AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez|

We are the world. [Torù]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
MessageAuteur
MessageSujet: Re: We are the world. [Torù] Dim 17 Avr 2011 - 22:28

Rim pressa ses mains contre le torse de son amant, le parcourant lentement comme elle savait si bien le faire, lui arrachant de nouveaux frissons, de nouveaux soupires. A dire vrai, tout ce que faisait la jeune femme lui plaisait. Ses sourires, même les plus simples l’enthousiasmaient et lui faisaient rêver à un autre monde en sa compagnie et que dire de son corps qui était véritablement merveilleux, un don de la nature comme le disaient certains et qui semblait n’être fait que pour lui, pour ses caresses. Rim n’était pas la femme, c’était la femme, la seule capable de faire fondre ses barrières en un si court instant, la seule qui le faisait sourire aussi intensément. Alors qu’elle descendait ses mains un peu plus bas, sur son ventre, elle lui adressa un sourire qui voulait tout dire, les mots n’avaient guère plus d’importance en cet instant, ils se comprenaient parfaitement. La chambre serait beaucoup mieux pour eux, pour cette fois tout du moins.

Il lui effleura les lèvres avec tendresse avant de se redresser légèrement pour la laisser se relever, ne la quittant pas un seul instant des yeux, l’admirant même. Elle se glissa hors de la table avec sensualité et lui attrapa une main, l’emmenant ailleurs comme elle l’avait fait plus tôt. A croire qu’elle appréciait de le guider et à ça ne lui déplaisait pas du tout. D’autant qu’il avait une vue magnifique sur le corps de la femme qui avançait lentement dans le couloir. Les déhanchements félin de son bassin étaient hypnotiques et ses reins marqués par une cambrure délicieuse. S’en était presque trop, il ne pouvait ôter son regard de cette vision enchanteresse, se mordant les lèvres pour se contenir du mieux qu’il pouvait, car si il se laissait aller en cet instant à cause de ce qu’il voyait, ils n’atteindraient jamais la chambre, c’était une certitude.

Comment elle l’enflammait, s’en était presque insurmontable. Sa main se crispa un peu plus contre celle de la jeune femme, accélérant un peu le pas sur les derniers mètres alors qu’il voyait la porte de la chambre se rapprocher à mesure qu’ils avançaient vers elle. Ils finirent par arriver dans la chambre, après seulement quelques secondes qui avaient paru à l’homme être une éternité, mais il faut avouer qu’il n’avait plus aucune notion du temps en cet instant. Elle l’arrêta finalement, il l’embrassa d’un chaud baiser, tandis qu’avec une certaine lenteur elle le faisait passer devant elle, le maintenant même en place. Il comprit bien rapidement pourquoi quand la jeune femme le poussa sur le lit, un prêté pour un rendu. Elle lui rendait la monnaie de sa pièce pour tout à l’heure ou il l’avait installé sur le canapé. Il en sourit de plus belle, elle aimait aussi prendre les choses en mains et ça lui plaisait énormément.

D’ailleurs son regard avait changé d’un rien, plus malicieux, plus entreprenant. Elle lui monta dessus à quatre pattes, n’attendant pas qu’il se mette en place, et l’embrassa langoureusement. Il accueillit le baiser avec ravissement et plaisir, leur langue se mêlèrent en un suave balais, une danse des sens des plus délicieuse qui ne semblait pas en finir. Elle rompit le baiser pour faire lentement descendre ses lèvres sur sa mâchoire, puis autre part. Ses baisers descendaient doucement sur son corps. Il frissonna, transit par les sensations que lui procurait chacune des attentions de la jeune femme, c’était un véritable délice. Il redressa un peu la tête pour essayer de la suivre des yeux alors qu’elle était toute à son affaire, taquinant sa peau de ses ongles. L’homme passa une main dans sa chevelure sombre, qu’il caressa tendrement, écartant même quelques mèches pour libérer un peu sa vue sur le visage de la belle. Parfois, il se tortillait un rien sous les caresses des ongles de la belle danseuse, certains qu’en naissait quelques marques, ce qui était vrai.

Puis elle se redressa pour jouer un nouvel acte. Plus ça allait et plus elle se montrait entreprenante. Il poussa un long soupire quand elle plaqua son bassin contre celui de l’homme, se frottant même. Il se laissait faire, se bornant à remonter lentement ses mains sur les cuisses de la belle, les caressant doucement, jouant à son tour de ses ongles avec malice, faisant tout de même attention à ne pas la griffer. Il était tendu, subissant les assauts de la danseuse avec plaisir. L’homme était extrêmement bien monté pour un japonais, et son membre saillant était totalement éveillé, subissant les mouvements du bassin de la femme, il ne pouvait de toute façon pas faire grand chose d’autre pour le moment et d’ailleurs n’en avait pas l’envie, c’était tout simplement divin ce qu’il vivait en cet instant.

A un moment, il ferma les yeux emporté par ce qu’il ressentait, ce qu’elle lui offrait. Ses doigts se crispants par accoup sur les cuisses de Rim, avant qu’il ne les remonte jusqu’à ses fesses, s’en saisissant alors en de fermes caresses. Il sentit les lèvres de la jeune femme contre les siennes, il ouvrit les yeux pour s’apercevoir qu’elle s’était penchée sur lui, ce qui le fit sourire, sourire de courte durée car troublé par une vague de plaisir qui le fit se mordre les lèvres. Le rideaux de cheveux sombre, rendait la scène presque rêvée, comme si plus rien n’existait à part eux d’eux. Il murmura.

Je suis à toi Rim.

Ces quelques mots allaient parfaitement avec la situation présente, où le jeune homme était le captif de la belle, appréciant au plus haut point la main mise qu’elle exerçait sur lui. Mais peut être que ces mots voulaient aussi en dire plus qu’il n’y paraissait, c’était difficile à savoir, même l’homme n’était plus sur de ce qu’il avait voulu dire.

L’une de ses mains remonta l’échine de la jeune femme, suivant le tracé marqué par sa colonne du bout des doigts, en un geste excessivement doux jusqu’à se porter contre la nuque de la belle, qu’il massa de la paume avant de faire courir son pouce lentement jusqu’à la base de son crâne. Il avait chaud, si chaud, chacun des mouvements de bassin de la jeune femme l’enflammait un peu plus, oh ça oui il perdait pied. C’était un fait. Mais il souhaitait qu’elle perde pied aussi, avec lui. Après de longues caresses, ses mains filèrent sur les flancs de la danseuse, jusqu’à se presser contre ses hanches, resserrant un rien sa prise sur elle, il la força a aller un peu en avant contre lui, en profitant alors pour l’embrasser avec une étourdissante passion.

Puis il la fit repartir en arrière avec une grande lenteur, cette fois ce n’était plus un frottement, il s’unissait à elle d’un mouvement de rein emplit d’une douceur extrême, comme si l’instant était magique, ce qu’il était. Avec une lenteur toute consommée pour ne pas dire calculée, il commença a faire aller et venir ses reins. Laissant à la jeune pour un temps toute latitude pour se mouvoir contre lui. Le baiser se continuait avec une intense passion, leurs langues se mêlant et s’entremêlant à loisir, s’entrecoupant parfois de quelques gémissements. Ses mains dansaient sur les hanches de la femme, remontant parfois sur ses flancs ou glissant jusqu’à la cambrure de ses reins. Il la couvrait de caresses, comme si elle était princesse. Puis ses mains abandonnèrent ses hanches, son dos, pour se glisser sur son ventre puis bifurquer sur sa poitrine, dont il se saisit avec une note de hardiesse, les massant longuement, venant parfois jouer de ses pouces contre les pointes de ses seins.

Le plaisir qu’il ressentait était extatique, chaque mouvement l’approchait lentement de la délivrance, mais il souhaitait faire durer cette danse intime le plus longtemps possible, son regard posé dans celui de la jeune femme, captivé. Il ne se lassait pas de cette vision presque révérée. De son côté, elle pouvait admirer le torse de l’homme s’élever et s’abaisser au grès de sa respiration, ses muscles se tendre par instant, sa peau se couvrir de frissons. Il accentua le mouvement de ses reins, gardant la belle au dessus de lui avec un plaisir manifeste, elle était têtue mais ça lui plaisait énormément.

♠♦♦♠

Onozawa Torù

< MODERATEUR >
avatar

Messages : 321
Date d'inscription : 26/03/2011

Carte d'identité
Statut: En couple
Rencontres/Liens:
Particularité ?: Wakagashira du clan Yamaguchi
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: We are the world. [Torù] Lun 18 Avr 2011 - 19:54

La façon dont il pressait par accoup ses cuisses certifiait à la jeune femme qu'il appréciait ce qu'il ressentait, et ce qu'il pouvait voir. On aurait presque dit que cela faisait une éternité déjà qu'il se retenait, tellement il semblait tenter de se contrôler. C'était dur, de ne pas saisir ce dont on a envie, de ne pas bousculer les choses pour ça aille plus vite... Mais souvent, l'attente rendait les choses encore plus belles qu'elles n'auraient pu l'être sans. S'ils avaient couché ensemble, il y a une heure, peut-être aurait-ce été beaucoup moins bien. Leurs envies grandissantes leur avaient permis de vouloir se respecter, mais à la fois de vouloir se connaître un peu plus. La magie n'aurait pu être au rendez-vous s'ils n'avaient pas eu tant de patience tout les deux... Et voilà que, les douze coups de midi n'ayant pas encore sonné, ils se découvraient tout deux sous un autre jour.

- Je suis à toi Rim.

Ce simple chuchotement eut pour effet de surprendre notre jeune femme. À ces mots, son estomac s'était noué, jamais on ne lui avait dit de chose comme celle-ci... Torù semblait tellement parfait qu'elle ne serait pas idiote de se demander s'il existait réellement, ou si ce n'était qu'un rêve. D'ailleurs, elle ne manqua pas de frissonner, ces mots étant comme une douce caresse sur sa peau. Après tout, au fond d'elle, c'était peut-être ce qu'elle avait toujours eu envie d'entendre de la bouche d'un homme, pas un "je t'aime", pas un "tu me manques", qui parfois étaient dit banalement pour clore une conversation trop difficile.

Une main remonta alors le long de son échine, pour venir se caler dans sa nuque. La jeune femme en frissonna, son dos se cambrant au passage ses doigts de son amant, tout ce qu'elle pouvait ressentir se répercutait au bas de son ventre, la rendant chaque seconde un peu plus folle de lui. Il caressa un instant sa nuque, pour ensuite s'emparer de ses cuisses, la faisant venir vers lui pour s'emparer une nouvelle fois de ses lèvres, chose à laquelle elle ne disait pas non. Une fois le baiser rompu, elle se redressa, n'ayant cessé ses mouvements de bassin durant tout ce temps, et dire que Torù devait supporter ça... Ça n'allait certainement plus durer bien longtemps.

Enfin arriva, l'union qu'ils avaient tellement attendu. Sur le coup, la danseuse se cambra délicieusement, offrant une vue parfaite sur sa poitrine et l'ensemble de son corps. Sa tête bascula vers l'arrière, sans pouvoir retenir le gémissement plus audible qui s'échappa d'entre ses lèvres, leurs lèvres s'en retrouvèrent donc déliées. Le mouvement était ampli d'une douceur si considérable que la jeune femme en fut même étonnée, on n'avait jamais réellement prêté attention à ses ressentis de cette manière. Enfin, petite note comique, si Torù n'y avait pas été aussi doucement, elle n'aurait certainement pas apprécié vu la taille de son engin. Il y a des choses auxquelles elle était habituée, mais celle-ci n'en faisait pas partie. Sous la montée intense et instoppable de plaisir que la belle ressentit, elle ne pu s'empêcher de refermer ses mains sur le torse de Torù, marquant sa peau un peu plus fort cette fois.

Les mains qui voyageaient sur son corps, et l'union à présent créé entre eux la faisait réellement perde pieds. Elle ne savait même plus réellement où elle était, Rim ne se préoccupait plus de rien, si ce n'était Torù et ce qu'il lui faisait ressentir. Plus rien, même le temps ne semblait plus avoir d'importance. Ses doigts, sa voix, sa douceur la rendait folle, Torù parvenait à la rendre un peu plus accroc à chaque caresse qu'il lui offrait. Alors que les mains massives du yakuza torturait sa poitrine de caresses plus osées, la jeune femme remonta ses mains sur son torse, les glissant à la base de sa nuque pour se saisir de ses cheveux sombres, qu'elle serra entre ses doigts, prouvant tout le plaisir qu'elle pouvait ressentir en cet instant. La danseuse ne tarda pas d'ailleurs à relever légèrement les fesses et le bassin pour laisser toute la place à Torù de se mouvoir, appréciant chaque coup de reins qu'il faisait. Certains se voulaient doux, d'autres plus profonds, chacun d'entre eux faisant gémir notre nymphe, dont les yeux se perdaient dans ceux de Torù.

La belle appréciait accompagner les mouvements du yakuza en bougeant son bassin, tentant d'étouffer quelques gémissements, peut-être gênée d'apprécier autant cela. De temps à autre, elle revenait goûter à ses lèvres, à son cou. Ses mains quand à elle, profitait pleinement du torse puissant de l'homme, appréciant voir son ventre se creuser lorsque la sensation devenait plus forte. Lorsque la respiration du yakuza fut plus forte, elle accéléra les mouvements de bassin, la délivrance n'était pas loin. Malheureusement, toute bonne chose avait une fin, et la fin de celle-ci n'était pas loin. Après tout, il n'était pas encore midi, ils avaient encore tellement de choses à faire et à partager tout les deux. Les derniers coups de reins furent donné, les derniers râles furent entendu, la belle put sentir le liquide chaud s'échapper en elle, la faisant frissonner et soupirer chaudement.

Reprenant ses esprits, elle se pencha presque immédiatement pour venir s'emparer des lèvres charnues de son amant, les invitant à une dernière danse qui dura un moment, avant que Rim ne redresse le visage, observant un instant l'homme sans rien dire, émerveillée presque par l'air qu'il avait en ce moment... Il était vraiment magnifique, il fallait l'avouer. Approchant ses lèvres d'une de ses oreilles, elle susurra, ses lèvres effleurant sa peau;

- Moi aussi, je veux t'appartenir...

Pas besoin de dire qu'elle avait apprécier cela, sa voix, son corps, ses yeux l'avaient bien assez crié avant et pendant cet échange. Torù avait toutes les preuves du plaisir qu'elle avait pu ressentir, et cela se voyait encore sur sa peau, la belle ayant encore quelques frissons. Se redressant alors pour mettre à Torù de se retirer, elle fit glisser ses mains sur son torse, lui adressant un sourire plus que doux. L'invitant à se lever d'une main, elle le fit la suivre jusqu'à la salle de bain, où elle mit en marche la douche, patientant que l'eau devienne chaude... Tout à coup, elle semblait beaucoup plus calme et plus douce, semblant chercher le contact avec Torù en effleurant ses bras et son torse du bout des doigts, ses lèvres réclamant déjà d'autres baisers, ce qu'elle tentait de cacher du mieux qu'elle pouvait.
Inagawa Rim

< HABITUÉ >
avatar

Messages : 190
Date d'inscription : 18/12/2010

Carte d'identité
Statut: En couple
Rencontres/Liens:
Particularité ?: Danseuse et strip-teaseuse à la panthère rose // Prend de la cocaïne. // Sale caractère. // Difficile avec les hommes et très très indépendante.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: We are the world. [Torù] Lun 18 Avr 2011 - 21:58

L’instant était tout simplement magique, Rim se mouvait sur lui avec passion, laissant glisser ses mains sur le torse musculeux de son amant, le couvrant de caresses. Torù n’était pas en reste, suivant les courbes de son corps parfait de nombreuses caresses, laissant courir ses paumes, ses doigts sur chaque bribe de sa peau, parfois avec douceur, parfois avec plus de passion. Laissant alors ses doigts se crisper contre ses formes, elle tentait de retenir ses gémissements, comme lui, même si parfois un gémissement de plaisir venait à s’échapper de ses lèvres.

Ils accentuèrent tous deux, le rythme des ébats jusqu’à ce qu’ils n’en peuvent plus, l’homme s’arc-boutant alors sous son amante, tandis qu’il se laissait emporter par la jouissance avec la jeune femme, ils étaient en parfaite osmose. Ils reprirent une seconde leur souffle avant qu’elle ne se jette sur ses lèvres en un langoureux baiser qu’il tenta de faire perdurer le plus longtemps possible, sa langue venant rejoindre sa jumelle avec emphase. Ils étaient si bien ensembles. Elle rompit le baiser, ils se sourire avant qu’elle ne se penche de nouveau sur lui, pour dire quelque chose cette fois-ci.

« Moi aussi, je veux t'appartenir... »

Elle prononça quelques mots à son oreille, non elle les susurra de cette voix si enivrante et féminine qui le fit tressaillir. Alors ainsi, elle ressentait les mêmes choses pour lui, oh bien sur, il n’était pas difficile de savoir combien elle avait apprécié ce moment. Mais ses paroles, cette douceur c’était autre chose d’autre. Il l’attira un peu plus contre lui pour venir répondre à ses paroles d’un tendre baiser.

Il relâcha un long soupire d’aise, contemplant la belle princesse qui le chevauchait encore. Il lui sourit tendrement, savourant cet instant de plaisir intense, son corps était encore parcouru de quelques frissons, comme submergé parce qu’il avait ressentit plus tôt, il avala une grande goulée d’air pour se calmer et reprendre ses esprits alors que ses mains elles, venait parcourir les cuisses de la belle en un amoncellement de douces caresses, effleurant plus sa peau qu’il ne la touchait. C’était un rêve et pourtant, il l a tenait presque dans ses bras pouvant la toucher pour repousser ses doutes et les faire disparaître. Il sourit de plus belle, alors qu’elle posait les mains contre son torse avant de se repousser, le délivrant. Elle se releva, ode à la sensualité avant de s’en aller lentement vers la salle de bain, lui adressant un signe de la main. Il la suivit, ne quittant pas une seule seconde le corps parfait de son amante, en cet instant il l’aurait suivit n’importe où.

Elle poussa la porte, ils entrèrent dans la pièce. Leurs regards se croisaient, s’entrecroisaient encore et toujours. Elle s’approcha de la douche pour l’actionner et attendre que l’eau ne se réchauffe. La passion qu’ils avaient partagé quelques secondes auparavant c’était estompée pour ne devenir que douceur et tendresse, ils étaient rassérénées, apaisés. Pour autant, ils en restaient en mal l’un de l’autre, cherchant tous deux le corps de l’autre de quelques légers attouchements, alors que le bruit de l’eau s’élevait dans la pièce. Doucement, il repoussa la jeune femme contre le mur carrelé de la salle de bain, la chaleur de sa peau contrastant avec le froid du carrelage bleuté qui immanquablement ne pouvait que la faire frissonner et c’était le but. Il se pencha sur elle, se pressant même contre la jeune femme, effleurant de ses lèvres entrouvertes les siennes sans pour autant pour l’embrasser tout de suite.

La faisant patienter avec un rien de malice avant de l’embrasser pleinement et longuement, offrant à la belle danseuse toute sa tendresse, pour ne pas dire plus. Leurs corps s’imbriquèrent sensiblement pendant quelques instants, le temps du baiser. Ses mains folâtrant sur le corps de rêve de sa partenaire avant qu’il ne rompe l’étreinte et ne se glisse sous la douche. Il poussa un léger soupire au contact de l’eau contre son corps, attendant que la belle ne le rejoigne. L’enserrant de ses bras puissant pour la garder quelques instants contre lui alors que l’eau ruisselait lascivement sur leurs deux corps, les nimbant d’une chaleur réconfortante comme pour calmer leurs corps. Il déposa quelques doux baisers sur l’épaule et le cou de la princesse, s’ingéniant à caresser et embrasser cette peau parfaite et si douce. Il diminua un rien le débit de l’eau pour la rendre moins forte, laissant son regard vagabonder dans la douche pour voir les produits qui y étaient posés. Il s’empara d’abord d’un shampooing, le débouchant pour faire couler un peu du liquide entre ses mains qu’il porta lentement dans la chevelure noir de jais de la belle.

Il glissa ses doigts contre son crâne en un rapide massage du cuir chevelu, jouant des pouces et de la pulpe des doigts, laissant le shampooing se disperser lentement avant qu’il ne fasse descendre ses mains sur ses longs cheveux s’en occupant avec un soin presque religieux. Ne se permettant que de lui offrir quelques baisers, tous plus tendres les uns que les autres, sur son épaule, son cou, son menton et parfois ses lèvres. Il soupira de plaisir, se collant un peu contre elle alors qu’il finissait son œuvre, récupérant le pommeau de douche pour nettoyer ses cheveux du shampooing. Puis se fut le tour du savon, qu’il glissa entre ses mains et là ce fut bien plus long. Passant ses mains avec douceurs et sensualités sur le corps de la déesse avec qui il partageait la douche, la laissant si elle le souhaitait lui rendre la pareil. Ses mains vagabondèrent lentement sur le corps de la jeune femme, passant du cou à ses épaules, puis toujours plus bas.

Chacun de ses gestes étaient sensuels mais surtout empreint de douceur, partageant un moment on ne peut plus intime avec la femme qui l’avait fait chavirer. Il lui souriait alors que le savon moussait sur sa peau, descendant ses mains sur ses hanches, puis ses fesses avant de les glisser sur ses cuisses en une lente descente. S’occupant entièrement de la belle, jusqu’à ses pieds. Puis il se redressa et revint presser ses lèvres contre les siennes en un long et langoureux baiser, dont il se lassait pas.

Il prolongea le baiser avec plaisir alors qu’ils étaient bercés par l’eau de la douche qui continuait de les couvrir.


♠♦♦♠

Onozawa Torù

< MODERATEUR >
avatar

Messages : 321
Date d'inscription : 26/03/2011

Carte d'identité
Statut: En couple
Rencontres/Liens:
Particularité ?: Wakagashira du clan Yamaguchi
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: We are the world. [Torù] Sam 23 Avr 2011 - 12:20

L'effet de surprise fut total, lorsque le yakuza la repoussa contre le mur de la salle de bain, sa peau devenant frissonante à cause du changement de température. Bientôt, l'homme vint presser son corps contre le sien, leurs peaux s'épousant sans broncher, la jeune femme releva même sa jambe qu'elle enroula autour de lui, le caressant légèrement. Il vint presser ses lèvres contre les siennes, sans pour autant lui offrir ce qu'elle voulait, il semblait vouloir la faire patienter, l'ennuyer, et c'était plutôt réussi. Pour finir, il l'embrassa, longuement, tendrement, la faisant frissonner de tout son être. Elle appréciait toujours autant sentir les doigts de son amant glisser sur sa peau nue. Enfin, Torù se détacha d'elle pour se glisser sous la douche, elle le suivit, ses cheveux de jais se pressant automatiquement sur sa peau au contact de l'eau.

De suite, leurs corps se rapprochèrent, les mains d'un voyageant sur le corps de l'eau, sans limite. L'eau ruisselait sur eau, glissant le long des courbes de la jeune femme, et des muscles de l'homme. Le débit de l'eau fut plus faible un instant plus tard, tandis que Torù attrapait quelques produits qu'il fit couler dans ses mains, appliquant ensuite la solution dans les cheveux et sur le corps de la jeune femme, semblant plus la caresser que la laver, chose qu'elle ne pouvait qu'apprécier. Bientôt, elle lui rendit la pareille, ses doigts suivant le tracé de ses muscles, les légers creux créés par ses abdominaux, les lignes si parfaites de ses fesses. Elle ne laissa aucun endroit au dépourvu, s'occupant alors de ses cheveux. Lorsque qu'elle eut terminé, Torù se saisit du pommeau de douche pour pouvoir rincer tour à tour leur corps, tandis que la jeune femme, envieuse, faisait toujours courir ses doigts sur lui.

Maintenant rincée, elle put sentir les lèvres de Torù se glisser dans son cou, endroit plutôt érogène pour la danseuse qui ne pouvait s'empêcher de réagir à ces légères caresses, elle pencha même la tête pour lui laisser tout l'espace dont il avait besoin. Torù descendit alors sur son épaule, la faisant frissonner à nouveau. Les caresses furent à nouveau partagées, jusqu'à la fin de la douche. La jeune femme coupa l'eau et se glissa hors de la douche après un dernier baiser posé sur les lèvres du yakuza. Ouvrant une armoire, elle se saisit d'une serviette de bain pour elle, et d'une autre qu'elle tendit à Torù. Terminant de s'essuyer, elle s'enroula dedans et se tourna vers lui, lui offrant un sourire tendre.

- Maintenant je vais pouvoir goûter aux délicieux plats que tu vas me faire.

Rim rit légèrement et ouvrit la porte de la salle de bain; invitant très certainement Torù à la suivre. Elle se rendit dans sa chambre et ouvrit une de ses armoires, enfilant des sous-vêtements qu'elle choisissait toujours avec goûts. Se baladant un instant dans cette petite tenue pour ramasser quelques affaires et refaire vite fait le lit. Elle s'en alla alors dans le salon, ramassa ses vêtements qu'elle remit tour à tour, et alla récupérer les verres dehors. Maintenant que tout était en ordre, et qu'elle était revêtue, il était donc temps de faire à manger. S'éloignant vers la cuisine, elle sortit les poêles et casseroles, plats et couverts qui seraient utiles à ce qu'ils allaient faire, et sortit ensuite les aliments du frigo, tout cela en souriant. Torù semblait l'avoir mise de très bonne humeur, contrairement à ce matin. Elle laissa Torù vaquer un instant à ses occupations, qui devaient certainement se limiter à se rhabiller et trouver une solution pour son bouton...


(Pas fière du tout de cette réponse, mais j'ai pas le temps de m'appliquer x__x Désolé, jme rattraperai^^)
Inagawa Rim

< HABITUÉ >
avatar

Messages : 190
Date d'inscription : 18/12/2010

Carte d'identité
Statut: En couple
Rencontres/Liens:
Particularité ?: Danseuse et strip-teaseuse à la panthère rose // Prend de la cocaïne. // Sale caractère. // Difficile avec les hommes et très très indépendante.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: We are the world. [Torù] Dim 24 Avr 2011 - 12:21

Il se saisit de la serviette que lui tendait la jeune femme, la remerciant d’un sourire avant de la passer sur son corps lentement pour effacer les traces de l’eau qui y avait coulé. Se séchant rapidement de quelques vifs frottements. Commençant par ses cheveux courts avant de s’occuper de son corps. Une fois terminée, il noua la serviette autour de ses hanches pour se voiler d’un rien de pudeur le temps qu’il retrouve ses vêtements. Il se rapprocha un peu de Rim.

Torù déposa alors une dernière fois ses lèvres contre le dos de la jeune femme, embrassant son omoplate, puis son épaule avant qu’elle ne s’éloigne, se dirigeant vers là chambre, ou quelques minutes plus tôt, ils avaient fait l’amour. Les draps étaient un rien défaits et l’espace d’une seconde il s’imagina l’intense moment qu’il avait vécu avec la belle danseuse. Il se glissa dans l’embrasure de la porte, silencieux se contentant d’admirer Rim qui passait de nouveaux sous-vêtements. Qu’elle était belle, il ne pouvait s’empêcher de suivre des yeux le galbe parfait de son corps merveilleux. Elle avait un charme fou, il était ensorcelé. Il poussa un petit soupire, se calant contre l’entrebâillement, croisant les bras contre son torse ce qui faisait ressortir pleinement les muscles de ses biceps. Il lui sourit quand elle lui adressa un regard, continuant de la regarder quand elle tira les draps pour rendre au lit son état originel.

Elle lui passa sous le nez alors qu’elle quittait la chambre pour retourner au salon, il la suivit avec amusement, bien heureux de pouvoir l’admirer encore, la contempler de dos. Arrivé dans la pièce à vivre, il détailla quelques instants les environs, souriant en voyant les affaires qui traînaient ci et là. Il défit la serviette, la laissant tomber sur le sol, se dévoilant impudiquement quelques secondes avant de récupérer son boxer qu’il passa lentement. Rim de son côté récupérait aussi ses vêtements, se rhabillant rapidement. Il referma ses doigts sur son pantalon, le ramenant contre lui avant de le passer et allant fermer le bouton découvrit avec stupeur qu’il n’était plus là. Gênant pensa t’il. Surtout qu’il ne pensait pas rentrer chez lui avant d’aller à la résidence. Il plissa un peu les yeux, cherchant du regard le bouton sur le sol, s’accroupissant même un instant pour le chercher sous les canapés. Rien n’y faisait, le bouton semblait bel et bien introuvable. Il poussa un grognement amusé avant de relever la tête.

Il semblerait que mon bouton de pantalon se soit fait la malle …et je ne met pas la main dessus.
A l’occasion si tu le retrouves …


Il se redressa avec amusement, continuant tout de même de chercher dans la pièce pendant quelques minutes, même si l’endroit n’était pas immense, l’aiguille semblait s’être perdue dans une botte de foin, aussi laissa t’il tomber l’affaire et glissa ses mains contre sa ceinture pour l’attacher lentement, c’était au moins cela. Il la regarda alors qu’elle était dans le coin cuisine commençant à préparer le nécessaire, oui l’heure du repas approchait. Il regarda un instant ce qu’elle avait préparé, se frottant les mains avant de commencer à disposer le nécessaire sur la table, remplissant un bol d’eau vinaigrée. Il avait quelques idées en tête, rien de bien sensationnel pour ce jour, il lui réserverait les plats plus travaillés lors de dîners en tête à tête, pour l’heure il allait faire dans le léger.

Si le Yakuza avait ses habitudes dans un restaurant, il lui arrivait aussi très souvent de préparer lui même ses bentos pour pouvoir manger sur le pouce entre deux affaires. Cela amusait d’ailleurs un rien les hommes qui travaillaient avec lui, même si ils se gardaient bien de laisser transparaître ce qu’ils pensaient. Consciencieux, Torù finissait de disposer le plan de travail, déposant le riz pour sushi dans un petit bol, tout en récupérant le reste des achats. Avant de commencer, il se lava longuement les mains, puis commença à travailler les poissons avant une rapidité toute maîtrisée. Ne pouvant s’empêcher d’adresser quelques regards et sourires à Rim durant son office.

Il découpa les poissons en lamelles, avant d’aller de nouveau se laver les mains, pour s’occuper ensuite de l’avocat. Il étendit le makisu sur le plan de travail avant d’étaler la feuille d’algue avec douceur dessus. Il humidifia un brin ses doigts avec l’eau vinaigrée, avant de récupérer un peu de riz et le déposer sur la feuille. Il se mouilla de nouveau les doigts avant d’étaler de façon la plus uniforme possible le riz sur la feuille, laissant une extrémité libre de riz. Puis il déposa un filet de wasabi avant de placer le thon. Il se nettoya encore les mains avant de récupérer le bord du makisu pour faire rouler la natte avec une grande délicatesse, faisant attention à maintenir les ingrédients en place.

Jusqu’à achever un long rouleau, qu’il déposa sur une planche, avant de le couper en plusieurs tranches, essuyant le couteau à chaque fois. Il répéta l’opération pour faire d’autres makis, au saumon et à l’avocat cette fois-ci. Prenant un malin plaisir à ce que le travail soit aussi beau que bon. Bien entendu, il laissait Rim quand elle le désirait, se retenant cependant de l’embrasser pour ne pas que le repas avorte. Avec ce qu’il restait, il fit un petit sushis au thon et un autre au saumon.

Il disposa le tout élégamment sur une petite assiette, content de son travail. Avant de se tourner vers la danseuse pour lui sourire doucement.

J’espère que cela te plaira ma belle.




♠♦♦♠

Onozawa Torù

< MODERATEUR >
avatar

Messages : 321
Date d'inscription : 26/03/2011

Carte d'identité
Statut: En couple
Rencontres/Liens:
Particularité ?: Wakagashira du clan Yamaguchi
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: We are the world. [Torù]

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

We are the world. [Torù]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» CNN: Food prices rising across the world» Vente Elysien Forge World (GI)» Rock My World» Forge World» Nouveauté Forge World
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Résidence Yamaguchi :: *Logements :: Appartement de Inagawa Rim-
Sauter vers:
]
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit