AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Apprends-moi à vivre [PV Keiichi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Apprends-moi à vivre [PV Keiichi] Dim 6 Fév 2011 - 18:16

Un réveil qui sonne suivi d'un grognement et d'un juron. Voilà le genre de réveil type de James. Ce jour-là le jeune homme était comment dire... Obligé de se lever tôt. On sait tous (ou pas) que James est barman, qu'il bosse le soir et la nuit et qu'il n'a donc aucunement besoin de se lever à sept heures trente alors que ça ne fait que deux petites heures qu'il est couché. Pourquoi se lever si-tôt alors? James avait reçu une nouvelle tâche venant de la Résidence, d'ailleurs il avait totalement zapé qu'il bossait dans une maison close, je ne vous raconte donc pas le "choc" qu'il a eut en s'en souvenant d'un coup d'un seul (quand on bosse derrière un comptoir toute la nuit, on ne pense pas spécialement au fait qu'on est dans un lieu un peu, comment dire . . . Space?) bref. On lui avait confié la "mission" de donner des cours à un jeune résident. Pourquoi James et pas quelqu'un d'autre? Eh bien malgré l'handicap qu'il eut par-rapport à ses camarades de classe, James a toujours été un élève brillant qui a étudié dans une école anglaise très renomée! Ce niveau d'étude faisait que le Londonien était le "seul" à pouvoir se charger du jeune inconnu.

"Allez monsieur Evans..."

Marmonna-t-il, mort de fatigue, tout en se levant.

"Tu as une dure journée qui commence... Merde j'ai pas fait le ménage!"

James part alors en courant dans son salon. C'était affreux, ignoble, dégoutant, repoussant, inhumain bref tout ce qu'on voulait! Des tas de boîtes et barquettes de nourriture vides s'entassaient sur la table basse, une multitude de bouteilles de jus de fruit était alignées sur le rebord de la fenêtre et quelques vêtements dans un état proche de la décomposition trônait sur son magnifique piano à queue qui avait besoin d'un bon coup de cirage. Oui, James pouvait aisément vivre dans cette porcherie sans aucun soucis trouvant ça presque "conviviale". Il se mit alors au boulot et nettoya le salon puis le reste de l'appartement de font en comble. Il prit une bonne heure voir un peu plus avant d'avoir terminé, mais ne se laissa pas un temps de répit! Le jeune homme fila à la douche à toute vitesse histoire de ne pas sentir le chacal (même si ce n'était pas le cas). Une fois tout propre et tout beau il enfila les premiers vêtements propres qu'il avait sous la main... C'est-à-dire pantalon en jeans rapiécé avec un tissu imprimé léopard, un t-shirt noir avec des chaînes avec un gilet en tartan rouge... Ouais James a des fringues assez "jeune" pour son âge, mais à la rigueur ce n'était pas grave. Il était parfait comme ça et les vêtements plus communs ne lui vont pas du tout de toute façon. Il finit par enfiler ses creepers avant de se laisser tomber dans le salon, il n'avait plus qu'à attendre le jeune. Ce qu'il allait lui faire faire comme cours aujourd'hui? Pas un seul, James voulait savoir à qui il avait à faire. Si le mec était un chieur, rien à faire il le virerait à coup de pied au cul, si au contraire il était intéressant et assez cultivé il serait très heureux de lui donner des cours.

"Bon, plus qu'à attendre..."

Souffla-t-il en croisant les bras derrières sa tête et en fermant les yeux, limite prêt à piquer un petit somme.
James Evans

< FAN >
avatar

Messages : 367
Date d'inscription : 31/12/2010

Carte d'identité
Statut: Célibataire
Rencontres/Liens:
Particularité ?: A un caractère de chien.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Apprends-moi à vivre [PV Keiichi] Dim 6 Fév 2011 - 21:39

« Bip ! Bip ! Bip ! Bip ! »

Un truc, un horrible bruit. Un bruit strident qui vous brise les oreilles et vous sort beaucoup trop violemment de votre sommeil. Un réveil, cette saloperie de machine. Quel est l’abruti qui a inventé un tel truc ?

Keiichi ne broncha pas immédiatement, tellement prit dans son si beau rêve. Tout ce que l’on pouvait apercevoir sur son visage était un froncement de sourcils. Ça y est, ça le mettait en rogne. Il laissa échapper un grognement avant de se retourner vivement dans son lit et chercher à tâtons d’une façon tellement bourrine, qu’il aurait plus exploser sa table de chevet si il s’était appelé Hulk. Au début, se fut que du vide. Il réussit au bout de plusieurs coups au hasard à atteindre l’objet et à trouver à l’aveuglette le bouton pour désactiver ce bruit infernal. La tâche accomplie, il se retourna d’un côté tout en s’enroulant dans ses draps. A présent, il pouvait dormir tranquillement. Il ne pensa à plus rien, le vide, le trou noir, le retour dans son si beau rêve.


C’est en sursaut qu’il se réveilla. Un putain de cauchemar. Il râla contre lui-même. Il mit sa main contre son visage pour se gratter les yeux. Il avait tellement la tête dans le brouillard qu’il avait l’impression de n’avoir dormi que deux heures. Il ouvra les yeux et dirigea son regard vers le réveil. Dix heures trente. Si tôt… QUOI ?! Rapidement, il quitta son lit, se précipitant dans la salle de bain, une douche en cinq minutes, pas le temps de faire le beau, les vêtements de la veille, pas le temps non plus d’avaler un café. Il courut à l’entrée pour enfiler ses chaussures et dégager au plus vite de son ‘appartement’.

Courir dans toutes les rues de la ville pour trouver la baraque de son ‘professeur’. Jamais Keiichi n’aurait du être accepté à la Résidence mais le fait qu’une personne du personnel est faîtes une bonne faveur à son sujet pour lui faire des cours d’enseignement, c’était un miracle. Il espérait tout de même que la personne en question n’était pas le genre de patiente impatience et qui passerait son temps à lui coller des coups derrière le crâne. Il en avait déjà assez eu dans la tronche quand il était encore entièrement scolarisé. Mais là, il était vraiment mal barré. On lui avait dit de se pointer à huit heures trente chez la personne en question, il allait arriver avec deux heures trente de retard… Keiichi pensa qu’il était tout simplement un homme mort.

Il avait eut la bonne idée de laisser le plan dans la poche intérieur de sa veste. C’est ainsi, presque arrivé à destination qu’il sortit le plan en question lui indiquant les derniers mètres à parcourir. Un appartement à trouver. Une saloperie d’immeuble. Une fois dans l’ascenseur, il suivit des yeux les numéros, jusqu’à trouver le bon. Il laissa l’engin frayer son chemin puis sortit rapidement quand celui-ci ouvrit ses portes. Il se précipita vers la porte. Dû à son empressement, il tambourina comme un détraqué contre la porte plusieurs fois. Et si son futur ‘prof’ avait complètement oublié son cas ? Ou même si elle avait laissé tomber l’idée de lui donner des cours ? Il était sacrément mal barré ! Mais tout ceci fut remit en question, quand quelqu’un ouvrit subitement la porte. Il ne laissa même pas le temps à l’inconnu en face de lui de dire quelque chose qu’il s’apprêta à lancer ses plus belles excuses.

« Bonjour ! Excusez-moi pour le retard ! Vraiment, je suis désolé ! »
Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Apprends-moi à vivre [PV Keiichi] Ven 11 Fév 2011 - 21:17

James finit par s'endormir au bout de dix petites minutes, mais ne dormit qu'une heure. Il était neuf heures trente, toujours pas de jeune. Tant pis il allait prendre un peu de bon temps en attendant, ça arrivait d'avoir du retard et il n'en voulait pas le moins du monde à ce gosse. James prit alors un paquet de clope et alla en bas de son immeuble histoire de fumer au moins deux ou trois clopes ce matin. Au final il en fuma près de sept, mais c'est un secret! Une fois chose faire le jeune homme retourna chez lui et se lava les dents. Il n'allait pas puer le tabac maintenant qu'il était "prof" hein... James retourna ensuite au salon et regarda son piano, cela faisait bien longtemps qu'il n'en avait plus joué. Le jeune homme hésita un instant avant de sortir un petit livret de partitions qu'il posa face à lui tout en s'installant au piano. Il joua durant un bon moment, quand on tambourina à sa porte, tiens de l'action! James se leva d'un coup et alla vite ouvrir la porte en souriant devant les excuses du jeune.

"C'est rien, ça m'a permit de faire une petite sieste et de me remettre un peu au piano... Allez entres!."

Il allait le laisser entrer quand son voisin, un espèce de fou furieux raciste, débarqua devant sa porte.

"Evans! C'est quoi ce bordel?! Tu tapes comme un dingue contre ta porte comme si tu n'avais pas de voisins! Vous les Anarchi..."

Il fut coupé par un coup de pied bien placé que James lui donna, excédé d'être prit pour un Anarchiste à cause de ses origines anglaises et de son style vestimentaire.

"La prochaine fois que vous me harcelez pour rien, je vous fais la peau."

Conclut James avec froideur en claquant la porte avant de se tourner l'air de rien vers le jeune.

"Désolé, j'ai souvent des soucis avec ce mec... Je m'appelle James Evans, je ne veux surtout pas que tu me vouvoies, j'ai vint neuf ans donc pas besoin de me parler comme à un vieux qui en a cinquante! Quoi d'autre...Ah oui! Ne m'appelle pas non plus par mon nom de famille, ça a le dont de me rappeler mes profs qui étaient comment dire...Insumportables!"

Ouais, James était un véritable moulin à parole quand il s'y méttait! Il regarda alors avec un peu plus d'attention son élève. Il était plus vieux qu'il ne le pensait, mais c'était mieux que se taper un gamin qui se fout totalement de ce qu'on lui raconte. Par contre, ce jeune n'avait pas l'air au top de sa forme, comme quelqu'un qui venait de se réveiller et de se bouger à partir au job ou en cours...

"Tu veux peut-être un café ou un truc du genre pour te réveiller? Tu as une mine affreuse... Fais comme chez toi. Oh et tu n'es pas obligé d'enlever tes chaussures ici, t'es chez un "sale Anarchiste Anglais à la con" de toute façon!"

James sourit et alla à la cuisine faire du café avant de revenir et d'inviter Keichii au salon. Il sortit alors de gros bouquins, tous en anglais, ainsi que quelques pochettes cartonnées apparemment bien pleines. Il sortit de l'une d'elle une photocopie d'un petit questionnaire traduit de l'anglais au japonais, ainsi que le même questionnaire, mais remplit. Ce questionnaire était celui que le professeur de philosophie de James avait distribué à ses élèves pour qu'ils le remplissent tout en leur donnant son propre petit questionnaire remplit. De ce fait les élèves s'était vraiment dévoilé au professeur sans aucune pudeur.

"Je n'ai pas spécialement envie de te harceler avec des cours aujourd'hui. Alors, je te propose déjà ce questionnaire, puis après nous verrons un peu où tu te situes dans toutes les matières qu'on va étudier ensemble pour que je sache quoi te préparer comme cours...Mhhh ah oui, le questionnaire a été fait par un de mes professeurs de philosophie... Il voulait même savoir si on a eu des maladies, des soucis psychologiques, ou des drames dans nos vies , d'après lui on pouvait, de ce fait, être plus "spéciaux" que les autres..."

James sourit et croisa les bras.

"T'es pas obligé de répondre à ça, même pas obligé de répondre à tout, mais j'ai trouvé ce questionnaire super sympa à l'époque, alors j'ai vraiment rien caché! Tiens prends des stylos dans cette trousse et je vais nous chercher du café..."

Le Londonien posa une trousse devant le jeune homme avant d'aller à la cuisine en soupirent et en espèrent de tout cœur que tout se passerait bien avec ce jeune. Il servit deux tasses de café avant d'aller les poser sur la table basse du salon et de se laisser tomber sur le canapé en croisant les bras tout en fixant son "élève".

"Je ne t'ai même pas demandé ton nom et ton prénom...Quel manque de savoir-vivre..."
James Evans

< FAN >
avatar

Messages : 367
Date d'inscription : 31/12/2010

Carte d'identité
Statut: Célibataire
Rencontres/Liens:
Particularité ?: A un caractère de chien.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Apprends-moi à vivre [PV Keiichi] Ven 11 Fév 2011 - 23:19

Keiichi ne se rappelait même pas que de taper sur la porte d’un inconnu comme un bourrin n’était pas une très belle forme de politesse. Ça pourrait déranger son nouveau professeur comme les voisins. Il n’eut pas le temps de cesser ses coups que la porte s’ouvrit sur un homme. Un vrai. Un grand personnage. Il s’était bien trompé, il pensait que son professeur allait être un homme plus âgé, peut-être la quarantaine. Keii en fut stupéfait mais l’individu semblait ne pas lui en vouloir pour le bordel qu’il venait de créer.

« C’est rien, ça m’a permit de faire une petite sieste et de me remettre un peu au piano… Allez entres ! »

Il venait même de l’accueillir à bras ouverts. Son nouveau prof s’écarta du chemin de la porte d’entrée pour que Keii parvienne à pénétrer dans l’appartement. A peine rentrer, l’homme qui allait dorénavant lui donner des cours n’eut pas le temps de refermer derrière lui qu’une voit à l’extérieur commençait à se manifester.

« Evans ! C’est quoi ce bordel ?! Tu tapes comme un dingue contre ta porte comme si tu n’avais pas de voisins ! Vous les Anarchi… »

Evans. Ça devait être certainement son nom. Keii tourna sur lui-même pour diriger plus aisément son regard vers la porte. Son prof avait disparut dans le couloir, tout ce qu’il entendit était un coup violent et brusque, couplant le souffle sans aucun doute au voisin.

« La prochaine fois que vous me harcelez pour rien, je vous fais la peau. »

D’une grande froideur, le ton dicté fit glisser un frisson sur tout le long de son corps. Il revit l’image de l’individu qui rentrait à son tour et refermait enfin cette foutue porte puis il s’approcha avec une grande innocence vers Keiichi.

« Désolé, j’ai souvent des soucis avec ce mec… Je m’appelle James Evans, je ne veux surtout pas que me vouvoies, j’ai vingt-neuf ans donc pas besoin de me parler comme à un vieux qui en a cinquante ! Quoi d’autre… Ah oui ! Ne m’appelle pas non plus par mon nom de famille, ça a le don de me rappeler mes profs qui étaient comment dire… Insupportables ! »

Les points sur les ‘i’ étaient mit et c’était bien clair. Durant ce temps, Keii n’avait pas pu s’empêcher de lancer un œil plus attentif à ce James. Plus vieux, oui mais de combien d’années exactement ? Il n’espérait pas non plus qu’il soit trop âgé de peur que si il venait à vouloir plaisanter que l’autre ne le prenne mal. Malgré tout, James avait mit une certaine aise entre eux deux pour ne pas se sentir gêner ou agir comme il ne le faudrait pas. Keii sentit les yeux de James le détailler. Il aurait pu croire qu’il le mettait à nu.

« Tu veux peut-être un café ou un truc du genre pour te réveiller ? Tu as une mine affreuse… Fais comme chez toi. Oh et tu n’es pas obligé d’enlever tes chaussures ici, t’es chez un ‘sale Anarchiste Anglais à la con’ de toute façon ! »

Une mine affreuse. Keiichi pensa tout de suite que c’était une remarque complètement stupide et dépourvu de sens. Si James travaillait comme on le lui avait dit, il devrait être mit au courant de sa situation. C’était un peu normal vu l’heure qu’il est une tête de déterrée. Keiichi hocha poliment de la tête pour présenter son accord d’un agréable café. Rapidement, James quitta les lieux pour se guider dans la cuisine pour faire du café. Pas retirer ses chaussures ? Mais prendre ces aises pour mieux travailler, c’est idéal. Même si il n’était pas obligé, il se sentait obligé de les retirer. Il se déchaussa et déposa ses chaussures à l’entrée. James revint rapidement et l’amena au salon. Tel un grand curieux, il ne put s’empêcher de faire le tour des lieux uniquement des yeux. Un vide. Son appartement faisait horriblement vide mais vu son boulot, il ne devait certainement pas passer énormément de temps à l’intérieur. Se satisfaire du nécessaire, comme on le dit.

James sortit une tonne de bouquins. Keii crut mourir sous ces kilomètres de pages à lire, ou à décortiquer. James les déposa sur une table basse. Keiichi se rapprocha et s’installer agenouiller à terre pour se retrouver au même niveau que celle-ci. James sortit une feuille d’un livre avant de la lui tendre et de lui expliquer son fonctionnement.

« Je n’ai pas spécialement envie de te harceler avec des cours aujourd’hui. Alors, je te propose déjà ce questionnaire, puis après nous verrons un peu où tu te situes dans toutes les matières qu’on va étudier ensemble pour que je sache quoi te préparer comme cours… Mhhh ah oui, le questionnaire a été fait par un de mes professeurs de philosophie… Il voulait même savoir si on a eu des maladies, des soucis psychologies, ou des drames dans nos vies, d’après lui on pouvait, de ce fait, être plus ‘spéciaux’ que les autres… »

Keiichi regard d’un air interrogateur James. Il n’avait pas vraiment comprit le principe mais pour ne pas commencer à jouer les idiots, il préférait suivre les consignes à la lettre de la feuille. Peut-être y verrait-il plus clair. Il retourna son regard vers la feuille, admirant plus l’espace blanc que les petites typographies de couleurs noires.

« T’es pas obligé de répondre à ça, même pas obligé de répondre à tout, mais j’ai trouvé ce questionnaire super sympa à l’époque, alors j’ai vraiment rien caché ! Tiens prends des stylos dans cette trouve et je vais nous chercher du café… »

James s’éclipsa une nouvelle fois. Laissant un énorme dilemme entre Keiichi et le fameux questionnaire. Il déposa la feuille sur la table basse et fouilla dans la trousse pour en sortir un stylo bleu. Il commença à écrire quelques petits trucs lorsque James revint.

« Je ne t’ai même pas demandé ton nom et ton prénom… Quel manque de savoir-vivre…  »

Keiichi releva la tête vers James et ne put s’empêcher d’esquisser un sourire à sa grande habitude. Il hocha la tête négativement faisant comprendre que cet oublie n’était pas bien important.

« Hum… C’est rien. Je m’appelle Keiichi mais tout le monde m’appelle Keii. »

Il reprit la suite du questionnaire. Au bout de quelques minutes, celui-ci put être remplit et le redonna à James avant de ranger le stylo dans sa trousse. Les cours semblaient plutôt bien commencer. Il regardait James jeter un œil à ses différentes réponses. Mais Keii ne comprenait pas bien en quoi ça allait lui servir exactement pour savoir où il en était dans l’enseignement de ses plusieurs matières. Il ne rajouta rien, il attendit simplement. Keii prit la tasse de café auparavant posé sur la table basse non loin de lui. La chaleur de celle-ci lui faisait agréablement du bien. Peut-être que le contenu lui donnerait un coup de fouet pour ce matin. Il espérait beaucoup. Il eut subitement un énorme coup de barre. Il aurait eu envie de s’étaler par terre pour s’endormir. Non ! Il se l’interdisait. Keii rapprocha la tasse de ses lèvres et en but une longue gorgée. Le contenu réchauffé, lui avait brûlé la gorge mais tant pis, ça le réveillerait un petit peu plus. Il s’installa plus confortablement à même le sol. James n’avait toujours pas daigné bougé. Il se demanda même si il regardait véritablement les réponses qu’il y avait inscrite.

« Nee… Je peux te poser une question ? »

James pointa enfin le regard ailleurs que sur la feuille blanche. Keii pu admirer la couleur de ses yeux. Il n’avait même pas eu le temps de le regarder, ni même de faire véritablement connaissance. Il avait tout de suite enchaîné et Keii avait du mal à accepter cette situation. Rester d’un bon contact professeur / élève, il n’en avait pas tellement envie. Après tout, en dehors d’un établissement scolaire, il est permit de se connaitre.

« Comment ça se fait que tu es accepté de vouloir me donner des cours ? Je veux dire… Tu es bien au courant de ma situation, non ? »

Keiichi termina d’avaler le café pour ensuite déposer la tasse à nouveau à sa place initiale. Il essayait tant bien que de mal d’engager une conversation, ne serait-ce que pour donner un petit coup de pouce pour raconter ses réussites scolaires ou ses lacunes précédentes.

« Enfin si je peux t’aider, j’étais bon en Japonais et nul en Mathématiques… »
Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Apprends-moi à vivre [PV Keiichi] Sam 12 Fév 2011 - 17:59

"Keiichi...Ok, il va falloir que je fasse de mon mieux pour retenir ton nom, à mon âge on a plus une bonne mémoire!"

James sourit alors et croisa les bras derrières sa tête en s'adossant contre le dossier du canapé. Il venait vraiment de tendre le bâton pour se faire frapper, pensant que Keii pouvait maintenant lui dire qu'il était un "vieux chnoque" ou autre. Le Londonien prit alors le petit questionnaire une fois celui-ci terminé. Il le décortiqua de A à Z, regardant la façon dont Keiichi composait ses phrases, analysant son écriture...Bref, il passait la feuille aux rayons X.

" Oui oui poses toutes les questions que tu veux, je t'en prie"

Il sourit et regarda alors Keii droit dans les yeux en penchant la tête sur le côté. AH AH, question piège que James voulait éviter à tout prix. Oui il connaissait la situation de Keiichi et il s'en fichait totalement. Ce qu'il voulait, c'était l'aider à continuer un minimum ses études. Mais...Pourquoi James a-t-il dit oui? C'est vrai, la journée il peut se reposer en général, rattraper ses heures de sommeil etc... Pourquoi se fatiguer à enseigner à un parfait inconnu? Il y avait deux bonnes raisons qu'il ne cacherait pas à Keiichi.

"J'ai besoin d'argent, d'une part..."

Il se redressa et prit une cartouche de clope rangée dans un petit placard à côté du canapé.

"Et faut avouer que les journées sont de plus en plus longues. Je suis seul depuis des lustres, je ne fais plus rien depuis des mois et des mois! Quand on m'a proposé d'enseigner à un jeune qui viendrait la journée à la maison, j'ai sauté sur l'occasion tout simplement."

Il ouvrit la cartouche et la vida sur la table basse avant de réunir les paquets de clope en petits tas. James se laissa à nouveau tomber dans le canapé avant de commencer à construire une pyramide avec ses paquets de clope.

" Ca me fait plaisir aussi d'un côté de voir que mes années d'études peuvent servir à quelque chose. Regardes, je suis barman avec des diplômes pleins les poches ! C'est ridicule... Je n'exploite pratiquement jamais mes connaissances et maintenant que tu es là je vais pouvoir le faire en t'apprenant, je l'espère, des choses que tu ne sais pas encore. Pas simplement sur l'enseignement général, mais sur la vie aussi. Comme tu as pu le constater en lisant mon propre questionnaire, la vie je la connais. Elle a était une vraie chi...Une vraie garce avec moi. Je ne veux pas me venter ni rien...Mais si je peux t'apprendre un minimum sur ce que j'appelle "l'art de la vie" j'en serai tout simplement enchanté."

James avait fini sa pyramide au bout de son long discourt. Il attrapa alors sa tasse de café qu'il but d'un trait avant de soupirer. Nul en maths? Cool, James se débrouillait bien en maths. Il attrapa alors un bouquin qui avait l'air assez vieux. Il n'eut pas le temps de le mettre sur ses genoux que la reliure de cuir tomba aux pieds de James, qui blanchit d'un coup. Ce livre il l'avait eu à ses 16ans... Il y regroupait tous les programmes scolaires qu'il avait enchaînés. Il regarda alors la reliure avant de rire.

"Il est plus tout jeune celui-la!"

Il sourit et vint près de Keiichi, s'asseyant à côté de lui et lui montrant un chapitre qui devait correspondre à son niveau d'étude qu'il avait vu dans le questionnaire.

"Dis-moi si tu as étudié ça... Et aussi où tu as du mal. On reprendra ensemble, tu verras ce n'est pas si compliqué et on passera les choses plus qu'inutiles!"

James se releva alors et reprit le questionnaire de Keiichi qu'il finit de lire. Wow, il avait vint trois ans? Mais il était tout jeune celui-là! James lança un petit coup d'oeil vers lui un petit sourire en coin avant de venir lui piquer le livre un petit instant.

"Non, je me suis trompé ton niveau c'est plus ça!"

[center] Le Londonien ouvrit le livre à la fin sur les rappels...De la classe qui équivaut la 6eme!

"Ca correspond plus à ton niveau d'étude, enfin à ton âge, non?"

Il regarda Keii droit dans les yeux avec un air affreusement sérieux avant d'éclater de rire et de lui donner une petite tape amicale dans le dos sans pouvoir calmer son fou rire. Ouais, James au fond était encore un gamin indomptable, c'était comme ça et SURTOUT PAS autrement!


Dernière édition par James Evans le Dim 13 Fév 2011 - 10:21, édité 1 fois
James Evans

< FAN >
avatar

Messages : 367
Date d'inscription : 31/12/2010

Carte d'identité
Statut: Célibataire
Rencontres/Liens:
Particularité ?: A un caractère de chien.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Apprends-moi à vivre [PV Keiichi] Sam 12 Fév 2011 - 22:10

« J’ai besoin d’argent, d’une part… »

Alors lui, il se devait d’être clair depuis le début. Keii aimait beaucoup son côté franc. Au moins avec lui, il ne passerait jamais par quatre chemins et les choses seront directement dîtes. Il suivait des yeux James se frayer un chemin jusqu’à un petit placard pour y sortir une cartouche à l’emballage neuf bondée de plusieurs paquets de clopes.

« Et faut avouer que les journées sont de plus en plus longues. Je suis seul depuis des lustres, je ne fais rien depuis des mois et des mois ! Quand on m’a proposé d’enseigner à un jeune qui viendrait la journée à la maison, j’ai sauté sur l’occasion tout simplement. »

James tout seul. Cette situation semblait bien étrange. Pourtant, il avait de connaître beaucoup de monde dû à son boulot, alors pourquoi ne pas profiter de ces moments de repos pour les croiser et sortir avec une heure ou deux. Keiichi ne comprit pas sur ce coup là. Il ne serait certainement pas une source d’amusement vu qu’il était là pour une affaire sérieux d’éducation scolaire. Durant son discours, James s’était éclaté à dégommer l’emballage de la cartouche pour y sortir les nombreux paquets de cigarettes, les classant dans un premier temps en petit tas. Puis, finalement, il s’installa plus confortablement dans le canapé et à présent, il s’amusait à fabriquer une pyramide en forme de cartons.

« Ça me fait plaisir aussi d’un côté de voir que mes années d’études peuvent servir à quelque chose. Regardes, je suis barman avec des diplômes pleins les poches ! C’est ridicule… Je n’exploite pratiquement jamais mes connaissances et maintenant que tu es là je vais pouvoir le faire en t’apprenant, je l’espère, des choses que tu ne sais pas encore. Pas simplement sur l’enseignement général, mais sur la vie aussi. Comme tu as pu le constater en lisant mon propre questionnaire, la vie je la connais. Elle a été une vraie chi… Une vraie garce avec moi. Je ne veux me venter ni rien… Mais si je peux t’apprendre un minimum sur ce que j’appelle ‘l’art de vivre’ j’en serai tout simplement enchanté. »

Il semblait traverser plus qu’une relation de professeur - élève. Peut-être serait-ce mieux, peut-être pas. Keii ne souhaitait pas s’y attacher pour se faire ensuite torturer de mille et une façons pour se faire prendre pour une simple poupée. Il n’avait fait que contempler ensemble la construction de la nouvelle pyramide qui ne logeait pas en Egypte mais bien dans un appartement sur une table basse. Keii sentit James pointer le bras vers un objet mais n’avait pas daigner relever les yeux pour savoir exactement ce qu’il faisait. Il était bien trop prit dans ses pensées mais surtout il était prit d’un énorme bug, non pas informatique mais juste de la part de son système nerveux qui avait dû se mettre en pause. C’est un bouquin, principalement sa couverture qui s’était pété la figure au sol à ses côtés qui le sortit de sa longue et pénible contemplation. Sur la couverture était inscrit ‘Mathématiques’, Keii avait déjà fait une connerie de faire comprendre rapidement que cette matière lui faisait défaut. Il n’avait pas vraiment envie de retrouver cette lourde matière qui lui cassait sans cesse les neurones pour finalement rien en sortir. Il avait eu beau essayer, rien. Il ne retenait rien.

« Il est plus tout jeune celui-là !

Dis-moi si tu as étudié ça… Et aussi où tu as du mal. On reprendra ensemble, tu verras ce n‘est pas si compliqué et on passera les choses plus qu‘inutiles !
»


Keiichi releva ses yeux enfin vers James, il s’était assit à ses côtés tout en lui montrant un chapitre qui avait du croiser quelque part. James se releva reprenant la feuille pleine de questions stupide à son égard pour la relire. Ce qui en était du chapitre, ça semblait très lointain, voir même trop. Mais il l’avait oublié dès la seconde suivante d’avoir écrit le nom du chapitre sur son cahier. Il avait dû s’être endormi par la suite, il ne se souvient plus très bien. Après tout, ce n’était pas le moment pour se rappeler d’un truc qui est de toute manière inutile.

« Non, je me suis trompé ton niveau c’est plus ça ! »

Il vit le livre disparaître de sous ses yeux se retrouvant face à un livre digne de l’homme invisible. James le lui avait retiré des mains, pourquoi disait-il que ça ne semblait pas être de son niveau ? Keiichi en était pourtant sûr d’avoir déjà croisé ce truc là quelque part.

« Ça correspond plus à ton niveau d’études, enfin à ton âge, non ? »

James redonna le livre ouvert à une nouvelle page. Dessus, était inscrit en lettres grasses : ‘Rappels’, quand Keiichi jeta un œil, ces nombreuses formules étaient équivaut à un niveau beaucoup trop bas pour son âge. Il fronça des sourcils suite à ce mal entendu, rapidement, il releva les yeux vers James qui avait un air sérieux avant d’exploser de rire jusqu’à se tordre de rire à en mourir. Une tape, une bonne tape de mec claqua contre son dos. Keii se sentit bousculer et ne put s’empêcher de faire avancer son buste vers l’avant avant de le remettre droit. James venait de se payer sa tronche mais royalement et lui, il avait marché dedans. Comme un imbécile. Keiichi grimaça.

« Neee, le vieux ! Ne te fous pas de moi comme ça. N’oublie pas que Keiichi peut te pourrir la vie. »

Les dés étaient lancés. Non loin de là, une menace mais plutôt une simple plaisanterie comme lui avait fait James. Cependant, Keiichi avait réussit à garder son air sérieux de mécontentement plus longtemps que son aîné. James avait tiré de grands yeux ronds. Cette fois-ci, le mot ‘vieux’ avait dû être beaucoup trop fort à son goût, c’est à ce moment-là, que Keii se mit à esquisser un sourire en coin avant de rire à pleines dents.

« Décompresse ! C’était une blague ! Bon d’accord, j’ai été fort sur le fait que tu sois un homme préhistorique par rapport à moi. »

Keiichi ne put s’empêcher d’éclater de rire de nouveau se roulant presque par terre. Il s’était juste laissé tomber en arrière, s’étalant complètement au sol. Il leva le bouquin qu’il avait gardé entre les mains pour regarder à nouveau les méthodes de calculs qui se font de longues dates. Il souriait béatement comme un mongol.

« Dis. Je ne sais pas pour toi mais là… J’ai vraiment la flegme d’étudier. J’ai eu une nuit compliquée et je pense que la tienne a été longue aussi. Je propose une sieste. »

Il n’attendit pas une réplique du dit James, il reposa le bouquin fermé au sol auprès de lui. Pendant quelques instants, il ferma les yeux. Ça lui faisait du bien de ne plus apercevoir la lumière du jour. A force de rester éveiller trop longtemps et de ne pas assez dormir, ça lui brûlait les yeux. Là, il était bien.
Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Apprends-moi à vivre [PV Keiichi] Dim 13 Fév 2011 - 10:28

« Ouahouuuu!! Le gamin m'appelle le vieux! Mais c'est que je vais être fâché! »

James mit alors une petite claque derrière la tête de Keii en continuent de rire. Quoi? Homme préhistorique? Mhhh, bien envoyé gamin! C'était bien la première fois que l'on disait ça à James . . . Qui le prit affreusement bien! La preuve était qu'il devait tenir ses côtes qui devenaient douloureuses tant il riait! Le Londonien regarda alors Keiichi admirer son livre de Mathématiques comme un véritable attardé. La tentation était trop grande, James DEVAIT faire ce qu'il y avait à faire dans ce genre de situation. En moins de deux secondes, le mal étaient fait. Les dès étaient jetée, le monde s'était arrêté de tourner. En effet, James venait de mettre un bon coup dans le livre qui partit directement dans la figure de Keiichi.
Première phrase de James le mécréant?


« Pardon, mais tu aurais vu la tête d'abrutis que tu avais . . . C'était en mon devoir, en tant que vieux professeur diplômé d'une école anglaise au nom imprononçable, de te mettre ce livre dans la tronche. »

James se mit à nouveau à rire puis se calma de suite. Quoi? Dormir? Maintenant? Non, ce n'était pas le moment de dormir quoi que . . . Ça pouvait être le moment de bien rigoler s'il acceptait la demande de Keiichi.
Le jeune homme se redressa et alluma une petite lampe avant d'aller fermer ses volets et de revenir auprès de Keiichi.


« Très bonne idée. Repose-toi un peu, je vais préparer tes cours en attendant. Vas sur le canapé si tu veux, fais comme chez toi.»

James avait prit une voix très douce, du moins il ne s'en était même pas rendu compte, c'était habituel chez lui de parler doucement comme ça, mais en général de part son travail il était toujours obligé de parler plus fort ... Vous croyez vraiment que des hommes complètement ivres vous entendent quand ils en sont à leur huitième cocktail et que la nuit vient à peine de commencer pour eux? Non, ils n'entendaient plus rien et de ce fait James devait limite hurler à chaque fois, bref. Il quitta le salon et prépara un peu ses cours. Au bout d'une bonne heure, une fois Keiichi profondément endormit, James commença à mettre son plan à exécution. Pour son plan démoniaque il lui fallait très peu de choses, c'est-à-dire un verre d'eau, grand de préférence et un peu d'imagination! Une fois que tout cela fut réuni il retourna au salon à pas de loup et regarda Keii dormir. Ça lui faisait presque (je dis bien « presque ») un pincement au coeur de devoir faire ce sale coup à son élève . . . Mais la tentation était bien trop grande! Malgré tout, James resta un bon moment à regarder Keiichi dormir, l'examinant à nouveau.
Il était vraiment mignon ce jeune, pourquoi s'était-il embarqué dans des histoires autant louches que celles de la Résidence? Sérieusement, ce gamin avait l'air brillant, si on oubliait ses lacunes en Mathématiques, il pouvait avoir un bien meilleur avenir que celui que la Résidence lui promettait. James soupira et baissa les yeux avant de vider la totalité du verre d'eau bien fraîche sur le visage de Keiichi. Il ouvrit ensuite ses volets d'un coup, les faisant claqués contre la façade de l'immeuble. Il regarda un instant la mer qui lui faisait face (vive les appartements avec vu sur la mer) avant de revenir auprès de Keiichi.


«La sieste est terminée bébé . . . Ça va? Pas trop dur le réveil? »

Il ne pu s'empêcher de rire avant de laisser tomber une serviette de bain chaude sur la tête de Keiichi histoire qu'il n'attrape pas froid, c'est alors qu'on tambourina à la porte.

« Ça c'est le voisin qui n'est pas content parce que Monsieur Evans a fait claquer ses volets. Faut que je lui rappelle combien de fois qu'il fait ça tous les matins et que je ne lui ai JAMAIS rien dit? Je reviens. »

James sourit à Keii avant d'aller ouvrir.

«C'est pour quoi? Oh attendez, je sais! J'ai fait claquer mes volets, c'est ça? Ça vous a dérangé alors qu'il est midi et que vous étiez à table devant vos émissions idiotes! Pas besoin de me dire que vous étiez au lit et que vous êtes, de plus, très malade. Quoi que ... C'est vrai, vous êtes un gros malade mentale! La prochaine fois que vous venez chez moi pour me faire un reproche sur une chose que vous faites TOUS les matins je vous assure que je vous balance depuis le cinquième étages et vous serez tellement éclaté au sol que personne, même pas votre femme et vos cher enfants, ne vous reconnaitrons à la morgue! Je suis bien clair?! »

Le voisin resta béa devant un James qui s'énervait de plus en plus ce qui devenait presque effrayant. Sa respiration était de plus en plus rapide, ses mains tremblaient comme des feuilles et son regard était assez .. Inquiétant. Le voisin présenta ses plus plates excuses à James, totalement choqué par ses dires et sa façon d'être, avant de partir aussi vite qu'il est arrivé. James lui retourna dans son appartement, doux comme un agneau, comme si de rien était!

« Comme je le disais à mon « cher » voisin . . . Il est midi! Si tu veux rester à la maison tu peux, j'ai de quoi manger dans le frigo. T'es plutôt quoi? Pâtes? Pizza? Légumes? Viande? Poisson? Bouillit pour bébés?! »

James sourit et donna une autre serviette de bain bien chaude à Keii qui avait encore les cheveux trempés.

« Désolé pour tout à l'heure, mais j'ai pas pu résister à l'envie de te réveiller comme ça! »

Sur ce, il partit à la cuisine voir ce qu'il avait dans son frigo et dans ses placards, au final il avait de quoi nourrir une colonie de vacances entière, étonnant pour un mec qui vit seul depuis des siècles!

« J'ai vraiment préparé tes cours, on commencera quand tu voudras si l'envie te prend d'étudier aujourd'hui ... Mais demain les cours commences et tu ne pourras plus me sortir l'excuse de la sieste! Compris bébé? »
James Evans

< FAN >
avatar

Messages : 367
Date d'inscription : 31/12/2010

Carte d'identité
Statut: Célibataire
Rencontres/Liens:
Particularité ?: A un caractère de chien.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Apprends-moi à vivre [PV Keiichi] Dim 13 Fév 2011 - 17:02

« Ouahouuuu !! Le gamin m’appelle le vieux ! Mais c’est que je vais être fâché ! »

C’est une impression ou c’est vraiment une menace ? Keiichi se paya sa tronche. Il ne cessa pas de rire. Et même ce soupçon de colère l’amusait plutôt que de lui foutre les jetons. Calmement, il reprit sur lui, reprenant en champ de vision les titres des différents rappels de cet saloperie de bouquin de Mathématiques. Mais au lieu de sérieusement en conclure une solution, le livre atterrit droit en pleine face, lui cognant monumentalement le nez. Bordel ! Ça tue un livre, merde !

« Pardon, mais tu aurais vu la tête d’abrutis que tu avais… C’était en mon devoir, en tant que vieux professeur diplômé d’une école anglaise au nom imprononçable, de te mettre ce livre dans la tronche. »

Merci ! Il l’avait bien remarqué que ça avait été plus fort que lui de taper dedans. Keiichi jeta le livre plus loin et passa sa main sur son nez pour masser la douleur qui le prenait à ce niveau. C’est ainsi par la suite que Keiichi demanda à son charmant professeur d’innover une courte sieste. Il avait déjà trouvé une bonne place au sol, il était froid mais peu importe, il était très bien installé ainsi. Il ne suivit pas les différentes actions de James. Il l’entendit juste se lever du canapé pour fermer les volets. Voilà qui était mieux.

« Très bonne idée. Repose-toi un peu, je vais préparer tes cours en attendant. Va sur le canapé si tu veux, fais comme chez toi. »

Keiichi ne prit pas la peine de répondre quoi que se soit que les bras de Morphée l’avait déjà emporté loin, beaucoup trop loin, dans le pays des Rêves.


Un truc froid, gelée même s’était fait une place sur son visage. Mais putain ! Qu’est-ce que c’était ? Keiichi tenta d’ouvrir un œil, il apporta directement ses mains à son visage. De l’eau… Le toit fuit ?

« La sieste est terminée bébé… Ça va ? Pas trop dur le réveil ? »

Il entendit l’autre se fendre librement la poire. C’était un coup monté ! Quel enfoiré ! Il dormait si bien qu’il n’avait pas entendu James prévoir son coup machiavélique. Il grogna en balançant toutes sortes de jurons pour faire comprendre d’une certaine façon son mécontentement et le coup vache que lui avait fait l’autre mais il fut interrompu rapidement par un tissu, chauffé, qui s’étala sur sa face. Ça lui faisait du bien mais il voulait dormir. Il essuya de quelques mouvements l’eau mais préférait rester avec celle-ci sur la tête. Il ne voulait pas ouvrir les yeux de toute façon, son ouïe le servait parfaitement bien. Un coup ou deux sur la porte d‘entrée, mais cette fois ce n’était pas lui.

« Ça c’est le voisin qui n’est pas content parce que Monsieur Evans a fait claquer ses volets. Faut que je lui rappelle combien de fois qu’il fait ça tous les matins et que je ne lui ai JAMAIS rien dit ? Je reviens. »

Puis soudain, plus rien. Il n’arrivait pas à diagnostiquer ce que James balançait à son cher et tendre voisin. Quelques minutes passèrent, combien exactement, il n’en avait aucune idée. Il savait que James était retourné auprès de lui en entendant la porte claquer et les bruits de pas se rapprocher. Keiichi n’avait toujours pas bougé son cul du sol.

« Comme je le disais à mon ‘cher’ voisin… Il est midi ! Si tu veux rester à la maison tu peux, j’ai de quoi manger dans le frigo. T’es plutôt quoi ? Pâtes ? Pizza ? Légumes ? Viande ? Poisson ? Bouillit pour bébés ?! »

Midi ? Pourtant, Keiichi qui adorait manger comme un goinfre, il n’avait pas du tout l’appétit. Sûrement dû à la fatigue. James lui fit détailler une nombreuse liste. Le temps qu’il réfléchisse à ce qu’il pouvait bien manger, juste un morceau ou deux il reçut une nouvelle serviette réchauffée sur la tête.

« Désolé pour tout à l’heure, mais j’ai pas pu résister à l’envie de te réveiller comme ça ! »

J‘ai vraiment préparé tes cours, on commencera quand tu voudras si l‘envie te prend d‘étudier aujourd‘hui… Mais demain les cours commencent et tu ne pourras plus me sortir l‘excuse de la sieste ! Compris bébé ? »

C’est quoi cette nouvelle manie de l’appeler ‘bébé’ ? Les nerfs lui prenaient, Keiichi retira les serviettes dont il avait été habitué de garder sur son visage. Il se releva et se dirigea en direction de James qui était installé dans la cuisine. Il balança les serviettes sur lui avant de répliquer d’une manière semblant énervé.

« Nee, le vieux plouc ! Ne m’appelle pas ‘bébé’ ! Tu n’es pas ma mère et encore moins mon mec. Et je veux des nouilles ! »

Pour finaliser cette scène, Keiichi reprit la direction du salon. Il prit les nombreux bouquins qu’avait posé James auparavant et les examina de plus prêt le temps que l’autre finisse de préparer la bouffe et s‘installa sur le canapé. Les feuilles étaient froissées, abimées, quelques petits dessins avaient fait une apparition sûrement dû à un profond ennuie passager.

« Tes bouquins sentent le vieux… Comme toi ! »

Keiichi jeta les bouquin un peu plus loin. Pourquoi s’était-il donc mit dans une situation pareille ? Depuis qu’il n’était plus véritablement dans une école, il était atteint par la flegme. Oui, une grosse crise de fainéantise aigüe. Il ne savait pas du tout comment se reprendre et il ne pouvait pas non plus se permettre de manquer plus les coups de l’appel pour faire son boulot.

« Putain de bordel de merde ! James ! J’en ai plein le cul ! »

Il s’étala de tout son long sur le canapé, gesticulant, tapant les nombreux coussins. Une crise passagère. Juste une petite. Mais avant tout, Keiichi se faisait chier. Et quand il s’emmerdait, il ne pouvait s’empêcher de penser à comment il en était arrivé là. Une vengeance ! Il lui en faut une. Il en avait envie de toute façon, depuis bien longtemps mais il l’avait ignoré. D’un pas sûr et certain, il se releva et se dirigea dans la cuisine. Là, sous les yeux de James il fouilla dans tous les placards. Il ne prit pas en compte les interrogations de son vieillard de professeur pour finalement trouver une bassine. Il se releva et jeta un regard à James. Un sourire s’afficha, un sourire vainqueur mais ne faisant pas comprendre cette espèce de nouvelle farce. Il se dirigea tranquillement dans la salle de bain, il ne devait pas montrer ce qu’il avait dans la tête. Il ouvrit le robinet et guida la bassine sous le jet pour la remplir. Une fois terminée, il retourna sur ses pas et fit face au dos de James.

« Hey ! Vieux con ! Va te faire foutre ! »

D’un geste rapide, Keiichi visa correctement pour que le contenu de la bassine finisse son chemin droit sur la face de James. Le pauvre homme se retrouvait trempé jusqu’aux os.
Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Apprends-moi à vivre [PV Keiichi] Dim 13 Fév 2011 - 19:19

James n'écouta pas les insultes de Keii et calcula encore moins sa crise à la con. Trop occupé à chercher ce qu'il n'avait pas, c'est-à-dire des nouilles. Il se crispa alors quand l'eau atterrie sur son dos. Bordel. Non, pas ça, pas de l'eau là où se trouvait James!

"NON BORDEL MES MEDICAMENTS!"

James attrapa ses médicaments et les sortis du petit sachet en papier où ils étaient rangés. Ils étaient tous ruinés, plus rien à faire. Ses mains se mirent alors à trembler. La pharmacie était fermée aujourd'hui, la plus proche était tout de même à une bonne demie heure de bus et James était trop fatigué pour supporter ça. S'il avait été seul, c'est certain il se serait mis à pleurer. Ses médicaments il devait les prendre matin midi et soir ainsi qu'un autre avant de dormir. Sans ça? Sans ça James risquait tout simplement de passer l'arme à gauche s'il chopait, par exemple, une petite grippe. Il laissa alors tomber ses médicaments avant de se tourner vers Keiichi avec un regard meurtrier.

"Toi...J'vais t'apprendre à te tenir à carreau avec moi."

Le ton de sa voix était froid et ferme. Il mit alors une droite dans la gueule de Keii, ça devait faire mal d'ailleurs avec toutes les bagues que James portait... Il lui en mit encore deux autres, toutes aussi fortes les unes que les autres avant d'attraper Keiichi par le col, le plaquant avec violence contre le mur.

"Tu recommences ça encore une fois je t' explose..."

Il attrapa ensuite Keiichi par les cheveux avant de lui faire une béquille pour qu'il s'agenouille devant ses médicaments.

"J'ai eu un cancer mec, tu le comprends ça?! J'ai besoin de médicaments au QUOTIDIEN et toi tu viens de ruiner ce qu'il me restait pour la semaine! Regardes ça!"

James appuya sur la tête de Keiichi pour que celui-ci ne soit plus qu'à quelques centimètres de ses médicaments. Il le redressa ensuite, le tenant toujours par les cheveux.

"Tu vas prendre mes ordonnances, tout ce qu'il te faut quoi et tu vas aller m'acheter mes médicaments, c'est clair?!"

Le jeune homme retira alors son haut qui était trempé, découvrant ainsi son torse qui était juste parfait si l'on oubliait les deux balafres qu'il avait sur le flanc gauche. Celles-ci étaient dues à des drains qu'il avait eu étant petits, à l'époque on ne faisait pas de très jolies cicatrices...Il soupira alors et se frotta doucement les bras pour se réchauffer tout en allant se chercher un pull sec dans sa chambre. Il retourna ensuite dans le salon et ramassa ses livres qu'il rangea avec douceur, comme s'ils était vivent. Il retourna enfin dans sa chambre pour changer de pantalon et prendre ses ordonnances qu'il posa sur la table de la cuisine.

"Tu me dois bien ça...je ne peux pas rester sans médicaments..."

James mit aussi de quoi payer les médicaments sur la table avant de se laisser tomber sur une chaise, totalement épuisé. Il prit alors sa tête entre ses mains en se mettant à trembler doucement, se sentant vraiment mal, mais voulant le cacher à Keii.

"Allez, dépêches s'il-te-plais..."

Il soupira et baissa la tête en maudissant le fait qu'il ait oublié ce matin-là de prendre ses médicaments, d'où sa grande fatigue.
James Evans

< FAN >
avatar

Messages : 367
Date d'inscription : 31/12/2010

Carte d'identité
Statut: Célibataire
Rencontres/Liens:
Particularité ?: A un caractère de chien.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Apprends-moi à vivre [PV Keiichi] Lun 14 Fév 2011 - 21:43

De la flotte, partout, c’est tout ce qu’il voyait. Enfin… C’était plutôt la gueule furieuse de James qui le faisait flipper. Il n’avait jamais une tronche pareille. Il avait grogné quelque chose comme : « NON BORDEL MES MÉDICAMENTS ! ». Ses médocs ?! Il ne prit même pas le temps de contempler quelques instants de plus sur son interrogation, qu’il crut que James allait commettre un meurtre sur lui.

« Toi… J’vais t’apprendre à te tenir à carreau avec moi. »

Un son glacial. Ce ton lui rappelait étrangement quand il avait engueulé son voisin. Sauf que cette fois, ça lui était destiné. Puis, d’un coup, plus rien. Un coup, un violent, des objets en métaux semblaient vouloir se forger un chemin dans sa peau au niveau de sa mâchoire. Il ne calcula pas bien longtemps pour sentir un autre coup. Mais Keii ne savait pas du tout où il avait pu atterrir. Les coups l’avaient bien assommés. Pour un vieux con, il en avait une belle force cachée. Quand il put reprendre ses esprit, il était étalé par terre, comme un mort. Mais il quitta cette position par un soulèvement. James l’avait chopé par le colback et l’avait plaqué violemment dos contre le mur. Légèrement relevé de quelques centimètres, il n’était pas difficile de cerner sa colère. Keiichi avait vraiment exagéré sur le coup, c’était sûr et que James lui latte la gueule, c’était bien fait.

« Tu recommences ça encore une fois je t’explose… »

Ses yeux n’arrivaient plus à suivre la scène mais ses oreilles entendait parfaitement bien. Une poigne l’agrippa aux cheveux. Bordel ! Sa tignasse, il y tient comme la prunelle de ses yeux. Il n’avait pas le temps de faire une remarque qu’il sentit comme un genou faire une rencontre volontaire avec l’un des nerfs formant sa jambe qui d’habitude, le lui servait pour être maintenu debout. Hors, il se cassa lamentablement la gueule. Seul, la poignée de main dans ses cheveux lui faisait redresser le dos. Quand il comprit où il était, il se trouva en face de boîtes de médicaments.

« J’ai eu un cancer mec, tu le comprends ça ? J’ai besoin de médicaments au QUOTIDIEN et tu viens de ruiner ce qu’il me restait pour la semaine ! Regardes ça ! 

Tu vas prendre mes ordonnances, tout ce qu‘il te faut quoi et tu vas aller m‘acheter mes médicaments, c‘est clair ?!
»


Un cancer ? Keiichi tira des yeux ronds, tellement énorme qu’il aurait pu croire les perdre en route. Il sentit James le lâcher, il resta comme un con face aux médocs qu’il avait bousillé juste pour histoire de petite vengeance. Il n’avait vraiment pas été cool. A croire que le temps lui faisait défaut depuis que James lui avait foutu son poing dans la gueule, il reçut de nouveau de sa part des feuilles. Keiichi y jeta un œil rapidement, il y avait des inscriptions dessus, ses ordonnances.

« Tu me dois bien ça… Je ne peux pas rester sas médicaments… »

James se retourna et laissa sur le coin de la table de la cuisine, de quoi payer sa tonne de cachets. Keiichi eut un mal au cœur en le voyant s’étaler complètement désespéré sur la chaise. Il semblait vraiment épuisé. James prit sa tête entre ses mains. Keii se trouvait dos face à lui mais il pouvait sentir un mal-être se former. Il s’en voulait terriblement, la seule façon de se faire pardonner, c’était de lui rendre servir en allant à la pharmacie. Il récupéra l’argent. Il n’avait pas le choix. Il devait assumer, la gaminerie, c’était finit.

« Allez, dépêches s’il-te-plais… »

Keiichi ne posa pas de questions. Il hocha la tête positivement sans même que James le remarque et s’embarqua dans le hall de l’entrée pour enfiler ses chaussures et dégager de l’appartement. Après avoir fermé calmement la porte derrière lui, il marcha, sans s’arrêter. Sans même regarder les routes qu’il empruntait, il avançait, tête baissée, comme un malchanceux, comme un mort-vivant. Ce pauvre mec avait eu un cancer, il avait bousillé ses cachetons, tout ça, par une mauvaise blague de sa part. Keiichi se répéta sans cesse le long du chemin qu’il n’était qu’un petit con. Lorsqu’il releva les yeux, il était en face de la pharmacie du centre-ville. Il positionna ses yeux face à lui-même. Son reflet s’était retransmit dans les vitrines, sa joue avait enflée, un œil au beur noir commençait à faire son apparition. Putain de merde ! Il allait avoir des emmerdes. Il ne pouvait pas se présenter ainsi face à ses clients, ce n’était pas très bon pour sa réputation. Son patron allait être royalement en rogne, surtout qu’il lui avait laissé une chance de se faire une place dût à son excuse de vouloir continuer ses études et qu’il avait besoin de fric pour ça. Keiichi soupira et se décida à franchir la porte en verre de la pharmacie. Une dame attendait derrière le guichet et tira une drôle de tête en apercevant ses nions. Il abusait toujours de la situation et en signe que tout allait bien, il préférait sourire face à cette dame qui était en train de rassembler les boîtes de médicaments.

« Votre ami peut prendre ses deux médicaments là tout de suite. »

Keicchi examina les boîtes en question et hocha la tête en signe de compréhension. Le sac blindé, il paya et la bonne femme lui tendit le sac qu’il prit et retourna sur ses pas, cette fois-ci pour rentrer.

Le chemin du retour se passa exactement dans le même état d’esprit que son allé. Il rentra calmement dans l’appartement. Il ne fit pas remarquer sa présence. Il retira ses chaussures à l’entrée, comme la première fois et alla directement dans la cuisine. James n’avait pas bougé mais Keiichi pouvait remarquer que ses membres tremblaient. Il prit les devants et fit même un peu plus pour se faire pardonner. Il posa le sachet plastique sur la table et partit à la recherche dans les placards d’un verre. Un placard. Deux placards. Le troisième est le bon. Il le remplit d’eau et s’approcha de James, posant le verre en face de lui. Il fouilla dans le sachet plastique et en sortit les deux boîtes que lui avait clairement montré la pharmacienne. Il déplia chacune des boîtes pour en sortir les plaquettes et y éjecter la dose nécessaire de cachets.

« Elle a dit que tu pouvais les prendre maintenant. »

Il déposa les cachets à côté du verre d’eau et laissa James tranquille. Il ne lui demanda aucune question et partit encore en quête, mais cette fois-ci d’une serpillière. Elle devait se trouver dans le placard sous le lavabo. C’est là où il rangeait la sienne en tout cas et effectivement, c’était le cas aussi chez son professeur.

Il se mit à faire le boulot de femme de ménage pendant une quinzaine de minutes. Il ramassait la flotte qu’il avait foutu partout. James aurait pu lui dire de laisser tomber sa tâche, il aurait refusé. Il était tellement prit par le fait de lui avoir niqué sa journée, qu’il préférait se montrer en type responsable de ses actes.

Une fois terminée, il se leva les mains et mit à étendre à l’extérieur, sur le balcon la serpillière trempée. Il ne revint pas dans la cuisine, non. Il allait faire l’élève modèle. Il récupéra les bouquins qu’avait discrètement empilé, que James lors de sa crise de nerfs ainsi qu’une feuille et un stylo et partit s’asseoir sur le sol entre le canapé et la table basse. Là, il allait commençait un programme dur et compliqué… Les maths !
Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Apprends-moi à vivre [PV Keiichi] Mar 15 Fév 2011 - 15:13

James le regarda du coin de l'œil quitter son appartement. Une fois Keiichi sortit, il s'effondra totalement. Il était mal, vraiment très mal. Le jeune homme tremblait sans pouvoir s'arrêter, sa respiration était saccadée et une douleur dans son estomac commençait à naître, cela faisait des années que James n'avait pas était aussi mal! Il se leva alors tant bien que mal et alla chercher un médicament anti-douleur qu'il s'empressa d'avaler avant de retourner sur sa chaise. Il se dit alors qu'il y était aller trop loin avec Keiichi, le pauvre, il ne pouvait pas savoir ce qu'il faisait... Son acte n'était pas grave en lui-même, il était même très amusant! James aurait bien rigolé si ses médicaments n'aurait pas était touchés....Mais malheureusement tout se passa de travers.
Toute cette histoire fût alors chassée par une énorme douleur dans l'estomac de James, c'était comme un poignard qui ne faisait qu'entrer et sortir de son ventre sans jamais s'arrêter. Quand il était petit, James s'était très bien habitué à cette douleur continuelle, maintenant elle le faisait pleurer tant elle était violente. Il n'avait plus de cancer, plus rien, mais dès qu'il était épuisé et qu'en plus de ça il avait oublié de prendre ses médicaments cette même douleur revenait comme dans un rêve d'enfant où le monstre qu'ils croient caché sous leur lit arrive vraiment sur eux. Cette douleur le bouffait entièrement, mais il devait faire comme si elle n'était pas là. James se redressa alors et retourna à sa recherche de nouilles dans ses placards, comme si de rien n'était, du moins il suffisait de faire comme s'il n'était pas au bord du malaise! Quand il eut trouvé des nouilles le jeune homme les posa sur la table avant de s'assoir à nouveau. Keii arriva enfin avec ses médicaments. Le Londonien leva les yeux vers lui et attrapa son élève par le poignet quand celui-ci eut finit de lui donner ses médicaments.


"Merci Keiichi..."

Lui dit-il de sa voix douce qui reflétait clairement sa fatigue. Il lui sourit malgré tout avant de détourner le regard. James savait parfaitement qu'à ce moment précis il devait sans aucun doute ressembler à un cadavre...Et qui aimerait qu'un cadavre le remercie de lui avoir prit ses médicaments? Personne. Il lâcha alors Keiichi et prit ses médicaments. Il voulait lui dire de ne pas se déranger autant, mais finalement James ne le fit pas sachant qu'aujourd'hui il n'aurait même pas la force de descendre pour aller s'acheter des clopes. James prit alors d'autres médicaments quand Keii fut partit au au salon. Après ça, James mit les nouilles à chauffées et retourna lui aussi au salon pour s'installer auprès de Keii qu'il vit galérer devant ses maths.

"Je t'explique regardes..."

James sourit et prit une feuille de brouillon pour expliquer de la façon la plus simple possible à Keiichi ce qu'il ne comprenait pas. James était très patient avec lui et n'hésitait pas à lui faire des tonnes de démonstrations pour qu'il comprenne comment s'y prendre avec les équations qui lui pourrissait la vie. James sourit quand il eut enfin comprit. Il alla arrêter l'eau des nouilles avant d'aller chercher quelques petites choses à la salle de bain.

"Je t'ai ruiné la gueule, pardon Keiichi. Si tu as des soucis avec ton patron, dis-lui que t'es tombé dans les caliers de l'immeuble et s'il est pas content il aura qu'à me passer un coup de fil!"

Le Londonien sourit et posa doucement le dos de sa main sur la joue enflée de Keii, celle-ci était encore brulante, comme si le coup venait juste d'être donné. Il sortit alors une petite pommade de la trousse de toilette qu'il avait prit avec lui. James en appliqua alors un peu sur la joue de Keii avec une grande douceur. Il semblait impossible que la main aussi brutale qui avait fait cette blessure pouvait être autant douce, pourtant c'était bien la même personne qui avait défoncé Keiichi. Une fois la pommade appliquée, James alla cherché un petit sachet de glaçons qu'il passa à Keii un petit sourire aux lèvres.

"Poses ça sur ton œil, il dégonflera un peu comme ça... Bon, ranges tes maths t'as droit à un repas je vais pas te laisser sans manger quand même!"

Il sourit à nouveau et alla chercher le plat de nouilles que son élève lui avait demandé un peu plus tôt. James lui n'avait pas faim, il se contenta de boire un petit jus de fruit avant d'aller se poster à sa fenêtre. Là, comme d'habitude, il regarda la mer en soupirant.

"Je voulais pas y aller aussi fort, je suis désolé. Mais je sais pas me tenir, quand je suis énervé j'ai besoin de frapper comme ça... Je suis vraiment désolé Keii à cause de moi tu vas sans doute avoir des ennuis..."

James voulait encore dire une petite chose, mais il fût coupé par un nouveau "coup de poignard" dans son estomac. Il se plia en deux de douleur, la respiration coupée et les larmes aux yeux. James se reprit alors avant d'aller s'asseoir sur le canapé en croisant les bras.

"Ne deviens jamais vieux, c'est affreux!"

Lançât-il avant de rire doucement.

"T'façon, t'es encore trop jeune pour penser à la vieillesse! Bébé va!"
James Evans

< FAN >
avatar

Messages : 367
Date d'inscription : 31/12/2010

Carte d'identité
Statut: Célibataire
Rencontres/Liens:
Particularité ?: A un caractère de chien.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Apprends-moi à vivre [PV Keiichi] Ven 18 Fév 2011 - 18:46

Ca faisait plus d’une demi-heure qu’il galérait à comprendre ne serait ce que la première ligne qui composait la phase du nouveau chapitre de l’affreux bouquin de Maths. C’était la merde ! Tout ce qu’il se souvenait de ces cours, c’était ses heures de sommeil récupéré et un prof qui ne pouvait pas le blairer, le foutant dehors presque à toutes les heures qu’il était présent. Il n’avait jamais rien comprit et ça lui prenait vraiment la tête. Il a toujours détesté cette matière, pourquoi ne pas l’avoir oublié alors qu’il n’était même plus dans une école ? Il avait été con de se rappeler que cette matière existe rien que pour l’emmerder.

« Je t’explique regardes… »

Keiichi avait complètement oublié les lieux. Il avait tellement l’esprit prit dans une explication incompréhensible qu’il aurait put ne pas savoir où il se trouvait. Il avait même oublié James. Comment se sentait-il à présent ? En tout cas, son visage affichait meilleure mine. James prit place à ses côtés, il avait dût remarquer qu’il buttait. Il prit une nouvelle page blanche parmi la tonne de feuilles à disposition pour montrer plus clairement le chapitre. Il prit un certain temps, un temps infini, différentes techniques pour lui expliquer jusqu’à ce qu’une lumière fasse son apparition au fin fond de son cerveau. Oh ! Il avait comprit ! Exploit ! Comme disait le diction; demain, il va flotter ! James se releva et s’éclipsa dans la cuisine. Durant ce temps, Keiichi se mit à faire de simples exercices offerts à sa disposition par celui qui avait écrit les cours composant le bouquin pour s’entraîner. Kei sentit James s’installer à ses côtés, il n’avait pas fait attention à ce qu’il avait entre les mains, il avait juste entendu un baroufle produit par un matériel qui se trouvait dedans.

« Je t’ai ruiné la gueule, pardon Keiichi. Si tu as des soucis avec ton patron, dis-lui que t’es tombé dans les escaliers de l’immeuble et s’il est pas content il aura qu’à me passer un coup de fil ! »

Il crut avoir mal entendu mais James semblait lui donner des tas de solutions pour éviter de se faire engueuler en rentrant. C’était sûr, se montrer avec une gueule de Goa’uld a un client, ça aurait plutôt tendance à le faire fuir et le patron n’en serait pas ravi. Quelle idée d’avoir une blessure qui ne voulait pas se faire discrète ?!

Lorsqu’il était entré, il s’était mit en mission de ne pas faire chier James et de réparer ses conneries. Il avait oublié de prendre soin de sa joue. D’ailleurs, il avait complètement oublié la douleur qui le prenait. Il sentait surtout sa peau se tirer dans tous les sens signalant qu’elle s’amusait à former une bosse et qu’il allait même jusqu’à lui casser les couilles.

En face à face avec James, celui-ci sourit avant d’ouvrir une petite mallette et d’y sortir différents accessoires pour soigner sa joue. Les doigts de son prof se faisait largement plus doux que tout à l’heure. James voulu étaler de la pommade mais sur le coup d’étaler la substance, il eut un geste de recule. Non, il ne flippait pas de s’en prendre une nouvelle dans la gueule mais sa joue voulait surtout lui faire du mal à petit feu lorsqu’on y touchait. James partit de nouveau rejoindre sa cuisine favorite avant de revenir avec un petit sachet dans les mains comportant plusieurs glaçons. Il tendit un sourire à Keii comme pour se faire pardonner. Si seulement, ça pouvait être plus facile.

« Poses ça sur ton œil, il dégonflera un peu comme ça… Bon, ranges tes maths t’as droit à un repas je vais pas te laisser sans manger quand même ! »

Keii prit le sachet et le déposa doucement sur son œil. C’est vrai qu’il avait eu la dalle mais avec toute cette histoire, il ne l’avait plus tellement. Malgré tout, il ne pouvait refuser une si agréable invitation et de plus, James s’était cassé le cul à les faire. James revint de la cuisine avec une assiette de nouilles qu’il déposa sur la table basse à côté du bordel qu’il avait foutu. Keiichi rangea rapidement ses affaires avant de s’offrir un ‘pétage de pense intégrale’ avec des nouilles. Il s’empressa de mettre l’assiette en face de lui et de prendre les couverts et se mit à manger goulument. James, lui, ne semblait pas avoir faim et préférait s’offrir la vue à travers sa fenêtre.

« Je voulais pas y aller aussi fort, je suis désolé. Mais je sais pas me tenir, quand je suis énervé j’ai besoin de frapper comme ça… Je suis vraiment désolé Kei à cause de moi tu vas sans doute avoir des ennuies… »

Il se fit interrogateur face aux excuses de James, ce n’était pas totalement de sa faute non plus. Il lui avait tout offert sur un plateau, une petite connerie pour s’amuser et ça partait en vrille. Il avait été trop loin, même si c’était pour s’amuser cinq minutes. La situation avait bien changé, elle avait dérivé à un état d’être sérieux. Il reposa le sachet qu’il tenait tout en mangeant pour son œil sur la table.

« Ce n’est pas de ta faute… Et des ennuies, j’en ai déjà. »

Il abaissa sa tête, fixant le contenu de son assiette. Il se mit d’ailleurs à jouer avec celle-ci plutôt que de l’engloutir. Il n’avait déjà pas très faim mais alors là, il n’en voulait vraiment plus. Quelque chose lui faisait être dégouté de la bouffe. C’était quand il se décida à relever les yeux vers James pour lui dire quelque chose qu’il le vit en train de se tenir le ventre à l’aide de son bras, semblant être plié en deux par une douleur. Keiichi s’en inquiéta et instantanément, il leva son cul du sol pour accourir vers lui et l’aider, sans refus, à s’installer sur le canapé.

« Ne deviens jamais vieux, c’est affreux !

T’façon, t’es encore trop jeune pour penser à la vieillesse ! Bébé va !
 »


Keiicha laissa échapper un léger grognement entre ses lèvres mais il se radoucit immédiatement. Il pensa que James avait besoin de dire une connerie ou deux pour oublier son mal. Il s’installa aux côtés de James en s’étalant comme il le pouvait. Décidément, les jeunes d’aujourd’hui ne savent plus se tenir correctement.

« Tu devrais aller te reposer un peu… Souvent, on ne se sent bien quand on ne dort pas assez et à ce que je sache, tu n’as pas du beaucoup dormir. Tu travailles ce soir aussi, non ? »

Il se mit à songer. La tête tournée en direction de James, ses yeux ne se refusaient pas de le détailler. Il n’était pas si désagréable à regarder, il le trouvait même plutôt canon. Si seulement, la plupart de ses clients pouvaient avoir une aussi belle gueule, il en oublierait ses cours pour ouvrir plus souvent les cuisses sans pour autant en être dégouté.
Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Apprends-moi à vivre [PV Keiichi] Sam 19 Fév 2011 - 15:28

James grogna et repoussa Keii avec douceur quand ce dernier voulut l'aider à aller sur le canapé. Il n'avait pas besoin d'aide, il pouvait très bien se débrouiller tout seul. James détestait être assisté de la sorte, ça lui sortait par les yeux et lui donnait presque envie de vomir. A force d'avoir été assisté durant de longues années le jeune homme préféré maintenant être autant autonome qu'il le pouvait, surtout n'être dépendent de rien ne de personne...Si l'on oublis ses médicaments et ses clopes qui sont, pour lui, des besoins vitaux.

"Me reposer? Mouais . . . Si je serai un clampin je le ferai! Mais malheureusement je ne suis pas assez fatigué pour aller au lit et dormir jusqu'à ce que ce soit l'heure d'aller travailler! Je pense plutôt qu'on va sortir de ce putain d'appartement et aller faire un tour. J'en ai marre d'être enfermé, j'ai besoin de prendre l'air, pas toi?"

James sourit, mais ne décolla pas du canapé pour autant. Il croisa les bras derrières sa tête avant de bien s'adosser contre le dossier du canapé tout en fermant les yeux. Ben quoi? Il a dit qu'il ne ferait pas de grande sieste... Mais trois minutes de repos c'était excusable, non? Il se reposa alors une dizaine de minutes, comme ça, sans bouger sentant très bien le regard de Keiichi sur lui et confirma se fait en ouvrant un instant les yeux pour regarder son "élève". Pourquoi il le regardait comme ça d'ailleurs?! James avait un truc sur la gueule? Ses fringues était tachait? Non, impossible il sortait ce pantalon et ce pull de son placard! Tant pis, il le laissa faire tout ce temps avant de se relever d'un coup, en pleine forme! Il parti comme un dingue dans sa chambre pour se changer. Il troqua son pantalon noir contre un jeans assez moulant déchirer par endroit et rapiécer par des pièces en cuir à d'autre qui lui allait à merveille. Il enleva son pull à col roulé et mit un débardeur blanc avant d'enfiler une veste à col officier en cuir recouverte de badges et autres pièces de tissus, on voyait clairement que la veste datée bien des années 70, les trucs vieux et passés vont toujours très bien à James. Il enfila des Docs Martens et se recoiffa rapidement avant de retourner au salon où il prit deux paquets de clopes et un briquet.

"Quel merdier..."

Murmura-t-il en regardant autour de lui. La table basse était dans un état pas possible...Qui laissa au final James de marbre! Il se tourna alors vers Keiichi en sourient.

"Reflex!"

Lança-t-il tout en envoyant sur Keiichi un paquet de clope. James éclata de rire en voyant le paquet taper dans la gueule de Keiichi qui ne devait vraiment pas s'attendre à ça.

"Pouaaaah! T'sais que t'es lent toi? Mais je te pardonne! Tu es trop jeune pour arriver à avoir des réflexes comme les miens...Reviens dans dix ans ou plus!"

Le Londonien éclata à nouveau de rire, mais il fut vite calmé par un vertige qui le prit d'un coup. Il posa une main sur son front et se laissa tomber sur le canapé où il resta allongé cinq bonnes minutes avant de se relever l'air de rien.

"Bon, je crois que le bon Dieu m'en veux, je vais arrêter de te traiter de gamin ou dans cinq minutes je vais finir foudroyé!"

James sourit, même si au fond il ne se sentait déjà plus du tout d'attaque pour aller se promener. Mais ça il n'en dirait strictement rien. Il mit son paquet de clope dans sa poche et passa une main dans sa tignasse blonde tout en baillant.

James Evans

< FAN >
avatar

Messages : 367
Date d'inscription : 31/12/2010

Carte d'identité
Statut: Célibataire
Rencontres/Liens:
Particularité ?: A un caractère de chien.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Apprends-moi à vivre [PV Keiichi] Dim 20 Fév 2011 - 23:52

Keiichi voulait seulement l’aider, lui filer un coup de main pour s’asseoir à la vue qu’il ne semblait pas très bien. Cependant, le fait que James retire son bras d’une violence extrême l’avait vexé, à croire qu’il sentait la merde ou qu’il avait la pire maladie du monde. Il aurait voulu lui dire de finalement aller se faire voir et il serait barré comme un con, point barre. Mais non. Il avait décidé de rester à ses côtés. Après s’être fait frappé dessus comme un vulgaire morceau de viande, il devait être complètement fou masochiste pour parler encore à ce type. Il lui avait songé de se reposer mais James semblait être aussi têtu qu’une mule.

« Me reposer ? Mouais… Si je serai un clampin je le ferai ! Mais malheureusement je ne suis pas assez fatigué pour aller au lit et dormir jusqu’à ce que se soit l’heure d’aller travailler ! Je pense plutôt qu’on va sortir de ce putain d’appartement et aller faire un tour. J’en ai marre d’être enfermé, j’ai besoin de prendre l’air, pas toi ? »

Il n’avait pas vraiment envie de sortir mais c’est vrai que ça ne pouvait lui faire de mal. D’un mouvement de tête, il faisait comprendre qu’il acceptait son invitation, cependant James semblait ne pas vouloir bouger son cul du canapé et ça n’allait pas être lui qui allait lui filer un coup de main. Il ne voulait pas encore s’en manger une, ou bien une quelconque réflexion à la gueule. Il avait marre de l’entendre lui dire toute sorte de conneries presque pour se faire passer pour un type idéal. Alors que Keiichi voulait laisser tomber cette idée de sortir, il vit James se lever rapidement et déguerpir au fin fond de son appartement, il ne savait où. Tout ce qu’il entendait, c’était des fringues volés, une armoire craquée, une ceinture se cogner, des pompes être enfilées. Avait-il vraiment besoin de se faire un beauté pour sortir ? Mais se fut une grande surprise quand James ramena ses fesses de nouveau au salon. Le type était bandant comme un phoque ! Mais bien pire ! Keiichi n’avait pas les bonnes expressions pour exprimer ce qu’il ressentait. James ne prit aucune importance à le regarder, il se fixait l’objectif de prendre son paquet de clopes et son briquet.

« Quel merdier… »

Keiichi n’avait pas bien comprit pourquoi il avait lâché cette parole. Il s’était perdu dans ses pensées qu’il se prit un truc en plein au coin de la tronche. Dû au choc, il se reprit en main pour regarder James et lâcher un regard noir à ce qu’il avait jeté : Son paquet de clopes, encore…

« Pouaaaaah ! T’sais que t’es lent toi ? Mais je te pardonne ! Tu es trop jeune pour arriver à avoir des réflexes comme les miens… Reviens dans dix ans ou plus ! »

Ou pas… Lent ? Ce n’était pas le soucis. Keiichi était en train de se demander le pourquoi du comment inutilement et à mater le cul de James discrètement. Eh bien bravo ! Il avait encore tout gagné. Il entendit son prof en train d’éclater de rire comme un putois. Ce mec avait un sens de l’humour, mais bien particulier. Keiichi tira une tronche de déterré, voir même de mec désespéré mais quand il vit James s’arrêter de rire pour se laisser tomber sur le canapé comme une vieille loque, il sut que quelque chose n’allait pas. Durant les cinq minutes qui suivirent, il n’avait osé faire quoi que se soit. Si il avait osé touché, parlé, aidé James, il s’en serrait sûrement prit une. Pourquoi craignait-il autant de se prendre un poing dans la gueule ?

« Bon, je crois que le bon Dieu m’en veux, je vais arrêter de te traiter de gamin ou dans cinq minutes je vais finir foudroyé ! »

Il surveillait James. Celui-ci souriait, il sentait bien que ni l’un, ni l’autre n’avait envie de bouger de l’appartement. James mit son paquet de clopes dans sa poche et Keiichi pensa un peu trop fort.

« Foudroyé ? Il s’est rendu compte que la deuxième chance qu’il t’as donné était la pire connerie de sa vie ! »

Des yeux ronds. Mais ronds et large. Il avait signé son arrêt de mort. Il était fichu. Il jeta un œil rapidement à James avant de se lever calmement, faisant genre de rien, avant de se mettre à courir à travers l’appartement et James à ses trousses.

Il ne savait pas où il mettait les pieds mais il espérait que le ‘Bon Dieu’ soit de son côté. Effectivement, il s’enferma à double tour dans la salle de bain. Voilà, princesse Keiichi est bloqué comme un connard. Comment allait-il sortir alors le fou furieux de l’autre côté ?! Sortir par la fenêtre, ce n’était pas possible, d’ailleurs, elle n’existe pas ! Bordel ! Quelle idée de vivre dans un appartement ! Malgré un semblant de stresse naître en lui, plutôt à chercher une excuse valable à ce qu’il venait de dire, il s’assit sur le rebord de la baignoire et s’amusait à faire sa prière pour sortir ce soir de cette demeure, VIVANT !
Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Apprends-moi à vivre [PV Keiichi] Lun 28 Fév 2011 - 14:27

Après son espèce de malaise, James avait plus ou moins retrouvé sa forme, la preuve il arrivait déjà à dire des plaisanteries. Finir foudroyé était une chose que James craignait affreusement, il pouvait être foudroyé de plein de façons différentes d'ailleurs. Par la foudre elle-même par exemple, ou pas une autre maladie ou comme dans le cas présent... Par une phrase totalement déplacée qui le laissa sans voix. Comment quelqu'un d'un minimum censé pouvait sortir une chose pareille? "La deuxième chance qu'il t'as donné était la pire connerie de sa vie ! ". Cette phrase raisonnait encore et encore dans sa tête. Elle tournait sans s'arrêter, se répétait à l'infinie tant que James crus devenir fou. Il partit directement à la poursuite de Keiichi. Ce qu'il allait faire? James n'en savait strictement rien, il ne savait pas s'il allait juste hurler, s'il allait le frapper, s'il irait aujourd'hui beaucoup trop loin. Après tout, il était facile de réduire ce gosse en bouillit. Ils étaient seuls chez lui, James était doté d'une force assez impressionnante et il était totalement aveuglé par la rage qui s'emparer petit à petit de son âme. Grâce au ciel, Keiichi a eu l'idée de s'enfermer dans la salle de bain, sans ça James aurait eu du sang sur les mains en très peu de temps. Le Londonien se mit alors à frapper à la porte comme un dingue, essayant ensuite de la défoncée, sans jamais y parvenir. Les portes avait était renforcées après une violente dispute que notre cher James avait eu avec son ex copain. Ce gars avait mis James dans une colère encore pire que celle-ci, ce mec aussi c'était enfermé dans la salle de bain, mais James avait défoncé la porte sans soucis. Au final son ex s'était caché dans toutes les pièces de la maison... Et toutes les portes furent défoncées l'une après l'autre jusqu'au moment où se fut le petit minois du jeune homme qui fut à son tour réduit à néant. Petit à petit, James reprit ses esprits. Il se demanda même pourquoi il frappait à cette porte, pourquoi il se fatiguait autant pour si peu. Il n'avait pas la force de défoncer ce genre de porte et encore moins celle de défoncer Keiichi. Une fois sa rage totalement disparue, il se laissa glisser le long de la porte en levant les yeux au ciel. Vraiment, pourquoi lui avoir dit une chose pareille? C'était sur le coup de l'énervement? James était si lourd que ça avec ses blagues? Il ne savait plus quoi faire, encore moins quoi penser d'ailleurs... Le Londonien sortit alors un pendentif de sa poche. Il était en forme d'une petite planète, plus exactement Saturne, c'était un ami à lui qui lui avait offert alors qu'ils se baladaient, voilà de ça quelques années, dans les rues marchandes de Londres. Son ami lui avait offert ce pendentif de chez Vivienne Westwood pour le féliciter d'avoir eu ses examens et ses diplômes malgré tout ce qu'il avait enduré quelques temps plus tôt. James passa ce pendentif autour de son cou avant d'en sortir un autre de sa poche, le même, mais un peu plus gros... Celui-ci était en réalité un briquet. Il s'alluma une clope qu'il fuma tranquillement avant de poser le dos de sa tête contre la porte.

"Sorts de là Keiichi, je ne te ferais rien..."

Il leva une nouvelle fois les yeux au ciel. Tout ce que James voulait à ce moment précis, c'était parler. Demander pourquoi il avait eu droit à autant de haine d'un coup, surtout à de la haine et de la méchanceté gratuite soit-disant passant. Pourquoi ses efforts pour aider ce jeune n'était pas salués comme ils devraient l'être? C'était si compliqué que ça de dire "merci de me permettre d'avoir une chance d'enrichir un minimum ma cervelle de moineau!". James sourit à cette pensée, ça serait marrant d'entendre Keiichi dire une chose de ce genre... Mais c'était tout simplement impossible venant de ce jeune. Le Londonien se redressa et ferma la porte de chez lui à clé, pourquoi? Tout simplement parce qu'il entendait déjà son voisin arriver pour lui crier dessus après avoir tambouriné à la porte de sa salle de bain et comment dire... James n'avait vraiment pas envie de tuer un père de famille là maintenant tout de suite, autant verrouiller la porte pour empêcher toute rencontre entre lui et son voisin. Il finit par aller au salon, s'asseyant devant son piano qu'il regarda longuement. Avant de poser son doigt sur une touche du clavier. James lança un regard vers la salle de bain, apparemment Keii avait encore trop peur de sortir, pourtant le jeune homme était redevenu aussi doux qu'un agneau, il n'y avait strictement plus rien à craindre. Sur le coup, James s'en voulut affreusement. Comment en était-il arriver là? Comment se faisait-il que ce pauvre gars arrivait à inspirer autant la crainte et la peur? A ce moment précis, James se dit que c'était sans aucun doute à cause de cette peur que Keiichi ne l'avait pas approché quand il avait fait son mini malaise sur le canapé. Qui aimerait risquer de se prendre des coups plus violents les uns que les autres dans gueule? Qui aimerait se faire trainer au sol ou projeter contre un mur? Un fou, un gros détraqué bon à enfermer. James écrasa sa cigarette dans un cendrier avant de s'installer comme il faut devant son piano. Il feuilleta rapidement le petit livre de partition qui se trouvait sous son nez avant de retrouver la musique qu'il jouait avant l'arrivée fracassante de son élève. Le jeune homme se concentra un moment avant de se mettre à jouer avec tristesse d'une seule main avec un air blasé avant de poser sa seconde main sur le clavier et de jouer avec beaucoup plus d'entrain. S'il devait attendre que son élève sorte de la salle de bain, autant le faire en musique, non? Tout de même, ça devait faire drôle de voir un mec comme James jouait du piano comme un petit prodige, qui pourrait penser qu'un espèce de mec destroy comme lui pouvait jouer d'un instrument aussi raffiné? Personne sans doute. James s'arrêta net quand Keiichi daigna pointer le bout de son nez. Il se tourna alors doucement vers lui, un léger sourire aux lèvres. Il se redressa et se rapprocha de Keii, venant doucement caresser sa joue avec un air...Inquiétant.

"Je devrais t'attraper, te ratatiner la tronche à coup de poing avant de te mettre à genoux devant moi pour continuer à coup de pied pour que tu comprennes par la souffrance physique à quel point tu m'as blessé avec ta phrase, mais... Je ne le ferai surement pas."

James sourit de plus belle, son air de fou furieux inquiétant venait de foutre le camp. Son sourire était affreusement doux et rassurant, il était facile de penser à ce moment précis que James était le genre d'homme qui ne pouvait pas faire de mal à une mouche alors que c'était tout simplement le contraire.


[i"> Il plissa les yeux et retourna s'asseoir à son piano.

"Il est certain que je ne suis pas la personne la plus facile à vivre sur terre, ça doit même être le contraire! Mais j'aimerai quand même que tu apprennes à peser tes mots. J'adore te vanner, te taquiner et apparemment t'aimes tout autant en faire de même avec moi, mais même dans ce genre de choses faut que t'apprennes quelques bricoles qui t'éviterons plus tard de te faire casser la gueule. Je suis là pour ça. Je suis ton prof, je t'apprends les maths, les langues, l'histoire, la géographie, mais je dois aussi t'apprendre la vie que je sache. Alors, ne laisse pas ta connerie de jeune gamin sortant tout juste de l'adolescence détruire tout ça. Tu as une chance que d'autres n'auront jamais. A ta place je ferai de mon mieux pour exploiter cette chance au maximum... Tu vois ce que je veux dire?"

James s'étira et regarda dehors avant de soupirer.

"Ben voilà qu'il se met à pleuvoir... Notre sortie est tombée à l'eau, c'est le cas de le dire..."

James Evans

< FAN >
avatar

Messages : 367
Date d'inscription : 31/12/2010

Carte d'identité
Statut: Célibataire
Rencontres/Liens:
Particularité ?: A un caractère de chien.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Apprends-moi à vivre [PV Keiichi] Lun 28 Fév 2011 - 20:51

Keiichi ne se souvenait plus très bien. Il avait couru comme un dératé tout le long du couloir pour s’enfermer dans la salle-de-bain. Là, il n’entendit rien d’autre jusqu’à ce que James, la Terreur pointe le bout de son nez et se mit à taper comme un bourrin à la porte. Sur les premiers coups, Keii crut qu’il allait défoncé la porte tellement il la cognait. C’était même pire que cogner dessus. C’était indéfinissable. Ça ressemblait à un rhinocéros qui vous charge. Quelque chose comme ça. Il réfléchissait à la manière de comment il pourrait s’échapper d’ici. Si il osait franchir la porte, il allait crever. C’était sûr et certain ! James était vraiment furieux. Comment faire régner le calme auprès d’un mec glacé dans lequel un feu ne cesse de jaillir ? Keiichi soupira, il était mort, quoi qu’il arrive. Mais alors qu’il cherchait encore un vain une méthode de le calmer, ou d’arranger la situation pour sortir et s’enfuir pour rentrer chez lui, il n’entendit plus les coups portés de James sur la porte. Il avait fait une crise cardiaque ? Il était peut-être cherché une hache pour produire la même scène que dans The Shining ? Quel bordel ! Rien que d’imaginer la tête de James se faufiler entre deux morceaux de bois, ça lui foutait les j’tons. En fait, il attendit un froissement, un glissement, quelque chose qui s’écroulait lentement contre la porte.

« Sort de là Keiichi, je ne te ferais rien… »

Il s’était assit sur le rebord de la baignoire. Comme un con, il fixait un point invisible sur la porte. Il s’imaginait James de l’autre côté. Sa voix semblait montrer qu’il s’était calmé mais Keiichi ne pouvait confirmer. Après tout, c’est un type, qui pète des câbles à la seconde et qui devient aussi doux qu’un nounours en cinq minutes top chrono. Il avait été loin de s’imaginer qu’il ferait ce genre de rencontre un jour, certainement pas aujourd’hui. Son prof’ était non seulement loin d’être aussi con que lui mais en plus, il était bandant ! Mais un truc bien ! Keiichi ne savait pas quoi faire face à ce semblant de supplice que lui était en train de faire James, quelque part, ça lui faisait mal au cœur. Il réagissait comme un p’tit con. Il n’avait pas été sympa sur plusieurs points, il le savait et il continuait. Il releva la tête, se mettant à regarder le plafond pour finalement laisser un soupire s’échapper d’entre ses lèvres mais surtout du plus profond de lui-même.

Il avait fermé les yeux quelques instants. James n’avait rien dit d’autre, il semblait ne pas avoir bougé de sa place et pourtant, c’est un tout autre son qu’il le sortit de sa contemplation. Une note de musique, son piano. C’est vrai ! Keiichi n’avait pas bien fait gaffe à cet instrument posé en plein milieu du salon, pourtant, il l’avait bien vu mais aucun attention là-dessus. Ça aurait pu être une source de discussion pour en apprendre plus sur James. Ce n’était que maintenant qu’il trouvait quoi faire, quoi dire. Il était tant pour lui de sortir de là. De toute façon, James n’était plus derrière la porte, il était en train de tapoter sur plusieurs touches. Il avait oublié de se préoccuper de lui. C’était tant mieux. Il se releva, déverrouilla la porte et s’approcha du salon à pas de loups pour ne pas attirer l’attention. Mais James le grilla alors qu’il était arrivé au niveau de la porte. Il s’était doucement retourné vers sa direction, un sourire aux lèvres. Keiichi hésitait à le lui rendre mais il fut prit de court lorsque James s’approcha de lui. Il eut un mouvement de recule mais il s’interdit par la plus forte des pensées à se barrer et puis, c’est une main qui l’en empêcha en réalité. Celle-ci s’était faîtes douce et câline. Keii ne comprenait plus rien. Il leva les yeux pour regarder l’homme plus grand que lui afin de pouvoir regarder l’air qu’il tenait. Est-ce qu’il le prenait pour un con ? C’est-ce qu’il l’obsédait au fond de lui.

« Je devrais t’attraper, te ratatiner la tronche à coup de poing avant de te mettre à genoux devant moi pour continuer à coup de pied pour que tu comprennes par la souffrance physique à quel point tu m’as blessé avec ta phrase, mais… Je ne le ferai surement pas. »

Encore une fois, même pire que d’habitude, il comprenait vraiment rien. Lui faire la peau, d’accord mais devenir aussi doux qu’un agneau, jamais ! C’était quoi son délire ? Est-ce que ça l’amusait de lui foutre les boules pour ensuite lui faire comprendre qu’il l’aimait bien malgré tout. C’est soit, je t’aime, soit je ne t’aime pas, dégage mais pas entre les deux ! Keiichi regarda James s’éloigner pour regagner le siège de son piano.

« Il est certain que je ne suis pas la personne la plus facile à vivre sur terre, ça doit même être le contraire ! Mais j’aimerais quand même que tu apprennes à peser tes mots. J’adore te vanner, te taquiner et apparemment t’aimes tout autant en faire de même avec moi, mais même dans ce genre de choses faut que t’apprennes quelques bricoles qui t’éviterons plus tard de te faire casser la gueule. Je suis là pour ça. Je suis ton prof, je t’apprends les maths, les langues, l’histoire, la géographie, mais je dois aussi t’apprendre la vie que je sache. Alors, ne laisse pas ta connerie de jeune gamin sortant tout juste de l’adolescence détruire tout ça. Tu as une chance que d’autres n’auront jamais. A ta place je ferai de mon mieux pour exploiter cette chance au minimum… Tu vois ce que je veux dire ? »


Bon d’accord, ils étaient mal barré surtout Keiichi. Il s’en voulait jusqu’à la morte d’avoir dit de telles horreurs à James. Cependant, il ne savait pas si c’était une chance incroyable de l’avoir en tant que prof’ dans le sens où dans la vie, il était qu’une putain. Il aurait voulu pleurer comme une gonzesse, mais ce n’était pas le moment, ni les lieux. Si Keiichi veut chialer, il n’a qu’à pleurer quand il irait se coucher, tout seul, dans son lit quand le dernier client se serait cassé. Il préféra soupirer profondément à la place de laisser couler une larme ou deux. C’était un mec bordel ! Il reprit sur lui rapidement et s’approcha de James qui l’avait laissé quelques minutes auparavant. Il se mit à califourchon sur l’espèce de banc où James avait déjà posé son cul dessus pour se retrouver à ses côtés. Lancer une excuse, pas bidon sinon il allait se faire éclater la gueule.

« Ben voilà qu’il se met à pleuvoir… Notre sortie est tombée à l’eau, c’est le cas de le dire… »


Il resta quelques instants à observer les faits et gestes de James mais au fond de lui, il cherchait quelque chose à dire. La pluie ? Il tourna la tête vers la fenêtre et il flottait comme une vache qui pisse. Tant mieux, il avait pas envie de sortir. Il remit son visage face à James et se jeta dans la gueule du loup.

« Je m’excuse… J’ai dis des choses que je ne pensais pas vraiment et qui t’ont heurtés. Je ne suis qu’un p’tit con qui fait ce que bon lui semble comme un gamin pourrit gâté. Tu sais… Ça me fais vraiment chier d’avoir quitter Osaka pour être devenu ce que je suis aujourd’hui. J’aurai mieux fais de rester à la maison avec mes vieux et à avoir un boulot minable dans une boutique, ça aurait été peut-être mieux… Mais ici… Je crois, enfin avoir trouvé quelque chose pour m’accrocher.

Et puis franchement… Je n’avais pas vraiment envie de sortir.
 »


Keiichi esquissa un sourire mais se sentit soudainement gêné de ses aveux. Il pensa déjà à James qui se payerai sa tronche sans aucune réticence. Tout ce qu’il voulait, c’était que ses excuses aient fonctionné.
Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Apprends-moi à vivre [PV Keiichi] Ven 4 Mar 2011 - 13:06

James attendit que Keiichi daigne ouvrir la bouche. A force d'attendre et de ne pas avoir de réponses il se remit à jouer du piano, assez doucement pour pouvoir l'entendre tout de même. Quand il ouvrit enfin la bouche, James continua son petit morceau en l'écoutant. Ah il était désolé? C'était déjà ça! Mais les excuses ne suffiront pas à James. C'était facile tout de même, non? Dire "pardon, j'ai été con je le regrette amèrement" alors que le mal et un mal immance soit-disant passant, était déjà fait. Non, James ne pardonnerait pas, comme dans 98% des cas quoi. Pourquoi pardonner ce genre de phrase? Keiichi ne méritait à cet instant précis aucun pardon. Comment lui dire ça avec tact? "Oui, Keiichi, tu as été un petit con insupportable, mais tes excuses tu te les mets au cul"...? Non, ça manquait beaucoup trop de tact, mais c'était du pur James! Le jeune homme soupira et arrêta son morceau de musique en repensant à la phrase de Keiichi. Alors, à la base il vivait à Osaka avec ses parents? Pas mal, mieux qu'ici! Pourquoi partir d'un endroit si charmant? Surtout pour venir faire un boulot autant pourrit à Tokyo. Ce n'était même pas un travail ce que faisait Keiichi aux yeux de James, c'était ... Une chose qu'il ne pouvait décrire. Pourtant, il savait bien au fond de lui qu'il aurait été capable de faire une chose pareille à l'âge de Keiichi si sa santé l'avait permis! Tout quitter, penser se faire du fric en devenant une pute pour pouvoir avoir la belle vie après, ouais James aurait bien pu faire cette connerie! Quelque chose, cependant, éveilla la curiosité de notre James national. Alors, Keiichi avait trouvé quelque chose pour s'accrocher? Ah oui? Et c'était quoi? Il pensait arriver à se sortir dans la merde dans laquelle il s'est mit tout seul comme un grand? Peut être pensait-il pouvoir tirer quelque chose des cours que James lui donnerait dorénavant... Enfin bref, cette petite phrase intéressait énormément le Londonien qui sourit. Il devait avant tout expliquer avec le plus de délicatesse possible pourquoi il ne pardonnerait par Keiichi. Il se tourna alors vers lui, un sourire assez doux aux lèvres.

"Je ne vais pas te pardonner... Je suis désolé Keiichi. Nele prends pas pour toi, je ne pardonne jamais ce genre de choses... Ça m'a fait beaucoup trop mal sur le coup et je serai un menteur si je te disais que maintenant je n'y pense plus... Ce n'est pas pour autant que je vais arrêter de te faire cours! Tu viendras encore ici, je suis capable de tout te pardonner sauf ce genre d'erreurs, tu comprends?"

James pencha la tête sur le côté, son doux sourire aux lèvres. Il posa alors sa main sur celle de Keiichi, ne le calculant pas du tout vu qu'à la base il s'appuyait surtout sur le petit siège pour se mettre à califourchon dessus. James regarda alors Keiichi avec un air interrogateur. Alors, c'était quoi qui le rattachait à cette ville maintenant, hein? C'était quoi le petit truc qui faisait que le jeune homme avait envie de continuer dans la voie qu'il avait commencé à se tracer? Qu'avait-il à vouloir continuer à vivre dans cette ville ou pour la majorité des personnes ont est soit rien, soit une pute? James plissa les yeux en fixant Keiichi.

" Alors, c'est quoi que tu as trouvé pour "t'accrocher"? Je sais que ça ne me regarde pas, mais en tant que "professeur" j'aimerai bien savoir...Quoi que, j'aimerai le savoir même en tant que vieux con que je suis!"

Il sourit et se redressa pour prendre un paquet de clope. James s'adossa alors au mur et s'alluma une clope avant de soupirer. Il regarda ensuite dehors, la pluie tombait de plus en plus et la mer était agitée. Quel temps de merde, il était à peine quinze heures et voilà qu'il faisait un temps digne du mois d'octobre. Keiichi n'avait pas envie de sortir alors? Il préférait rester ici à risquer de se retrouver face à des problèmes de mathématiques? Ben dis-donc, il en avait du courage ce gamin! Le Londonien finit sa clope avant de revenir s'asseoir devant le piano, aux côtés de Keiichi.

"Tu sais jouer d'un instrument de musique? J'ai appris à jouer seul du piano, enfaîte c'est venu assez naturellement. Pour moi jouer de cet instrument, c'était comme une évidence. Apprendre ce que signifie telle touche et tout ce qui s'en suit fut un véritable jeu d'enfant pour moi. J'ai appris ça quand j'avais quoi... Quinze ans. On avait ce piano à la maison et ne sachant que faire de mes journées si on oublie le fait de rester au lit, j'ai décidé de me lancer dans une activité peu fatigante. A l'époque, malgré ma maladie, j'avais un caractère bien trempé, pire qu'aujourd'hui je crois. Comme toi, il m'arrivait de dire de la merde comme tu l'as fait plus tôt. Quand je me suis mis à faire du piano je me suis adoucit, bon je suis encore une grosse brute, mais je sais penser tout bas... Approches."

Voyant que Keiichi tardait à approcher, James passa son bras autour de la taille de ce dernier avant de le tirer vers lui.

" Je vais t'apprendre un petit truc simple...Et ne dis pas non! T'as droit à un cours de musique maintenant! Tu vois, à défaut de pouvoir aller se promener on va faire de la musique, chose qui risque de t'énerver si tu n'y arrives pas!"

Il sourit et prit les mains de Keiichi dans les siennes pour les positionnées sur le clavier.

"Je ne te frapperai pas si tu es une merde au piano, si t'es doué t'auras droit à un biscuit!"

Lui tapote gentiment la tête puis l'observe pour voir s'il ne fait pas la tête face à son nouveau cour improvisé!
James Evans

< FAN >
avatar

Messages : 367
Date d'inscription : 31/12/2010

Carte d'identité
Statut: Célibataire
Rencontres/Liens:
Particularité ?: A un caractère de chien.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Apprends-moi à vivre [PV Keiichi] Sam 5 Mar 2011 - 16:49

« Je ne vais pas te pardonner… Je suis désolé Keiichi. Ne le prend pas pour toi, je ne pardonne jamais ce genre de choses… Ça m’a fait beaucoup trop mal sur le coup et je serai un menteur si je te dis que maintenant je n’y pense plus… Ce n’est pas pour autant que je vais arrêter de te faire cours ! Tu viendras encore ici, je suis capable de tout te pardonner sauf ce genre d’erreurs, tu comprends ? »

Non, il ne pouvait pas comprendre ! Il avait bien l’impression que James se foutait de sa gueule. Ne pas lui pardonner, mais Keiichi à aussi quelque chose qu’il ne peut pas pardonner, le fait qu’il se soit manger des coups dans la gueule, ce n’était pas très chouette non plus. Surtout qu’il n’avait fait qu’une mauvaise plaisanterie que le plus âgé avait mal prit. « Vieux con d’mes deux ! » pensa t-il. Il commençait à le trouver sympathique, mais ses paroles l’avaient heurté au plus profond. Il aurait voulu l’envoyer chier encore une fois, claqué la porte et oublier son envie d’avoir un diplôme pour que ses parents soient fier de lui. Mais les appeler du jour au lendemain, leur disant : « J’ai un problème, j’fais la pute pour m’en sortir », ça ne valait pas le coup. Il ne voulait surtout pas leur faire de la peine, et ne pas être un fardeau pour eux. Il avait promit, il doit s’en sortir et seul. Dans sa réflexion, Keiichi n’avait pas remarqué que James avait posé sa main sur la sienne. Pourquoi ? Ce geste qui portait une attention sur lui, peut-être un geste amical l’énervait encore plus. Il n’avait même pas envie de lui répondre, mais il sentait un regard abusif qui se valait insistant à son égard.

« Alors, c’est quoi que tu as trouvé pour ‘t’accrocher’ ? Je sais que ça ne me regarde pas, mais en tant que ‘professeur’ j’aimerai bien savoir… Quoi que, j’aimerai le savoir même en tant que vieux con que je suis ! »

Maintenant, il n’avait plus envie de lui avouer quoi que se soit. Il lui avait tellement mit les nerfs que de lui dire « C’est grâce à toi » serait mal placé. Pourtant, il savait que quelque part, au fond de lui, James n’était pas si méchant que ça, mais c’était un connard aux premiers abords. Keiichi détourna la tête hors du champ de vision de James, il ne savait pas ce qu’il foutait et il s’en foutait complètement. La présence à ses côtés s’éloignait et revenait. Un poids se mit en plus sur l’espèce de banc qui accompagnait le piano. Il faisait la gueule. Il était dégouté.

« Tu sais jouer d’un instrument de musique ? J’ai appris à jouer seul du piano, enfaîte c’est venu assez naturellement. Pour moi jouer de cet instrument, c’était comme une évidence. Apprendre ce que signifie telle touche et tout ce qui s’en suit fut un véritable jeu d’enfant pour moi. J’ai appris ça quand j’avais quoi… Quinze ans. On avait ce piano à la maison et ne sachant que faire de mes journées si on oublie le fait de rester au lit, j’ai décidé de me lancer dans une activité peu fatigante. A l’époque, malgré ma maladie, j’avais un caractère bien trempé, pire qu’aujourd’hui je crois. Comme toi, il m’arrivait de dire de la merde comme tu l’as fais plus tôt. Quand je me suis mis à faire du piano je me suis adoucit, bon je suis encore une grosse brute, mais je sais penser tout bas.. Approches. »

Comment faisait-il pour oublier ce qu’il lui avait dit quelques minutes auparavant ? Ce mec était comme le feu sous la glace. Et son instrument de musique, il pouvait se le carrer au cul ainsi que son histoire. Ça lui ferait les pieds à cet emmerdeur. Mais alors qu’il voulait plutôt s’éloigner que se rapprocher, il sentit un bras l’encercler et le forcer à venir vers le vieux personnage qui se plaignait de tout et de rien à la fois.

« Je vais t’apprendre un petit truc simple… Et ne dis pas non ! T’as droit à un cours de musique maintenant ! Tu vois, à défaut de pouvoir aller se promener on va faire de la musique, chose qui risque de t’énerver si tu n’y arrives pas. »

Qu’est-ce qu’il pouvait le rendre plus énervé qu’il ne l’était déjà. Il bouillonnait, faire bouffer le piano dans la gueule de James, c’était tout ce qu’il souhaitait. Il le força en quelques sortes à poser ses doigts sur les touches, il n’en avait véritablement pas envie mais James ne le laisserait pas filer aussi facilement puisque ses mains par-dessus les siennes les tenaient fermement.

« Je ne te frapperai pas si tu es une merde au piano, si t’es doué t’auras droit à un biscuit ! »

Là, se fut la phrase de trop. Il rejeta d’un revers de la main celle de James qui les tenaient afin de pouvoir s’éloigner et ainsi faire face à James.

« Tu m’fais chier ! Tu m’emmerdes ! J’suis pas ton clébard, la musique j’en ai rien à foutre. J’ai voulu être sympa, mais tu m’as emmerdé dès le début alors j’ai agis comme tu le devais. Si tu ne veux pas me pardonner tant pis, si tu ne me donnes plus de cours, tant pis. J’aurai perdu temps. J’en perds en restant là de toute façon. Bordel de merde ! J’ai été con. J’avais cru pouvoir m’attacher à quelqu’un qui voulait m’aider, au final… C’est un grand con ! »

La bavure, encore une. Il avait les boules. Il se releva précipitamment au risque de se rétamer la gueule à cause du pied du banc qu’il avait shooté au passage et s’empressa d’aller dans le hall de l’entrée pour enfiler ses pompes et se barrer vite fait.
Invité

Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Apprends-moi à vivre [PV Keiichi] Sam 5 Mar 2011 - 20:53

James se recula d'un coup face à la réaction de Keiichi qui était totalement démesurée. Alors, c'était soit disant James qui n'avait aucun sens de l'humour alors qu'à ce moment précis Keii prouva tout le contraire. James tendit alors le bras, voyant bien son élève stupide se casser la gueule en partant comme ça. Il le suivi ensuite dans le hall où il l'attrapa par le bras avant de le plaquer contre le mur en approchant son visage à quelques centimètres de celui de Keiichi.

"Ok, je te laisse partir. Mais tu vas faire quoi de ta vie Keiichi, hein? Tu vas faire la pute jusqu'à ce que ton cul soit tellement démonté que le simple fait de t'asseoir deviendra un véritable suplice? Merde, je t'offre mon temps, je te donne tout ce que j'ai pour que tu aies une chance de réussir et toi tu gâches tout parce que tu prends tous mes mots de travers! Merde! Oui je suis un vieux con, oui je suis chiant, oui je suis violent, je suis tout ce que tu veux, mais je suis aussi le seul con qui bosse dans cette Résidence qui veux t'aider! Tu vas dire quoi à tes parents hein? "Donnez-moi des sous, mon boulot de salope me suffit pas"?! Si tu atteints mon niveau t'auras un job, une bonne situation, une chance d'avoir une vie beaucoup mieux que celle-ci! Bordel!"?

James soupira et reprit sa respiration. Il s'énervait, mais il ne voulait pas frapper Keiichi, il n'y avait pas de quoi. Une fois sa respiration à nouveau normale, il reprit.

"T'es jeune, t'es pire que con. T'es irrespectueux, toi aussi t'es pleins de choses à mes yeux, mais tues avant tout un jeune qui a une chance de s'en sortir!"

Il ouvrit alors la porte de son appartement et poussa Keiichi à l'extérieur.

"Tu vas avoir besoin de moi, un jour ou l'autre. Je le sais. Je suis là pour t'écouter et t'apprendre la vie! Il n'y a que moi pour faire ça ici! Pour les autres tu n'es qu'une pute ou un inconnu que l'ont a pas envie de connaitre. Tu n'es rien. Je sais qui tu es, je sais ce que tu vos. Même si je suis vieux et con, tu sais que ma porte te seras toujours ouverte... Même si aujourd'hui je te la claque à la gueule."

Sur ce, James claqua la porte à la gueule de Keiichi avant de retourner au salon. Il fit un peu de ménage avant d'aller prendre une douche, l'heure d'aller taffer arrivant à grand pas! Une fois lavé il enfila ses fringues de boulot avant d'aller chercher des clopes au salon. Les livres de cours était encore sur la table basse, le livre de Mathématiques ouvert à la page où Keiichi faisait des exercices un peu plus tôt. Il soupira et laissa tout dans cet état avant de quitter son appartement, une clope au bec en se disant que Keiichi et lui n'avait pas terminé de se voir.

James Evans

< FAN >
avatar

Messages : 367
Date d'inscription : 31/12/2010

Carte d'identité
Statut: Célibataire
Rencontres/Liens:
Particularité ?: A un caractère de chien.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Apprends-moi à vivre [PV Keiichi]

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Apprends-moi à vivre [PV Keiichi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours» Il faut vivre.» DARLING petit bichon facile à vivre (78) ADOPTE» L'art de bien vivre à Versailles [PV Henriette d'Angleterre]» Etiquette et savoir vivre
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Résidence Yamaguchi :: *Logements :: Appartement de James Evans-
Sauter vers:
]
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit