchit un peu à ... Ce qu'il allait cuisiner ce soir! Ben quoi? Tout le monde pense à ce qu'ils feront à manger le soir-même, c'est une chose tout-à-fait normale! Le seul soucis . . . C'est que les placards de James étaient vides, comme son frigo quoi! Il se redressa alors d'un coup et prit Keiichi par la main en lui demandant de le suivre. Il le tira alors jusqu'au combini du coin. Là, James bada durant près de dix minutes devant un grand rayon avant d'attraper un panier et de le remplire de pleins de choses. Une fois chose faite il prit de la viande et paya, tirant toujours Keiichi derrière lui.

"Bon voilà, y a à manger pour ce soir! On crévera pas la dale! Au pire j'ai bien un stock de jus de fruit, mais c'est bof comme raps bien que ça me suffise la plupart du temps...Bref, on va chez moi? J'me voit pas trainer en ville avec mes paquets de course...Et le temps de merde qui s'annonce me donne surtout envie de rester enfermé."

Le Londonien repartit donc vers chez lui, tenant toujours la main de Keiichi dans la sienne. Arrivé en bas de l'immeuble, James ouvra la porte et entra rapidement, la pluie tombant abondamment. Mais... Il y eut un "ick". James tira Keiichi tellement vite et fort vers lui que le jeune homme lui fonça dedans ce qui fit tomber Jamsou à la renverse. James atterrit alors au sol, sur le dos, les courses partirent dans un coin du hall tendit que James lâchait une ribambelle de juron en anglais, tous plus sympathiques les uns que les autres! Malgré tout, James se calma assez rapidement en voyant l'ai amusé de Keii...Y avait de quoi se foutre de la gueule du Londonien après tout! James éclata alors de rire en se relevant tant bien que mal.


"Mon pauvre dos en a prit un sacré coup! Tsssss...Je vais marcher comme un vieux grand-père que je suis durant toute la soirée...Trop classe pour une soirée en tête à tête, ça tombe pic! Tant pis, tu sais à quoi t'attendre avec moi! J'ai l'air d'un jeune en pleine forme, mais une chute et ça y est mon dentier se casse en deux et mon dos fait de même!"


James adorait rire sur son âge...Mais il y avait quand-même des limites! Il ramassa alors les courses avant de s'adosser contre le mur. Il avait vraiment mal au dos, mais le cachait tant bien que mal. Au moment où d'autres hommes auraient grimassés de douleur tant cette dernière devenait forte, James sourit à Keiichi, comme si de rien était. Le Londonien attrapa alors doucement la main du jeune, le faisant se rapprocher. Il regarda alors Keiichi dans les yeux avec insistance, comme s'il cherchait à lire dans les yeux du jeune homme...Même si au final, le regard de James était plus déstabilisant que tout, en effet il avait le dont de donner l'impression à ceux qu'il observait de la sorte d'être foutu à poil en deux secondes, pire que des rayons X quoi. Il arrêta alors de torturer plus que ça Keiichi et finit par venir l'embrasser avec tendresse tout en le serrant contre lui grâce à son bras libre.

"On monte au troisième ciel?... Je sais, septième ça fait mieux, mais y a que trois étages ici!"
James Evans

< FAN >
avatar

Messages : 367
Date d'inscription : 31/12/2010

Carte d'identité
Statut: Célibataire
Rencontres/Liens:
Particularité ?: A un caractère de chien.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « Un phénomène au Masculin » [ PV JAMES EVANS ] Mar 29 Mar 2011 - 23:51

Sur le coup, il n’en revenait pas. Il pensait même se prendre une baffe, une tape au coin de la tête avec un James en colère qui lui gueulerait en pleine tronche : « Arrête tes conneries gamin ! », mais se fut une autre facette qui se montra. Elle était tendre, presque amoureuse. Keiichi n’arrivait pas à se faire une idée de ce que pouvait être le véritable James aimant et non détestable. Il le vit se rapprocher de nouveau pour l’embrasser, plus passionnément avec la plus grande douceur. Une douceur qu’il n’avait pas jamais encore rencontrée, ou bien, celle qu’il n’avait pas croisé depuis bien longtemps. Ça le rassurait et l’étreinte qui l’emprisonnait dans les bras de son ‘Grand – mais désormais, préféré – Vieux Con’ le rendait pleinement heureux. Il avait oublié à quel point un être humain pouvait être doux et agréable à la fois lorsqu’il désirait quelqu’un, même pour une simple baiser. Lorsqu’ils s’éloignèrent l’un de l’autre, à bout de souffle, Keiichi imprima sur l’immédiat, à l’instant même exactement ce sourire. Jamais avait sourit. Il lui semblait bien, il en était même sûr de n’avoir encore jamais vu ce sourire. Juste à ce moment, c’était une surprise mais un magnifique cadeau. C’était trois fois rien, mais il se sentit renaître, au plus profond de lui-même, son cœur venait à se réchauffer.

« Pardon… Je pensais que t’allais me foutre des baffes si je commençais à vouloir t’embrasser si rapidement… Je me suis prit tellement de torgnoles de la part de pas mal de gars ici, donc bon à la fin je me méfie plus qu’il ne le faudrait à mon avis !... N’empêche, pour un p’tit jeune t’es vachement avenant, j’y pensais pas un instant tu vois ! »

Alors, comme ça il était allé trop vite ? En réalité, les paroles de James ne lui semblaient plus aussi tendre. Il le savait bien qu’elles n’étaient pas des reproches, mais il ne se doutait pas que le plus âgé puisse en venir à penser ainsi de lui. Avenant ? L’autre avait dût oublier qu’avant tout, il était une pute ! Une saloperie de trou du cul qui ne traînait pas dans les rues, mais dans une résidence, que quoi qu’il arrive n’importe quel mec, vieux, jeune, moche ou beau pouvait demander son cul sans aucune crainte de se faire rembarrer. Si il avait pu faire autre chose de sa vie, ça l’aurait convenu, surtout pour ne pas faire du mal à qui que se soit en révélant la vérité. Après tout, il se reprit un instant en main, si il n’avait pas était un prostitué, il n’aurait jamais croisé la route de James et ça… C’était quelque chose qu’il ne pouvait, désormais pas effacer de sa mémoire et il recommencerait même volontiers. De penser à toute ces choses, il n’avait pas remarqué que la flotte avait commencé à dégringoler de ces nuages gris, pratiquement noirs et le pire, c’est que James l’entraînait par la main pour aller faire des courses. Sa main… Depuis quand les gens amoureux à Tokyo se tenaient-il par la main ? C’est vrai, les temps changent, mais c’était surtout une habitude qu’il n’avait jamais eu. Sa peau est douce, elle aussi, tout comme ses lèvres… Il se sentit rougir. Il avait atterrit dans un magasin avec le Londonien pour faire les provisions pour ce soir. D’après lui, il n’avait rien à manger chez lui, jusqu’à ce qu’il paye le tout à la caisse. Rapidement, il se fit de nouveau emporter pour se retrouver dans le hall de l’immeuble qu’il reconnaissait bien. Cependant, d’un geste, peut-être trop brusque, une technique qu’il n’avait pas calculée, il fonça brutalement dans James qui se retrouva à terre… Aussitôt, Keiichi fut surprit, mais se priva pas pour s’approcher de lui, s’agenouillant à ses côtés.

« Ça va ? Tu ne t’es pas fais mal ? »

Apparemment non, puisque James avait décidé d’ouvrir la bouche pour balancer des paroles auxquelles il ne comprenait rien, Keiichi pensa qu’il serait peut-être temps de prendre des cours de langues pour comprendre son bien-aimé ( ? ). Mais lorsqu’il vit la moue amusée de James pour s’être retrouvé dans cette situation, il oublia les différences qui semblaient pour lui, les séparer.

« Mon pauvre dos en a prit un sacré coup ! Tssss… Je vais marcher comme un vieux grand-père que je suis durant toute la soirée… Trop classe pour une soirée en tête-à-tête, ça tombe pic ! Tant pis, tu sais à quoi t’attendre avec moi ! J’ai l’air d’un jeune en pleine forme, mais une chute et ça y est, mon dentier se casse en deux et mon dos fait de même ! »

Keiichi esquissa un sourire aux dires de James. Il allait bien et ça le confirmait. Il se mit alors en route de l’aider à se relever et de ramasser les courses. Mais, une nouvelle fois, la surprise le reprit, de part rassuré par le sourire de James qui éblouissait gracieusement son visage, il pensa qu’il donnerait tout pour voir ce sourire s’afficher toute une journée. Sa contemplation lui faisait oublier le monde. A croire qu’il devenait amoureux, il se retrouvait au stade des douze-ans. Il ne sentit même pas l’approche de James, son regard, ses yeux… Ses yeux, ils ne cesseront jamais de le perturber. Quelque part, il bénissait ses origines pour avoir le droit à ce magnifique regard. Il aurait pu se sentir mal-à-l’aise mais rien, il adorait ça. Cette façon de le regarder, il l’aimait ça, tout simplement. Puis, se fut un baiser qui vint interrompre leur tendre échange tout en se regardant dans les yeux.

« On monte au troisième ciel ?... Je sais, septième ça fait mieux, mais y a que trois étages ici ! »

Il ne put s’empêcher de lâcher un léger rire. Comme un petit gamin heureux d’avoir entendu une blague Carambar. Les blagues de James lui avaient manqués durant les jours où ils ne pouvaient plus se cadrer. En cinq minutes, tout s’était arrangé. Ils étaient presque devenus amants sans même s’en rendre compte. Keiichi laissa ses mains se poser sur les pans de la veste de James pour les serrer entre ses doigts et il dirigea son regard dans celui de James avant de lui répondre :

« Le troisième ciel… C’est déjà pas mal pour un début. Je te suis ! » Répondit-il avec amusement.
Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: « Un phénomène au Masculin » [ PV JAMES EVANS ]

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

« Un phénomène au Masculin » [ PV JAMES EVANS ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Atelier de travail sur le phénomène de l'exclusion dans la société haitienne» ne pas confondre masculin avec féminin.» Une commère au masculin ça existe ? | Chris» ¤ Meilleur avatar masculin ¤» Scenarii masculin
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Résidence Yamaguchi :: Sex shop-
Sauter vers:
]
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit