AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez|

Matsui Mie, petit bonbon au goût amer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Matsui Mie, petit bonbon au goût amer. Dim 17 Avr 2011 - 0:00

Matsui Mie {松井 美恵}
Visez toujours la lune. Même si vous la manquez, vous atterrirez parmi les étoiles

featuring Leah Dizon
Carte d'identité

  • DATE DE NAISSANCE : 9 Novembre 1988 (23 ans)
  • SEXE : Féminin
  • NATIONALITÉ & ORIGINE(S) : Japonaise de nationalité. Pour l’origine, c’est plus compliqué : ½ japonaise, ¼ philippine et ¼ anglaise.
  • TAILLE & POIDS : Un mètre soixante-sept pour cinquante-six kilogrammes

  • ORIENTATION SEXUELLE : Tu te fiches de moi, tu me prends pour qui ? On n’est pas intimes que je sache…
  • MÉTIER : Propriétaire de l'Ile Paradisiaque

  • GROUPE : Personnel
  • LIEN(S) AVEC UN AUTRE PERSO ? : ?




Caractère & Goûts
Physique




Elle a l’air naïve et douce, n’est-ce pas ? D’ailleurs, vous ne serez pas étonné(e) d’apprendre que Mie signifie, entre autres choses, gentille et charitable… Et bien, passez votre chemin. Le seul moment où elle peut être qualifiée de gentille ou charitable, c’est quand elle a décidé qu’elle n’allait pas vous adresser la parole et que vous ne vous êtes pas mis(e) en tête, de votre côté, de le faire. Car elle casse, et elle casse sec : les premiers contacts avec elle sont donc toujours un peu difficiles et déconcertants… Mais ne vous en faites pas, vous n’êtes pas les premiers, et encore moins les derniers. Cependant, ce qu’il y a de bien avec Mie, c’est qu’elle ne cherche des noises à personne, tant que c’est réciproque. Elle est peu rude mais la japonaise est d’un naturel calme, voire stoïque – ce qui en rajoute souvent à son côté, disons, direct. Mais donc, point de peste par ici. Vous pourriez penser que Mie est aussi désagréable parce qu’elle est hautaine, qu’elle se croit au dessus des autres – et donc de vous, vexé(e) ? – mais laissez-moi vous dire que vous auriez tort. Comme toute personne, Mie est complexée par sa personne – son nez, par exemple, mais chuuut ! Ne lui dites pas que je vous l’ai dit ! – et n’a pas réellement une haute opinion d’elle-même – surtout quand on connaît son triste passé, sans pour autant se morfondre, attention – ce qu’elle est la première à reconnaître. Non, elle fait juste partie de ces personnes qui poussent la franchise à l’extrême et qui sont – semblent ? – indifférentes à tout, sans doute parce qu’elle ont vu/vécu elles-mêmes des évènements qui font que l’empathie a plus de mal à s’installer dans leurs cœurs… Néanmoins, toute cette franchise est utile quand vous désirer obtenir une aide ou un conseil, car Mie ne passe par mille chemins pour dire les choses. Et si ça peut être blessant, c’est souvent une des raisons pour laquelle certaines personnes l’apprécient.

Toujours est-il que si vous croyez avoir affaire à une lasagne, il est toujours temps de vous chercher une autre amie. Une lasagne ? Oui, une lasagne. Mie n’est pas composée de plusieurs couches : what you see is what you get ! N’espérez pas trouver un petit cœur mou et docile sous tout cela, car il n’y en a pas.

Pas étonnant si Mie est une plutôt quelqu’un de solitaire et une asociale involontaire. Néanmoins, les gens qui la supportent, et dont elle tolère la présence, peuvent s’estimer heureux car il y a peu de chances pour qu’elle les trahisse un jour. Mais prenez garde, tout de même, Mie est une vraie garce quand elle estime que vous lui devez réparation, et sa vengeance peut aller très loin.

Mie est aussi une jeune femme discrète : elle n’aime pas se faire remarquer et a tendance à ne pas apprécier non plus ceux qui chercher à se mettre en avant : elle a en horreur les gens superficiels. Elle est en revanche très respectueuse des personnes plus âgées – quelles qu’elles soient – et très polie avec ces dernières. Par contre, Mie est souvent tellement sans gène que, dans certains contextes, ça frôle l’impertinence.

Malgré son occupation actuelle et le fait qu’elle n’ait pas finit ses études universitaires, Mie est une personne très intelligente et cultivée. Elle est très perspicace et à souvent un bon feeling pour tout ce qui est business. Très perfectionniste, tout ce qu’elle entreprend, elle le dirige d’une main de fer, et gare à celui ou celle qui fiche tout en l’air par initiative personnelle.



Bon, bon… Il faut vraiment passer par là ? Parce que si Mie apprend que je vous ai parlé de son aspect physique – en plus de tout ce que j’ai déjà dit – elle risque de piquer une colère noire. Et bien oui, parce que, vous voyez, Mie n’est pas vraiment transcendée par son apparence – comme la plupart de jeunes femmes de son âge – et ce pour plusieurs raisons. Alors, je vous vois venir : « elle n’a pas de quoi se plaindre, la rouquine ! ». Et bien, détrompez-vous. Parce que, pour une japonaise, elle fait un peu tache dans le paysage… Déjà, car elle est plus grande que la plupart des filles de son âge : Mie est très légèrement au dessus de la moyenne, ce qui ne contribue pas à la faire passer inaperçue – ce qu’elle cherche, la plupart du temps. Le fait qu’elle soit menue, en revanche, ne lui fait ni chaud ni froid : elle est tellement gourmande qu’elle ne pourrait pas surveiller son alimentation, même si elle le voulait. Heureusement, pour elle, elle fait partie de ces gens qui ne grossissent pas et qui n’ont pas à fournir d’efforts pour rester sveltes. Et encore une fois, c’est bien heureux pour elle car Mie déteste le sport – elle se dandine vaguement pour danser mais c’est là sa plus grande contribution.

Deuxièmement, ses yeux. De grands yeux, souvent inexpressifs ou alors moqueurs. De grands yeux bien trop clairs pour une asiatique, bruns en grande partie mais aussi gris. En tout cas, trop étranges pour elle. Et pas réellement bridés, pour une asiatique à 75 %.

Troisièmement, vient son nez. Légèrement trop grand, trop droit et vaguement crochu. Un nez, selon elle, de sorcière qui curieusement ressemble à celui de son "faux" père et qui donc lui rappelle continuellement son passé.

Et dernièrement, sa bouche. Une bouche pourtant bien dessinée, mais pas du tout charnue. Heureusement qu’elle s'en sert rarement pour dire des conneries…

Enfin, sachant qu’elle n’est pas seulement asiatique, toutes ces caractéristiques dont elle pourrait se passer, sont « normales ». Néanmoins, sa peau imberbe et laiteuse, et ses longs cheveux raides – habituellement noirs mais qu’elle fait teindre, car tant qu’à faire, autant se faire remarquer jusqu’au bout – sont là pour rappeler que même si mélange il y a, ce n’est pas la peine de la traiter de gaijin {外人}.

Le reste de son corps est bien proportionné. Quoique, pour être tout à fait exacte, Mie a subi une opération mammaire à 16 ans visant à réduire la taille de ses seins qui étaient beaucoup trop gros et qui lui causaient de graves problèmes de dos. Comme quoi, toutes ne rêvent pas de poitrines opulentes… D’ailleurs, pour quoi faire ? Mie n’est pas le genre de nana qui est obnubilée par son physique. Alors oui, Mie se teint les cheveux et se maquille très légèrement pour ne pas faire peur de bon matin – en réalité, c’est surtout pour paraître plus âgée, car personne ne la croit quand elle dit avoir 23 ans : encore un complexe… – mais pas de vêtements moulants ou de marque – en plus, elle a horreur de ça : elle trouve ça vulgaire (encore une caractéristique qui l’éloigne de ses comparses nippones) – et elle ne va pas non plus sortir sa paire d’escarpins sans raison valable. Non, d’ailleurs, c’est tout le contraire : Mie aime les vêtements amples, confortables et colorés, très souvent un peu bohème (à plumes, à fleurs, à franges ou autres dentelles), courts ou longs, tout dépend de la météo. La seule chose à laquelle elle fait réellement attention, ce sont ses ongles, mais elle veille à ne jamais en faire trop.

Bien entendu, le viol qu’elle a subi a affecté son rapport au sexe. Déjà, elle est complexée par son physique mais surtout, faire l’amour pour elle, ce n’est plus une simple formalité. Quelque chose qui se passe facilement d’amour ou d’attachement. Ce qui ne signifie pas non plus qu’elle couche avec le premier venu, loin de là. Mais mêler sexe et amour n’est possible pour elle.


Histoire



On peut dire que la vie de Matsui Mie a réellement commencé le 18 octobre 2006. Et tout ce qui avait pu constituer son passé, son histoire, tout cela s’était évaporé ce jour-là également. Fille d’un couple de deux japonais aisés (une mère femme au foyer avec une situation plus que confortable et un père travaillant dans le milieu industriel, spécialisé dans l’extraction d’uranium), Mie vivait une vie dont elle aurait pu se vanter. Il n’y avait pas de joujoux, de bonbons, de vêtements qu’on ne lui offrait pas. Et pourtant, Mie n’était pas vraiment ce qu’on pouvait qualifier d’enfant joyeuse et pétillante : son regard était toujours terni par un mélange de mélancolie et de perspicacité douloureuse… Parce que le problème, vous le devinez, c’est que Mie ne recevait pas d’amour de la part de ses parents. En tout cas, pas autant que son grand-frère…

Ce manège aurait pu durer longtemps. Mie se contentait du fait qu’elle voyageait beaucoup, notamment en Afrique où elle habitat pendant plusieurs années – car les gisements d’uranium y sont très importants et la main d’œuvre sous-payée – et en profitait pour se mêler le plus possible aux populations locales et faire le plein de chaleur humaine avant de retrouver les siens. Jusque là, ça lui avait suffit. Mie avait toujours été capable de faire la part des choses et de faire preuve de rationalité pour excuser ses parents, jusqu’à ce qu’elle finisse par s’y habituer et ne même plus y faire attention. Le pire, c’était quand même son frère la détestait et cherchait par tous les moyens à lui nuire : cela allait des destructions de poupées à la mise d’eau de javelle dans le bol de céréales du matin, en passant par toutes les brimades et méchancetés dont l’imaginaire humain capable. Quant à Mie, elle ne disait rien. Un pressentiment, peut-être, que quoi qu’elle dise, elle ne serait pas crue ?

Et puis un jour, cela a été plus loin. Une fois où les parents étaient partis en croisière pendant quelques semaines laissant leurs deux enfants seuls, le grand frère décida que pour causer réellement du tort à sa sœur, il fallait y aller à fond, et s’attaquer à elle de la manière plus intime, plus radicale. Et il la viola. Mie était alors âgée de 15 ans. Le grand frère en avait 19.

Ce type de secrets, tous ne sont pas capables de les garder longtemps. Et Mie finit par l’avouer à ses parents. C’était le 18 avril 2006. Le fameux jour où tout a changé.

    - Qu’as-tu dis, Mie ? Je crains ne pas avoir bien entendu… Demanda la mère, en baissant la voix.

    - Oh si, mère. Vous avez bien compris. Déjà, Mie sentait combien elle aurait dû se taire. Et plutôt que de se sentir soulagée, elle se sentait coupable.

    - Tu es folle ? Ce n’est pourtant pas ton genre de faire ton intéressante ! Continua la mère, avec un rire nerveux.

    - Alors, pourquoi ne me croyez-vous pas ? Répondit-elle, presque inaudible. Les larmes peinaient cependant à sortir.

    - Qu’est-ce que tu racontes ?! Mon propre fils et ma fille ?! Mais tu délires ? Quand aurait-il pu faire cela ? Pourquoi le détestes-tu à ce point ? Hurla la mère, en se levant, hors d’elle.

    De l’incompréhension. Mie restait assise à la regarder, la tête vide. Elle ne s’attendait pas à cette réaction. Ou peut-être, s’y attendait-elle tellement qu’elle pensait ne pas avoir réussi à y voir aussi clair. Peut-être avait-elle espéré secrètement au moins qu’on la croie.
    Entre temps, le père et le fils étaient rentrés, et ils en avaient entendu assez que pour comprendre ce qui venait d’être dit, dans les grandes lignes. Le frère, loin de se démonter, arborait même un léger sourire sournois.

    - Mais tu es folle ? Comment tu oses faire une accusation aussi grave ?! Tes mensonges sont tellement énormes qu’il était évident que personne ne te croirait ! Si tu voulais hériter toute seule de la fortune familiale, tu aurais pu trouver quelque chose de plus crédible…

    Mie était étonnée de voir avec quelle facilité son frère niait la chose. C’était comme se faire violer une deuxième fois. Mais cette fois-ci, elle ne pleurait plus. Pas pour lui.

    Le père, lui, s’était éloigné de son fils un instant avec dégout, semblant hésiter entre croire son fils ou sa fille. Mais dès que le fils-chéri avait ouvert sa bouche, Mie avait vu que son choix avait été vite fait.

    - Je ne pensais pas que tu serais aussi lâche. Mais visiblement, c’est la chose qui soit constante chez toi. Tu n’es qu’un…

    Le père s’avança, et la fit taire avec une claque. Avant d’ajouter, avec rancœur :

    -Tais-toi, tu déshonores notre famille. J’ai honte de toi. Jamais je n’aurais du te ramener chez nous ! Depuis le début, je savais que tu ne nous causerais que des problèmes. C’est comme ça que tu nous remercies, alors qu’on t’a sorti de ta vie misérable ?

    *Hein ?!*

    - Pauvre idiote, tu ne comprends donc rien ? Tu ne fais pas partie de cette famille ! Tu as été adoptée !

    Adoptée. Le monde venait de s’écrouler.


Aujourd’hui, elle se dit qu’elle aurait dû s’en rendre compte. Cela expliquait tout : la haine de son frère, l’absence d’amour et de confiance de ses « parents »… Mie était partie le jour même. Elle avait fuit sans dire plus un mot. Et personne ne l’avait retenue. Pendant quelques jours, elle avait vécu dans des hôtels miteux, soucieuse d’économiser le peu d’argent qu’elle avait sur son compte jusqu’à sa majorité, histoire de se payer un avocat, ce qu’elle fit.

Ainsi, elle décida de tout régler à l’amiable. Elle se sentait épuisée et n’avait pas la force de se lancer dans un procès. Et puis, pour quoi faire ? Cela ne changerait pas le passé : cela ne lui ramènerait pas l’amour dont elle avait tant manqué. Alors elle avait juré de ne jamais porter plainte à condition que 1) on lui offre une grosse somme d’argent (la moitié de la fortune de son père, de quoi vivre jusqu’à la fin de ses jours raisonnablement sans avoir à travailler) et 2) qu’on lui indique la véritable identité de ses parents biologiques. Bien évidemment, le père soucieux de l’image de son fils et du discrédit qui aurait pu être jeté sur lui et sur son entreprise, accepta, à contrecœur. Et ce fut la dernière fois qu’ils se virent.

Bien entendu, jamais Mie n’a parlé de cette histoire à personne. Et jamais elle n’en parlera. Du moins, pas tout de suite. Quant à ses parents biologiques, elle n’a jamais eut le courage de les contacter. Elle connaît uniquement leurs noms, leurs âges, leurs nationalités respectives et leurs dernières adresses connues.

Elle a repris un restaurant : « L'Île Paradisiaque ». N’ayant pas de diplôme universitaire, elle a finit par racheter l’endroit et tient à en faire une affaire qui marche, plutôt que de vivre sans rien faire. Mie y tient comme à la prunelle de ses yeux et surveille tout au millimètre près, en essayant de se faire respecter par son personnel vu son jeune âge. Il lui arrive souvent de jouer les barmaids.



Vous

PSEUDO : Poullip
ÂGE : On ne demande pas cela à une dame -_-'
COMMENT AVEZ VOUS CONNU LE FORUM ? : Bonne question… Humm… Un top-site, sans doute ?!
FREQUENCE DE CONNEXION ? : 3,5 /7 ?!
CODE RÉGLO : Ok
CODE CONCEPT : Ok


Matsui Mie

< NOUVEL ARRIVANT >
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 13/04/2011

Carte d'identité
Statut: Célibataire
Rencontres/Liens:
Particularité ?: A un penchant pour certaines substances illicites. Est légèrement asthmatique.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Matsui Mie, petit bonbon au goût amer. Dim 17 Avr 2011 - 8:57

Hé bien tout d'abord bienvenue,
je dois dire que je n'ai pas décelé de problèmes dans ta présentation et que ça fait plaisir ^^

Tu es donc validée, et tu devras dès lors aller réserver ton avatar, et ensuite demander un logement, rp, flooder et voter avec nous.

En ce qui concerne l'île paradisiaque, je te conseille d'y poster un sujet personnel (tu peux voir des exemples à la panthère rose, ou encore le perce neige) avec des explications, des photos etc que tu choisiras pour t'investir le lieu.

Je te souhaite donc un bon amusement parmi nous (:

♠♦♦♠


    Catch me if you can!

    We were born with wings, we were made to fly.



UC
Hot, no?:
 
Tyren A. Blake

< ADMIN. AMERICAN BOY >
avatar

Messages : 752
Date d'inscription : 14/08/2010

Carte d'identité
Statut: Sous le charme
Rencontres/Liens:
Particularité ?:
Revenir en haut Aller en bas

Matsui Mie, petit bonbon au goût amer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Viens, on va jouer à casse-bonbon ! | PV Ironie Funeste |» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???» Petit besoin (d'un Courant) d'air» Un petit caniche ou bichon ? 3 ans maltraité (60) ADOPTE» MILOU petit croisé bichon gris 7 ans au Beaussart ADOPTE
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Résidence Yamaguchi :: Présentations :: Personnel-
Sauter vers:
]
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Thèmes spéciaux