AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez|

Touch me, I wanna be dirty [ Raizo ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Touch me, I wanna be dirty [ Raizo ] Lun 3 Jan 2011 - 17:42

"Cela commence tout en douceur.
A la neuvième fois, il entre plus profondément. Là, se redresser... Expirer faiblement et retenir son souffle. Tendre ses orteils et prendre appui sur ses pieds. Dire qu'on a la tête qui tourne même si c'est un mensonge... Et au moment où il accélère... pousser un long soupir.
[...]
Tenir la verge bien fermement entre ses lèvres et faire neuf allers-retours très profonds. Puis revenir doucement sur le gland et le caresser lentement avec la langue.

-J'ignore pourquoi.. Mais je sais exactement quoi faire.
Comment incliner la tête, quel regard adopter.. Comment lécher, comment bouger...


Les courtisanes sont censées exceller dans l'art de la séduction... mais parfois.. "
Sakuran



    Là furent les premières pensées de Horide Isuzu, ce matin là à son réveil.
    Dans des draps blancs.. des draps de soie, la jeune femme était perdue. Noyée dans cette douceur sordide, le matin se levait et elle n'était pas dans sa chambre. Bien sûr, elle était habituée, si habituée que son regard se porta automatiquement sur l'oreiller à sa gauche. Et ce fût sans aucune surprise qu'elle y trouva déposé une grosse liasse de billets. C'était son extra.
    Soupirant, la jolie métisse sortit de ce lit répugnant, elle était épuisée par cette nuit. Nuit où elle n'avait pas eut le temps de s'ennuyer, nuit pas des plus agréables... Aussi, son seul souhait était de sortir de cette pièce afin de retrouver sa suite et surtout, surtout, de se laver. Effacer, comme chaque matin, toute trace d'un quelconque homme sur son corps si parfait.

    Arrivée chez elle, du moins dans la pièce qui lui servait de logement, Isuzu rangea l'argent dans son portefeuille et sans se perdre dans d'autres actions futiles, elle se lava. D'abord sous l'eau froide, afin de ménager sa peau et de vite vite et bien nettoyer chaque partie de son corps. Une fois l'inspection faite et détaillée, Horide-san pût s'adonner aux joies de l'eau chaude. L'eau chaude, c'était l'instant propice à la réflexion. L'instant où sa peau précédemment sollicitée pouvait de nouveau se relaxer dans sa nouvelle propreté. L'eau chaude, c'était l'instant où la Japonaise oubliait ses aléas du soir et se réjouissait du peu de liberté dont elle jouissait : elle avait beau appartenir aux Yamaguchi, de façon concrète elle n'appartenait à aucun homme. Tout ceux qui venaient payer afin de la posséder une nuit, n'était peut-être que pitoyables puisqu'en effet ils payaient pour l'impossible, et repartaient satisfaits d'avoir pût selon eux posséder l'une des plus jolies créatures qu'ils leur ai été donné de voir. Mais le désir, le plaisir, incite à la dépendance. Et c'est ainsi qu'ils revenaient, sans jamais se lasser. C'était ainsi qu'au lieu de la posséder de plus en plus, ils offraient à leur façon la liberté à cette chatte aux allures apprivoisées. L'argent. L'argent ne fait peut-être pas le bonheur dit-on, mais l'argent fait bien des choses, et pour Isuzu, en ce moment même, l'argent était crucial. Mais revenons-en à l'eau chaude.
    L'eau chaude était donc cet instant de la toilette où la jeune courtisane pouvait penser, délibérer, soupirer, se moquer, pleurer, s'endormir, chanter.. Son premier instant de liberté. Et ce matin là, dans sa douche, sous cette eau chaude, la belle souriait. Elle souriait car elle ne travaillait pas le soir qui arrivait, et comptait donc bien profiter.

    Nous avons tendance à penser qu'un plombier, une fois le boulot terminé, rentré chez lui il n'aimerait sûrement pas avoir un robinet à déboucher. Qu'un professeur de mathématiques, le boulot terminé, rentré chez lui, il n'aimerait pas enseigner cette matière à quiconque une fois de plus. Qu'une femme de ménage, rentrée chez elle, le boulot terminé, n'aimerait certainement pas avoir à récurer ses chiottes et passer la serpillère ! Et bien pour Isuzu, c'était l'inverse. Isuzu, une fois retournée dans sa chambre, sachant sa journée libre, le boulot terminé.. cela ne lui posait aucun problème d'avoir à recoucher ensuite le soir avec une autre personne. Cela lui était même essentiel à vrai dire. Savoir, se rappeler parfois, que l'on peut choisir nos conquêtes, que l'on peut mettre soit même le grappin sur quelqu'un. Ou bien au contraire, voir une autre personne tenter par tout les moyens de nous séduire, sans que cette dernière pense que cela lui est dût : elle a payée.
    Oui, il était essentiel à Isuzu de re-goûter parfois aux petites joies de la vie, autre que ses essentiels passe temps tels qu'acheter des vêtements de luxe et boire de l'alcool.

    Pour l'après midi, la belle devait juste servir de "Geisha" aux "Pêchés Gourmands". De 12h à 17h elle s'attela alors à ce travail qui la fascinait tant. Vêtue comme une geisha, coiffée (bon certes, une perruque) comme une geisha, maquillée comme une Maiko, elle était le fruit exquis et inaccessible du restaurant. Elle riait aimablement avec les clients, leur servait le vin ou le thé, puis s'en était tout.
    C'était une ambiance qu'elle aimait bien ça, une ambiance reposante avec un personnel composé de "collègues" agréables et amusantes avec qui elles s'échangeaient parfois leurs expérience de la veille. Chose drôle.

    Cet en-cas terminé, arriva l'heure de la sieste.
    Heure tendrement savourée jusqu'à ce qu'arrive le soir, heure de fête. Ce jour-ci, l'heure de fête serait surtout, du moins elle l'espérait, heure d'amusement. Puisque dans la journée, elle avait trouvé, au tableau à son adresse quelques mots, comme d'habitude, mais un plus particulier. C'était une personne, sûrement un homme, allez savoir. Qui proposait un rendez-vous à Isuzu, le soir même dans une boîte populaire de Harajuku. Cette personne disait porter une casquette NY en signe distinctif et proposait une première rencontre aux vestiaires, aux alentours de 1h.

    Premièrement, la belle avait hésité, puis..joueuse et déraisonnable, elle décida de s'y rendre. Premièrement par curiosité, secondement par envie de s'amuser, troisièmement par intérêt. Il n'y avait pas de "quatrièmement : car elle était flattée", c'est en toute modestie que je vous annonce que la jeune femme était tout à fait au courant de ses atouts.
    Et ce fût en toute modestie bien sûr que la jeune femme se prépara.

    Une robe rouge, ah ah.. c'est qu'on était d'humeur provocante. Rouge, le rouge, existait-il de couleur plus provocante ? Surtout lorsque cette couleur était celle d'une robe plutôt courte mais surtout moulante portée par une plantureuse jeune femme ?
    Les cheveux soigneusement ondulés, des boucles d'oreilles, un sautoir et des escarpins couleur argent, allant de paire avec les bijoux. Le tour était fait. Enfilant son manteau, Isuzu sortit et appela un taxi.

    Spoiler:
     

    Heure prévue. Quoi que peut-être légèrement en retard, c'était la règle : savoir se faire désirer. Heure prévue pour la jeune femme, elle entra sans soucis dans la boîte et, tout naturellement, elle alla aux vestiaires, payant son ticket afin qu'on lui garde son manteau. Ceci fait, elle jeta enfin, pour la première fois, un oeil autour d'elle, scruttant les têtes, scrutant une casquette NY. Casquette qu'elle trouva peu de temps après, le visage qui la portait était un visage malin. Un visage craquant, taquin, beau mais aussi familier. S'approchant de ce jeune homme, car oui il ne paressait pas dépasser la vingtaine, il devait même sûrement être au début de sa vingtaine, Isuzu s'arrêta derrière lui, celui-ci s'étant tourné la cherchant probablement.

    - Kon-ba-wa

    Avait-elle doucement susurré à son oreille, cherchant à le surprendre et observer sa réaction. Là, elle lui sourit.

♠♦♦♠



Meow <3




Dernière édition par Horide Isuzu le Mer 30 Mar 2011 - 20:29, édité 1 fois
Horide Isuzu

< ADMIN. TOP ONE RESIDENTE >
avatar

Messages : 1138
Date d'inscription : 26/08/2010

Carte d'identité
Statut: Célibataire
Rencontres/Liens:
Particularité ?: Epileptique, origines Coréennes, besoin de lunettes pour la TV, lire, le PC..
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Touch me, I wanna be dirty [ Raizo ] Lun 3 Jan 2011 - 21:32



- Je suis sûr que t'en es incapable, elle est trop bonne pour toi.
- Rêve, je me la fais quand je veux.
- Elle posera même pas les yeux sur toi, c'est les mecs mûrs et bourrés de fric qui l'intéresse, c'est une princesse.
- Les princesses n'ont pas toutes les mêmes envies, crétin.

Raizo poussa la chaise et quitta la table, délaissant son jeu de poker à découvert sur le tapis. Un pari venait d'être lancé, et ce dernier concernait Horide Isuzu, une des résidentes de la Résidence Yamaguchi. D'un point de vue extérieur, la jeune femme semblait tout ce qu'il y avait de plus prétentieux et inaccessible, semblant ne chercher que richesse et pouvoir. Pourtant, Raizo voyait en elle tout autre chose. Il l'imaginait plutôt gentille, voire drôle. Le genre de femme dont on apprécie la compagnie et qu'on souhaiterait revoir plusieurs fois. Bien que le jeune homme soit un coureur de jupon, il aimait prendre soin de chaque jeune femme dont il croisait le chemin pour leur laisser un délicieux souvenir.

Aussi il faut avouer qu'il y avait autre chose que son caractère qui attirait Raizo; c'était la femme typique qu'il croisait dans ses rêves, dans ses fantasmes. Pulpeuse à souhait, coquette, élégante, soignée, et bien d'autres adjectifs encore qui pourraient la décrire. Plus âgée que lui, mais aussi certainement plus mature, son élégance n'avait n'égale que sa pure beauté. C'était un défi pour lui que de vouloir être à ses côtés le temps d'une soirée, mais encore plus de la terminer en beauté.

Le temps n'attendant guère, le jeune homme se munit d'une feuille qu'il imprima d'un peu d'encre. Il ne signa pas, puisque cela était anonyme. Piéger la belle? Jamais. La surprendre? Bien sûr. Les princesses avaient tendances à apprécier être surprises, c'est donc cette carte qu'il allait jouer ce soir. Le papier fut déposé près du tableau d'affichage durant l'après-midi, pour être sûr qu'elle ne soit pas à proximité.

Le ciel s'assombrissant et les heures passant, Raizo se rendit dans sa suite pour aller se changer. Ce soir il laissait tomber les tenues hip-hop pour se vêtir d'une façon plus élégante, qui aurait pour point positif de le vieillir un peu. Isuzu n'appréciait peut-être pas les hommes un peu hors-normes, qui fanfaronnaient en baskets et baggy délavés. Elle semblait être une femme raffinée appréciant la délicatesse, ne serait-ce que dans les tenues qu'elle portait ici-même à la résidence.

Pour être franc, cette jeune brune l'intimidait un peu. Elle dégageait une aura impressionnante et semblait toujours sur d'elle, logée sur ses talons qui rendaient ses jambes si jolies. Oui il avait déjà passé des minutes à l'observer, à étudier ses faits et gestes... Ça fait un peu psychopathe non? Lui avait juste fait ça pour se renseigner sur ses horaires en essayant de comprendre ses allées et venues dans les couloirs.

Après une bonne douche qui sembla s'éterniser des heures, le résident ouvrit les deux portes de sa garde-robe, s'installant nez à manches avec ses piles de vêtements. La question était: Que mettre pour l'impressionner? Il possédait quelques chemises, des vêtements plutôt classiques. Farfouillant de ce côté, il dégota une jolie chemise blanche et un débardeur qui allait avec. Le bas à présent... Pour compléter la tenue, il choisit un pantalon noir assez simple, quoique les poches arrières étaient un peu déchirées et décorées de quelques strass, rien de trop flashy. Il s'habilla pour voir si le tout allait ensemble et trouva le résultat assez joli, il garda donc cette tenue. Les chaussures étaient elles aussi noires et assez simples pour ne pas choquer. Cela changeait vraiment le morveux de ses tenues habituelles multi-colores.

L'heure cruciale arriva, il ne pouvait pas attendre car faire patienter une demoiselle était très mal vu, et c'était souvent bien l'inverse qui se passait. Toutes semblaient apprécier arriver quelques minutes en retard, avec un grand sourire pour se faire pardonner... Et cela fonctionnait toujours, malheureusement.

Passant une veste noire assez légère et une casquette de la même couleur, il sortit en direction de la ville en empruntant quelques moyens de transport avant d'arriver à destination. Pour la première fois de sa vie certainement, le brun était nerveux. Cette femme était déjà un cran au dessus de toutes celles qui avaient pu emplir son précédent tableau de chasse, et cela le rendait anxieux... Quelle allait être sa réaction quand elle le verrait? Elle pourrait l'embrasser tout comme le gifler, l'insultant d'obsédé sexuel ou d'on ne sait trop quoi encore, il y avait un tas de possibilité.

Comme prévu il se rendit aux vestiaires, et comme prévu elle n'était pas là. Une angoisse apparu lentement mais sûrement, il commença à se demander si elle allait venir, ou si elle avait rigolé en voyant le petit papier... Ah si elle avait rigolé, il se penderait, c'est sûr. Imaginez la honte! Il devrait brûler toutes ses casquettes NY jusqu'à la dernière et vive incognito pour le restant de ses jours.

Alors qu'il la cherchait des yeux dans la masse de gens, un doux souffle s'écrasa contre la peau de son cou, le faisant frissonner. C'était elle, elle était venue... Elle était venue bon sang. Tentant de ne pas perdre ses moyens, le brun se retourna, ôtant directement sa casquette qu'il posa rapidement près de sa veste. Ses yeux se baissèrent vers le visage de la belle, s'étonnant à nouveau de sa beauté. Il déglutit difficilement lorsqu'il aperçu la robe rouge qu'elle avait osé mettre pour ce rendez-vous... Malheureusement, il ne pu pas l'observer bien longtemps, cela aurait été malpoli de regarder son corps plutôt que ses yeux.

- Bonsoir

Il aurait voulu lui demander si elle avait mit cette robe expressément pour l'occasion ou si c'était juste une de ses tenues qu'elle voulait essayer pour voir si ça faisait de l'effet... Dans le deuxième cas il avait déjà la réponse; Oui. Elle ressemblait tout simplement à une déesse dans ce tissu à la couleur si flamboyante.

Pour ne pas paraître impressionné, le jeune homme lui adressa un de ces sourires dont il avait le secret, un sourire qui en avait fait craquer plus d'une par le passé, et aujourd'hui encore. Afin de débuter la conversation, il décida de commencer sur une note assez comique pour la faire sourire. Une fille qui s'amuse est une fille à moitié dans votre lit.

- Mes amis ont juré que vous ne viendrez pas, que ce genre de boite de nuit n'était pas de votre goût... Mais je suis content de voir qu'ils ont eu tord à votre sujet.

Un nouveau petit sourire et il ouvrit la porte qui menait à la salle, l'ouvrant pour la laisser passer, ne prononçant aucun mot car pour lui, c'était logique que la dame passe en premier. Seuls les crétins n'étaient pas au courant de cette règle.

La musique emplit soudainement l'atmosphère, ils ne pouvaient presque plus s'entendre. Raizo devait lancer le jeu s'il voulait gagner ce fichu pari, mais pour l'instant il ne savait pas vraiment par quoi commencer. Danser, boire un verre, s'asseoir dans un coin calme? Après tout, ils étaient venu ici pour danser, mais aussi pour faire connaissance. Il décida donc d'amener la belle à une table dans un coin plus calme. Il avait déjà vu ce genre de boite de nuit à la résidence, comme la panthère rose et d'autres encore. Il l'invita à s'asseoir et en fit de même.

- Je m'appelle Raizo, Akikane Raizo. Je travaille aussi à Yamaguchi mais je suppose que vous le savez déjà... C'est paraît idiot mais dès que je vous ai vu j'ai voulu vous inviter à sortir... Il attendit sa réaction et reprit ensuite. Vous vous attendiez à quelqu'un d'autre?

Il appela d'un doigt levé un des serveurs qui vint immédiatement vers leur table. Sortant un carnet un stylo, il s'apprêta à prendre notes des commandes. Pour commencer, Raizo voulait faire goûter quelque chose d'un peu spécial à la demoiselle, il voulait lui faire découvrir quelques nouveautés... Aphrodisiaques.

- Deux morita, merci. Le garçon s'en alla, il posa un regard malin sur la jeune femme, avec ce même sourire de tombeur. J'ai décidé de vous faire découvrir quelques nouveautés qu'on sert très rarement.

Les deux verres ne tardèrent pas à arriver, et il leva son verre en direction de la belle.

- À notre rencontre...

Portant le verre contenant du liquide de la même couleur que la robe d'Isuzu à ses lèvres, il eu un petit sourire avant d'en vider la moitié, reposant ensuite le verre sur la table.

- Vous aimez danser?


♠♦♦♠

    STRONGER THAN MY FEARS!



    Cute neh?:
     
Akikane Raizo

< CUTY PUPPY >
avatar

Messages : 387
Date d'inscription : 25/08/2010

Carte d'identité
Statut: Sous le charme
Rencontres/Liens:
Particularité ?: Possède un tableau de chasse avec des potes où il rapporte tous les noms de ses proies, les commentant et les notant sur dix ♣ Est un coureur de jupon ♠ Consomme de la cocaïne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Touch me, I wanna be dirty [ Raizo ] Mar 4 Jan 2011 - 0:45

    Un enfant.
    Ce fût la première chose à laquelle pensa Isuzu. Premièrement le ton -en son fort intérieur- le ton grave.
    Un enfant.
    La seconde fois qu'elle se répéta cela, son ton -en son fort intérieur- son ton était plus léger et agréable, elle en sourit même. Comme agréablement surprise. "Un enfant", ce n'était pas un terme péjoratif, non. Juste un constat. Car d'habitude, bien que cela n'était pas forcément le fruit de sa propre volonté, mais d'habitude les hommes qui osaient l'inviter avait au moins son âge. Et, peut-être à tord elle ne savait pas, mais elle jugeait cet homme là comme plus jeune qu'elle. Ce qui... l'amusa. Oui, disons que ce soir là la jeune femme était d'humeur au jeu. D'humeur à ne surtout, surtout pas se prendre la tête, à profiter de ce qu'il y avait de profitable et se coucher sereine par la suite. Pour ce qui était de la provocation, due simplement pour commencer par sa robe.. le résultat fût satisfaisant et, vous l'aurez compris, Isuzu avait très certainement des projets d'homme à offrir à ce dit "enfant".


    C'était un élégant jeune homme qui paressait vraiment jeune mais qui de ce fait n'en restait pas moins craquant. Il n'avait vraiment absolument rien à voir avec le genre d'hommes qu'elle fréquentait..ou le genre d'homme qu'elle avait fréquenté récemment.. Vraiment rien à voir. Toutefois, son côté "exclusivité" l'attira, et ne sachant pas combien d'années les séparait, elle avait l'impression d'être de ces femmes qui croquaient aux jeunes et jolis garçons. Seulement, elle ne savait pas si c'était voulut, ou par maladresse, mais le jeune avoua sans le vouloir peut-être ses intentions lorsqu'il dit :

    - Mes amis ont juré que vous ne viendrez pas, que ce genre de boite de nuit n'était pas de votre goût... Mais je suis content de voir qu'ils ont eu tord à votre sujet.

    C'était donc ça. Elle paressait inaccessible et du coup, sûrement que l'on s'amusait à se demander si oui ou non elle accepterait tel ou tel rendez-vous. Ceci la fit sourire, d'autant plus qu'il la vouvoyait. Chose en fait normale mais qui avait tendance à l'épuiser surtout qu'elle était persuadée qu'il travaillait à la Résidence. De ce fait, ils pouvaient se parler comme des amis.

    - C'est donc ça..

    Elle adressa un sourire poli et même chaleureux au jeune homme tandis qu'ils entraient pour de bon dans le vif du sujet : la musique frappant aux murs.
    Isuzu comptait attendre pour répondre à cette phrase là, elle ne comptait pas le faire dans le bruit ou pendant qu'ils se faufilaient entre les personnes, ce ne fût qu'une fois placés qu'elle répondit alors.

    - Alors tes amis juraient que je ne viendrait pas ?

    Elle eut un léger rire.

    - Je crois qu'ils m'idéalisent un peu trop alors. Je ne passe pas mon temps libre dans tel ou tel restaurant français. Mes soirées ne se font pas sur des yacht. J'aime les bons coins pour s'éclater et j'aime même manger au fast food. J'ai mes envies, mes curiosités..mes vices..

    Sur ce dernier mot elle reposa son regard sur lui tandis qu'il se présenta.

    - M'inviter à sortir ? Pourquoi ?


    Elle se mit à rire légèrement, une fois de plus.

    - Pourquoi spécialement m'inviter à sortir ?

    Là, il lui demanda si elle s'attendait à quelqu'un d'autre. Elle rétorqua "Evidement". C'était brutal, droit, sans tact. Mais en réalité ça n'avait rien d'hautain ni de méchant, puisque offrant un radieux sourire au prénommé Raizo, elle poursuivit.

    - Je m'attendais à quelqu'un d'autre..oui. Ou peut-être un client, qui m'aurait vu partir aussitôt arrivée d'ailleurs. Mais je pense surtout qu'en réalité je ne m'attendais à personne. Et c'est bien pour cette raison que je suis venue. Les surprises c'est toujours palpitant, c'est alors dans l'optique de me divertir que je suis venue. La surprise étant plutôt bonne, alors je décide de rester, de toute façon je ne fait rien ce soir. Mais dis moi, pourquoi une invitation anonyme ?

    Sur cette question, il y eut ensuite le serveur, puis vint l'alcool, le petit côté entreprenant qu'il avait était amusant, aussi elle leva son verre et trinqua, répétant ce qu'il venait de dire. L'un des vices de la jeune femme, c'était l'alcool. Aussi, ce cocktail lui allait à ravir, et ce qui la ravit d'autant plus ce fût la question de Raizo. Buvant une dernière gorgée, elle déposa son verre pas encore vide et sourit de nouveau.

    - Et comment. Allons danser, mais en revanche, s'il te plait. Tutoies moi.

    Sur ces mots, elle se leva de sa chaise et se dirigea vers la piste de danse. Là, la chanson l'inspirait moyennement, aussi elle bougeait légèrement, en rythme avec la musique évidement, sans faire preuve de rigidité. Puis, posant sa main sur l'épaule du Résident elle lui demanda son âge. Là la musique se fit plus entraînante, de ce fait : la danse aussi. Et c'est en toute sensualité et élégance que Isuzu dansait parmi tant d'autres. Parfois elle lançait quelques regards à son compagnon, des regards qui sans être vulgaires où explicites devaient en toute logique être assez perturbants. C'était ce genre de regards dont elle avait le secret et qui avait tendance à agréablement perturber les heureux élus. Le léger sourire au coin des lèvres puis l'attitude insouciante du "je danse et je suis innocente". Mais le "je danse et je suis innocente", devenait peu à peu du "nous dansons, et nous nous éclatons".


♠♦♦♠



Meow <3


Horide Isuzu

< ADMIN. TOP ONE RESIDENTE >
avatar

Messages : 1138
Date d'inscription : 26/08/2010

Carte d'identité
Statut: Célibataire
Rencontres/Liens:
Particularité ?: Epileptique, origines Coréennes, besoin de lunettes pour la TV, lire, le PC..
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Touch me, I wanna be dirty [ Raizo ] Mar 4 Jan 2011 - 16:42

Raizo avait donc eu raison en ce qui concernait Isuzu; elle n'était pas la femme que les autres pensaient qu'elle était. La jolie brune était bien plus que ça, et son joli sourire en disait long sur sa personnalité. Maintenant qu'il l'avait en face de lui, qu'il avait la chance de lui parler, ses premiers jugements à son égard se confirmaient, elle était drôle et n'avait rien à voir avec ces femmes qui ne cherchaient que luxe et argent, elle était beaucoup plus simple et se contentait d'une belle robe rouge pour sortir en boite. Un rien pouvait donc la rendre aussi belle et attirante que n'importe quelle autre femme que le jeune homme avait pu croiser. De plus, pour une prostituée, elle n'en avait pas du tout l'air. Dans son enfance, il en avait rencontré des tas, avait travaillé avec elles... Et le souvenir qu'il en gardait n'était pas bien joli. Sans même qu'elle le sache, la jeune femme était réellement intimidante, peu d'hommes normalement constitués ne devaient oser l'approcher. Elle avait de la prestance, le genre de prestance qui vous oppresse tellement elle se fait présente. Elle respirait l'assurance et la sûreté, c'en était même impressionnant. Pourtant, le jeune homme n'allait pas se laisser abattre pour si peu, il voulait profiter de son temps avec elle, mais surtout remporter le défi qui lui avait été lancé quelques heures plus tôt.

- M'inviter à sortir ? Pourquoi ? Je m'attendais à quelqu'un d'autre..oui. Ou peut-être un client, qui m'aurait vu partir aussitôt arrivée d'ailleurs. Mais je pense surtout qu'en réalité je ne m'attendais à personne. Et c'est bien pour cette raison que je suis venue. Les surprises c'est toujours palpitant, c'est alors dans l'optique de me divertir que je suis venue. La surprise étant plutôt bonne, alors je décide de rester, de toute façon je ne fait rien ce soir. Mais dis moi, pourquoi une invitation anonyme ?

Il eut un léger rire, la question était simple mais la réponse elle semblait plus compliquée à construire. Pourquoi un homme avait-il envie de sortir avec une femme? Pour de multiples raisons, et cela dépendait aussi de l'homme en question. En ce qui concernait Raizo, il y en avait plusieurs; d'abord, remporter un défi. Mais il n'allait pas cracher au visage de la jeune femme qu'elle n'était qu'un pion gagnant sur un plateau de jeu. Il doutait que cela lui brise le cœur, mais ce n'était pas vraiment poli. Puis il avait d'autres raisons, des vraies oui. Il la trouvait drôlement jolie, d'abord.

- Je crois que tu as attiré mon regard automatiquement... Bon tu dois faire le même effet à beaucoup d'hommes, et tous doivent te dire les mêmes phrases toutes faîtes trouvées sur le net... Mais non franchement, tu as l'air intéressante, et différente. Quoi qu'en pense les autres, je m'étais déjà fait une opinion sur toi et j'ai vu juste...

Le brun rit à nouveau, portant son verre à ses lèvres. Il était à présent presque vide, les quelques glaçons émergeant du liquide. La jeune femme semblait intriguée des raisons de cette invitation et posait de nombreuses questions... Il allait répondre bien entendu, mais parler trop vite au risque de dire une sottise n'était pas sollicité dans ce cas. Posant ses avants bras sur la table, il la regardait avec insistance.

- C'était justement pour l'effet de surprise, l'invitation anonyme. Je crois que tu ne devais pas t'attendre à un résident, et encore moins à quelqu'un de plus jeune que toi.

Il était content que cela lui ait plu, et qu'elle soit venue par curiosité. Car Isuzu aurait pu simplement penser que ce n'était que la blague d'un pervers, voire un pervers tout court. Pourtant elle était là, sous ses yeux à lui sourire. Ah son sourire... Ravissant vraiment, il illuminait son visage et le faisait totalement craquer. Puis ses lèvres soulignées d'une légère couche de gloss rose, les faisant scintiller sous la lumière des projecteurs. C'est comme-ci elles criaient "Embrasses-nous!". Sacrilège, il se devait de rester calme, mais surtout sage pour l'instant. Il n'allait pas se jeter sur elle, quoi que dans un de ses fantasmes il devait déjà l'avoir fait.

Lorsqu'il lui demanda si elle aimait danser, la jeune femme répondit positivement et se leva machinalement de sa chaise, se dirigeant vers la piste de danse. Amusé, le jeune homme fit de même et la suivit dans la foule, ne la perdant par des yeux. Perde un si beau trésor alors qu'il venait seulement de faire sa connaissance serait un sacrilège. Il arriva bientôt à sa hauteur, et lui sourit, alors que celle-ci dansait déjà au rythme de la musique. Puisqu'il faisait sombre, il n'eut aucune gêne pour se rincer les yeux, et c'est ce qu'il fit. Ses seins, la courbe de ses hanches, elle avait des formes sans en avoir de trop, elle était tout simplement magnifique, le fantasme de n'importe quel homme. Elle n'était pas de ces femmes japonaises sans forme et sans pétillant que l'on croise dans la rue, des sachets de course à la main. Isuzu elle, faisait partie d'un autre monde, son monde.

La main de la princesse vint se poser sur son épaule; un premier contact. Le jeune homme sourit, elle commençait à se rapprocher et à se faire plus osée. Même les regards qu'elle lui lançait avaient cette allure semblable, des regards qui sous-entendaient des choses, des choses plaisantes. Bientôt elle se rapprocha de lui, glissant quelques mots à son oreille. La belle lui demandait son âge, elle devait avoir remarqué qu'il était plus jeune que la plupart des résidents. Se rapprochant d'elle, et humant à la fois son parfum, il lui répondit au creux de son cou.

- Ce n'est pas l'âge qui fait l'homme demoiselle... J'ai 20 ans, mais ça ne change pas grand chose.

Peu importe. Il devait passer à l'action maintenant, puisque s'il possédait bien un point fort, c'était la danse. Le jeune homme sembla s'accommoder bien vite à la musique et il commença donc à bouger son corps en rythme, variant les mouvements, les rendant plus ou moins fluides ou plus ou moins saccadés. Maintenant plongé dans l'ambiance de la boite, il se libérait peu à peu, reprenant toute son assurance, il allait redevenir le prédateur qu'il était habituellement. Beaucoup de regards semblaient se perdre sur les courbes d'Isuzu, mais ce soir elle était avec lui et à lui, hors de question qu'il perdre sa proie d'une nuit. C'est pourquoi le jeune homme se rapprocha d'elle pour danser plus serré, posant une main au niveau de son bassin pour suivre les mouvements de la jeune femme.

Les différents projecteurs changeaient de couleur, de position, laissant parfois la salle entière dans l'obscurité. Cela créait une ambiance plutôt intime dont le jeune homme profita. Il se glissa dans le dos de la belle, glissant ses mains dans les siennes pour la guider dans la danse sensuelle qui venait de débuter. Raizo ne parlait plus, il pensait.

Le DJ changea alors de musique, en mettant une plus entrainante encore qui laissait place à une danse encore plus sensuelle que la précédente. C'était parfait, la musique était à présent de son côté, il ne lui restait plus qu'à l'utiliser correctement pour faire craquer cette déesse.

Les mains du jeune homme glissèrent sur les bras d'Isuzu, caressant ses mains puis ses doigts. Elles passèrent ensuite sur son corps, suivant ses courbes et caressant le tissu satiné de sa robe. C'était vraiment les genres de choses qui donnaient des idées tordues aux hommes, et vu ses regards et ses sourires, elle devait en avoir conscience... Peut-être avaient-ils tout deux la même optique pour cette fin de soirée?

Danser sur certaines musiques devenait presque une deuxième façon de faire l'amour à une femme. Regarder, toucher, caresser, savourer. C'est tout ce que Raizo était entrain de faire. À ce moment même, tout était dit. Les paroles ne servaient plus à rien, leur corps parlaient pour eux. Raizo se contenta d'écarter les cheveux de la belle brune, pour venir humer son parfum et embrasser son cou par la suite, la relâchant alors pour lui rendre sa liberté...




♠♦♦♠

    STRONGER THAN MY FEARS!



    Cute neh?:
     
Akikane Raizo

< CUTY PUPPY >
avatar

Messages : 387
Date d'inscription : 25/08/2010

Carte d'identité
Statut: Sous le charme
Rencontres/Liens:
Particularité ?: Possède un tableau de chasse avec des potes où il rapporte tous les noms de ses proies, les commentant et les notant sur dix ♣ Est un coureur de jupon ♠ Consomme de la cocaïne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Touch me, I wanna be dirty [ Raizo ] Mar 4 Jan 2011 - 19:39

    Apparemment, les intentions de Raizo étaient autres que simplement "ha j'ai vu une bonasse j'vais m'la faire". Ce n'est pas par naïveté que la surnommée Rin pensait cela, c'était par simple expérience. La bonne humeur dont faisait preuve ce jeune beau gosse confirmait ce qu'il disait, il s'intéressait vraiment à son..personnage. La jeune femme se demanda alors rapidement pourquoi l'avait-elle intrigué ? Mais elle n'en dit rien, sûrement que la réponse était : "Je crois que tu as attiré mon regard automatiquement...".

    Il y avait quelque chose que ce prénommé Raizo ne savait pas, c'était que non seulement Isuzu connaissait la boîte, mais aussi qu'elle appréciait beaucoup l'alcool. Par conséquent, elle se doutait qu'il n'avait pas choisit ce cocktail au hasard, et penser à cela l'amusa lorsque le jeune Résident répondit à sa question. Il avait vingt ans, soit trois ans de moins qu'elle. C'était à la fois peu et à la fois déjà quelque chose puisqu'il était tout juste majeur. Là, elle pensa furtivement que c'était triste. Il entrait à peine dans la vie adulte qu'il se trouvait prisonnier d'une misère comme la prostitution. Là elle se dit alors que son sort à elle était sûrement meilleur que le sien puisqu'elle était plus proche d'en voir la fin que lui. Toutefois sa réponse la faisait sourire, et aussi elle décida de chasser la Résidence Yamaguchi de son esprit, poursuivant sa danse.

    Lorsque son cavalier passa ses mains sur elle, ce fût avec plaisir que la belle métisse se mit à esquisser un sourire réservé continuant ses mouvements tantôt langoureux, tantôt "entre coupés", allant de paire avec la musique quoi. Elle savait que Raizo dont les mains glissaient sur sa robe, savourait certainement son déhanché. Elle savait très bien que cela évidement ne devait pas le laisser insensible. C'était le but. Ce soir, elle comptait bien mener la danse. C'était en toute politesse et affection qu'elle se laissait légèrement courtiser en ce donnant toutefois des airs de provocatrice qui n'avait pas dit "oui". Pourtant, tout était clair, la danse..les gestes. Mais Isuzu savait, à sa manière, faire planer un doute constant.
    Doute qu'elle songea à faire disparaître lorsque son cavalier déposa un baiser dans son cou.
    Ah.. Traître.
    Endroit sensible. Zone érogène. Source secrète que la nuque des femmes, endroit interdit et juste érotique. Endroit qui amenait directement à l'intimité d'une femme, celui-ci l'avait découverte et Isuzu avait frissonné de tout son long. Se donnant alors l'air réservé, comme pour mettre une barrière entre eux elle tourna la tête se détachant légèrement paraissant légèrement gênée. Mais il n'en était rien, c'était un jeu. Saviez-vous que prostituée voulait aussi dire actrice ? Non ? Maintenant vous savez.

    Arriva une des chansons que la Japonaise appréciait particulièrement, une chanson Coréenne, chose peu étonnante puisqu'à la mode.
    "Hot Issue" du girls band 4 minute.
    Passant le revers de son index sur le haut du torse de monsieur, madame l'invitait à danser. Joyeuse, elle dansait avec lui, le titillant gentiment se remettant dos à lui, se frôlant à lui ondulant le bassin. Et le pire, c'est que ceci fait sur le plaisir de la musique mais aussi le plaisir de provoquer : paressait totalement fortuit. A la moitié de la chanson : elle se retourna afin d'être face à lui. Ils étaient plusieurs dans la boite à chanter ou baragouiner la chanson. Elle aussi, connaissait les paroles, et c'est en toute gaieté, sourire aux lèvres, s'amusant parfaitement qu'elle chantait aussi délirant alors avec Raizo. D'autant plus lorsqu'elle fit le geste de l'appareil photo lorsqu'il y eut le "flash". Riant alors de façon toute à fait sincère, comme une enfant un peu coquine elle finit sur le "Boom boom shake your boom" avant d'annoncer au jeune homme qu'elle allait finir son verre.

    N'attendant pas sa réponse, elle sortit de la foule. Souriante comme à son habitude, Isuzu se délectait de l'état dans lequel le Japonais devait être. Peut-être pensait-il qu'elle allait partir, la soirée était finie et désolée jeune homme tu devras te débrouiller seul ce soir. Mais il n'en était rien.
    D'humeur exagérément bonne, Isuzu retourna au bar. Dégustant la fin de son cocktail elle repensait vite fait aux derniers jours.. aux dernières personnes qu'elle avait rencontré, elle poussa un soupire.. Puis se releva une fois son verre descendu, retournant dans la "fosse" espérant retrouver le Résident et ne pas avoir été prise à son propre jeu. Mais il était encore là, avec son air de jeune téméraire.. C'en était trop. L'air douce elle lui prit la main, comme si elle avait quelque chose d'important à lui dire.
    Suzu faisait parti de ces personnes un peu délirantes aux lubies parfois dangereuses ou totalement osées. Et pour elle c'était ça la vie : profiter à fond que plus tard on sera vieux. Déjà qu'elle vivait dans une prison de luxe, alors si en plus elle ne pouvait pas assouvir ses envies..

    Arrivés aux abords des toilettes, la belle se baissa, semblant rattacher l'une de ses chaussures tandis qu'une personne sortait. Se redressant alors, affichant un calme imperturbable elle fixa Raizo et entr'ouvrit la bouche, semblant commencer une phrase.

    - ...

    Mais à la place, Raizo eut droit à un sourire. Sourire qui voulait presque dire "je t'ai bien eut". Ne laissant pas le temps à son interlocuteur d'analyser se rictus, la belle le poussa dans les WC , puis dans une cabine particulière. La porte se refermant derrière eux, elle se colla contre, tenant le jeune homme par la chemise : elle embrassait son cou, faisait glisser sa chemise.

♠♦♦♠



Meow <3


Horide Isuzu

< ADMIN. TOP ONE RESIDENTE >
avatar

Messages : 1138
Date d'inscription : 26/08/2010

Carte d'identité
Statut: Célibataire
Rencontres/Liens:
Particularité ?: Epileptique, origines Coréennes, besoin de lunettes pour la TV, lire, le PC..
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Touch me, I wanna be dirty [ Raizo ] Mar 4 Jan 2011 - 23:40

    Une chanson sembla interpeller Isuzu qui se mit à chanter, danser, et faire quelques gestes que même d'autres sorteurs semblaient reproduire. Raizo lui, ne connaissait pas cette chanson mais continua quand même de danser au côté d'Isuzu, délirant avec elle même s'il ne connaissait rien aux paroles et aux gestes. L'appareil photo le fit sourire, elle devait bien connaître ce groupe pour pouvoir en reproduire les chorégraphies... Elle aimait donc la k-pop, il en apprenait de plus en plus sur la demoiselle sans même lui parler. Même si cette chanson plutôt féminine le dérangeait un peu pour l'exploiter, il se mit à danser comme le faisait tous les autres pour s'adapter à la demoiselle, qui prit ses aises et s'en alla d'ailleurs en plein milieu de chanson.

    D'abord frustré, le garçon se demanda ce qu'elle allait faire. Partir? Voir quelqu'un d'autre? Ensuite il la suivit des yeux, la poursuivre directement aurait fait trop... trop insistant, dans le genre "part pas j'ai les couilles pleines!" Non, lui savait y faire avec les femmes. Visiblement elle se rendait au bar, une petite soif peut-être, le jeune homme continua donc à danser en se persuadant qu'elle allait revenir le voir... Et c'est ce qu'elle fit. C'est avec un air doux qu'elle lui prit la main, le jeune homme ne résista pas... Résister à une créature pareille? Il fallait être fou. Elle mena donc jusqu'au devant des toilettes, ou elle se baissa, certainement pour rattacher correctement une de ses chaussures. Une personne sortit des toilettes et la belle se redressa ensuite, tirant Raizo derrière elle. C'était déjà chaud, mais là le jeune homme ne se sentait plus, elle avait mit le moteur en marche, dirons-nous poliment.

    Presque brusquement, il atterrit dans une cabine de toilettes dont elle ferma la porte, le saisissant par la chemise. Il s'en mordit la lèvre, tellement la situation devenait incongrue, mais loin d'être déplaisante. Pas une seconde de plus ne passa que celle-ci vint se poser contre son torse, venant visiter son cou. Le brun n'attendit pas non plus et posa ses mains sur le corps de la jeune femme, se délectant d'abord de ce merveilleux vêtement qui la mettait tellement en valeur, car bientôt il n'y en aurait plus. Alors qu'elle se contentait de la peau mate de son cou, le jeune homme lui, fit glisser la fermeture éclaire jusqu'en bas, dévoilant un dos aussi appétissant que joli, sa chute de reins ne semblant jamais finir. Il aurait voulu l'embrasser, savourer la moindre parcelle de peau et peut-être y laisser des marques... Mais il se l'interdit, la demoiselle semblait pressée de commencer.

    La faisant reculer contre la porte, son regard se posa sur son corps, accompagné d'un sourire malin. En d'autres termes, il lui faisait comprendre qu'il allait se l'approprier pour un instant, court ou long, cela ne dépendait que d'eux deux. Deux doigts se posèrent sur chaque épaule de la dame, faisant glisser les fines bretelles qui les couvraient encore. Comme un loup affamé, il vint alors poser ses lèvres charnues sur une des jumelles, en embrassant la clavicule qui roulait sous sa langue. Le parfum enivrant de la demoiselle attira le garçon vers son cou, qu'il vint parcourir et embrasser avec appétit, n'utilisant que ses lèvres cette fois-ci. Une fois, celle du haut saisissait une parcelle de peau pour la taquiner un peu, et la fois d'après, la lèvre du bas se contentait de lui infliger de douces caresses sensuelles. Pour l'instant, tout cela se résumait à une aventure, un jeu de découverte, de séduction.

    Les bretelles glissant le long de ses bras, le jeune homme fit couler le long de sa peau le tissu carmin, plus bas encore, découvrant sa douce poitrine et le début de son ventre, ventre fin, pourtant pas chétif. La moindre parcelle de ce corps semblait avoir été fabriquée des mains de la déesse Aphrodite, pour que chacune puisse répondre aux fantasmes d'un homme. Ses mains descendirent alors le long de ses bras, rejoignant sa taille qu'il saisit sans trop de force, ne souhaitant pas marquer cette peau candide et si exquise. Ses lèvres, bien plus que curieuses ce soir se permirent de descendre plus bas, elles aussi. Jalouses des mains, elles suivirent les courbes que formait le buste de la demoiselle, pas fortement menu mais très plaisant. Tous les hommes ne rêvaient guère de la même chose, certains aimaient les fesses fournies, d'autres les seins, et d'autres se satisfaisaient d'un joli sourire et d'un corps enviable. Isuzu elle, en plus d'un joli corps possédait un charme inégalable qui faisait que n'importe qui pouvait tomber sous son emprise. Si elle le voulait vraiment, elle aurait pu manipuler des tas d'hommes.

    Raizo fit céder l'unique serrure qui le séparait des monts de plaisir de la belle, le soutient-gorge termina donc sa course au sol, choyant avec les premiers tissus qui avaient été ôté, eux aussi. Se redressant alors légèrement, il saisit le cou fin de la déesse entre ses doigts, caressant sa peau de son pouce. Ses lèvres s'approchèrent des siennes, et comme-ci elles étaient timides, elles effleurèrent à peine la commissure de celles d'Isuzu. Son regard noisette croisant le sien, il sourit légèrement et vient l'embrasser avec plus de conviction, jouant avec ses lèvres et s'amusant à les saisir très légèrement entre ses dents pour les relâcher ensuite. Il n'alla pas plus loin, il y a des femmes qui n'aimaient pas être embrassées par des inconnus, c'est pourquoi il laissa l'opportunité à la belle de montrer son envie, ou à l'opposé, de ne pas en redemander.

    Quittant alors pour la deuxième fois ce si beau visage, ses lèvres glissèrent le long de son buste, se noyant dans une dégustation de la peau si délicieuse que le corps de la jeune femme lui offrait. Comme par gourmandise, il saisit l'un de ses mamelons entre ses lèvres, s'y attardant avec insistance, le triturant, le taquinant, le faisant même rougir. Le sentant durcir sous ses caresses buccales, il accompagna alors son manège d'une main plutôt affamée elle aussi, qui vint posa sur son deuxième sein, le malaxant dans de doux mouvements, ne se faisant absolument pas brusque. Il aimait savourer la femme, c'est étrange à dire mais il n'y avait qu'avec ses mots qu'il pouvait qualifier ses actes. C'est comme s'il les mangeait, parcelles par parcelles. Il gardait de chacune un bon souvenir, la vague idée de leur parfum, de leurs caresses.

    Stoppant son jeu là, il rejoignit son cou le gâtant à nouveau de quelques baisers alors que sa robe finit, elle, par toucher le sol, semblant être tombée comme une pétale de rose fanée. Elle était de trop, comme elle. Son corps se dévoila entièrement à ses yeux, et le jeune homme n'en fit alors que plus flatté, elle s'offrait à lui sans réprimande et il n'avait encore reçu aucune gifle... Certaines n'appréciaient pas qu'il s'aventure trop bas, et trop loin dans leur intimité, si vous voyez de quoi je parle... Rhm.

    Revenant se poser contre elle, il ôta d'abord sa ceinture pour ne pas griffer sa peau par mégarde, c'aurait été un véritable gâchis que de la blesser en voulant lui faire du bien... Si vous suivez mon raisonnement; Il n'y a que les sadomasochistes et les fétichistes qui aiment qu'on les blesse en leur donnant du plaisir... Ou qu'on leur donne du plaisir en les blessant. Isuzu-san ne faisait pas partie de cette classe là, c'était une femme à qui un homme voulait donner du plaisir en lui faisant l'amour, et lui donner de l'amour en lui faisant plaisir. Voilà là les règles que le jeune brun s'était imposé pour cette nuit.

    Ses deux mains, un plus volumineuse que celles d'une femme (encore heureux), vinrent imposer leur présence sur la peau de la jeune femme, la peau qu'il n'avait pas encore embrassée: le bas de son ventre, son bassin, ses fesses, et ses cuisses. Sa langue coulant alors le long de son buste puis de son ventre, il ne s'attarda qu'un court instant au creux de son nombril, et en sortit ensuite pour rejoindre son bas-ventre et son intimité. Sa lingerie était aussi jolie que sa robe, et assortie avec... Tiens, elle l'avait prévu? Peu importe, le résultat était là, et la conséquence dans le boxer de notre ami. Sentant son excitation s'accroitre au rythme qu'il découvrait son corps, le jeune homme posa ses lèvres sur l'élastique de son bas, embrassant la frontière qu'il formait avec sa peau. Ses mains s'installèrent sur le haut de ses hanches et un doigt, de chaque côté, s'empara du fil unique pour le faire glisser lentement le long de ses jambes, laissant au jeune homme découvrir cette partie si intime et si discrète du corps d'une femme... Il n'y déposa alors qu'un seul baiser, juste au dessus du bourgeon qu'il aurait pu pourtant taquiner et se redressa ensuite, se contentant de la regarder d'une façon plus que concrète, ce jeu de regard semblant s'éterniser.

    Encore une fois, tout était dit... Tout était visible, surtout ce qui pointait sous son jean et qui semblait vouloir sortir et être choyé, lui aussi.


    [ Voilààà, j'espère que ça te plait ♥️ Que j'ai écris assez et que tu as de quoi répondre, demain quand tu liras j'serais pas là buhahah et comme t'as plus de crédit bah j'te le dis ici XD Ca fait blindé de temps que j'ai pas fais de l'hétéro alors j'espère que j'ai géré (h) Pis j'espère que t'as géré ta compo sinon j'te casse les dents Razz Amuse toi bien pour répondre car j'ai fais un tas d'action MUAHAHAHA... Lov u ♥️♥️]

♠♦♦♠

    STRONGER THAN MY FEARS!



    Cute neh?:
     
Akikane Raizo

< CUTY PUPPY >
avatar

Messages : 387
Date d'inscription : 25/08/2010

Carte d'identité
Statut: Sous le charme
Rencontres/Liens:
Particularité ?: Possède un tableau de chasse avec des potes où il rapporte tous les noms de ses proies, les commentant et les notant sur dix ♣ Est un coureur de jupon ♠ Consomme de la cocaïne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Touch me, I wanna be dirty [ Raizo ] Mer 5 Jan 2011 - 23:01

    Le genre de femme qui ne se respecte pas ? Isuzu ? Détrompez vous, vous êtes naïfs.
    Le genre de femme libéré qui se fait plaisir ? Isuzu ? Ah, bah vous voyez que quand vous voulez vous pouvez..

    C'était plus fort qu'elle. Ce n'était pas dût à un quelconque charme surpuissant, Isuzu trouvait Raizo craquant, vraiment, oui. Mais c'était pas ça, c'était un besoin, une pulsion. C'était presque comme si elle ne l'avait plus fait depuis longtemps. Alors qu'au contraire elle avait une vie sexuelle peut-être même trop active puisqu'en plus d'en faire un métier il y avait aussi un nouveau "sex-friend" comme on dit. Et disons qu'ils se voyaient de façon récurrentes avec parfois quelques trous. Peut-être était-ce la période de trou qui faisait que... ?
    Non non, rassurez vous. Isuzu n'avait rien d'une nymphomane, en réalité elle pouvait très bien ne pas avoir de rapport durant une certaine période, c'est ce qu'elle faisait d'ailleurs lorsque son anniversaire arrivait : en général elle partait quelques jours. Il faut avouer que de ce côté là, la Isuzu de base et celle d'aujourd'hui n'avaient rien à voir. Je disais donc qu'elle était bien évidemment capable de ne pas avoir de rapports mais elle éprouvait un désir intense pour son "amant" et une curiosité sans pareille pour le jeune homme de ce soir.

    Et autant dire que ce jeune homme semblait attendre cet instant dés qu'il l'avait vu dans les vestiaires. Non.. en fait il devait attendre cet instant dés qu'il l'avait vu pour la première fois. Du moins c'était ce que ressentais la belle lorsque ce dernier parsemait son corps de baisers, le découvrant peu à peu. Ce dernier s'appliquait, ou savourait. En fait c'était les deux, il s'appliquait à déguster Isuzu qui elle, dans une autre optique, s'étonnait déjà même du simple fait qu'il lui ôtait sa robe.. son soutien gorge. Avouons qu'en réalité la jolie métisse s'attendait à quelque chose de plus.. "brute de décoffrage", on redresse la robe, j'te dé-zippe la robe et hop hop. Cela calma ses ardeurs, elle était légèrement prise de cours. Mais les baisers du prénommé Raizo la détachèrent rapidement de cet état, et elle ferma alors les yeux, sans même lui rendre ses baisers.. elle aussi à son tour savourait.

    Lorsqu'elle sentit les lèvres de son compagnon sur les siennes, elle r'ouvrit les yeux, le fixant. Celui-ci vint alors l'embrasser une fois de plus. Elle répondit à son baiser, souriant légèrement lorsqu'il mordilla ses lèvres, le laissant s'échapper.. descendre vers ses seins. Là elle fût prise d'un grand frisson et posa ses mains sur le torse de Raizo comme pour lui demander d'arrêter..mais ce n'était pas le cas. Seulement qu'elle retenait ses gémissements, ne laissant que s'échapper de chaleureux soupirs lourds de sens. Lorsque sa robe s'échoua au sol, l'air se fit plus net et elle pensa une seconde à ce que se diraient des clients intrigués par une porte bloquée en voyant ce tissus rouge au sol. Enfin, fallait-il que la curiosité de l'Homme aille jusque là..et elle en était capable. Aussi, sur le moment, l'instinct pratique revint. Mais merde, elle était nue dans des toilettes ? A cette pensée elle eut un rire, et le sourire de la fin ne déserta pas ses lèvres lorsqu'elle vit le regard que Raizo portait sur elle. Sans un mot elle lui ôta son débardeur (c'était pas encore fait), et caressant son torse d'une main, le laissa poursuivre cette fois si très attentive. Elle ne se contentait pas de ressentir mais observait aussi. Lorsqu'il embrassa son intimité, la jeune femme poussa un long soupir. Mais la suite n'arrivait pas. Elle baissa son regard vers le jeune Japonais et ne le quitta pas des yeux alors qu'il se redressait. Là elle haussa légèrement les épaules, regardant la paroi de la cabine avant de le regarder.


    - Alors..tu fais parti de ces hommes, tu mets les femmes nues dans les WC toi. Ha..

    Là elle le regarda et afficha un large sourire, presque enfantin. Baissant les yeux elle analysa son torse, torse impressionnant comment avait-il fait pour le former ainsi ? C'était un toxico du sport ? Son regard se posa plus bas et elle eut un sourire. Passant une main dans ses cheveux elle le tira ensuite d'un doigt "dans" le pantalon, elle le tira à elle. Caressant ses cheveux elle l'observait. Il avait l'air si innocent qu'elle se sentait presque vicieuse, mais le sourire qu'il portait sur son visage révélait tout de sa personnalité loin d'être angélique certainement. Et ses actes d'ailleurs en disaient longs sur son expérience personnelle. Aussi elle approcha son visage du sien et lécha lentement sa joue. Ensuite elle mordilla son oreille, puis descendit dans son cou tout en glissant une main sur son entrejambe. De là elle ouvrit sa braguette tandis qu'elle déposait de petits baisers sur son épaule. Plus provocatrice encore, le pantalon défait, elle glissa cette fois si sa main sur son boxer et pressa légèrement ce qu'il contenait. Puis, frottant à plusieurs reprises elle reposa sa tête sur la porte et posa un index sur les lèvres de Raizo. Il fallait dire que le regard de ce dernier, ainsi que son baiser sur son intimité avait suscité une envie chez elle. Arrêtant ses "pré-caresses" elle remontant sa main "provocante" sur le bas ventre du jeune homme.

    - Tu ne termines pas ... ?

    Dit-elle esquissant un léger sourire, quasi candide mais pourtant si .. explicite.Sur cette phrase la jeune femme s'amusait à frôler le torse que tant de filles devaient qualifier de parfait, avec ses ongles. Provocant ainsi de légers stimuli.

♠♦♦♠



Meow <3


Horide Isuzu

< ADMIN. TOP ONE RESIDENTE >
avatar

Messages : 1138
Date d'inscription : 26/08/2010

Carte d'identité
Statut: Célibataire
Rencontres/Liens:
Particularité ?: Epileptique, origines Coréennes, besoin de lunettes pour la TV, lire, le PC..
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Touch me, I wanna be dirty [ Raizo ] Ven 7 Jan 2011 - 22:54

- Alors..tu fais parti de ces hommes, tu mets les femmes nues dans les WC toi. Ha..

Un léger sourire malicieux vint décorer les lèvres du jeune homme alors qu'il la regardait d'un air taquin. Il ne pouvait guère lui avouer les raisons de cette mise à nu, et la laisserait donc croire qu'il avait voulu voir son corps de déesse en entier... Pour être une raison, c'en était une bonne. Avouer que chaque vêtement ôté valait une dizaine de points pour Raizo serait comme se jeter dans le gouffre ou s'offrir une bonne baffe et quelques insultes. Ce côté plutôt sombre, notre petit ange le cachait assez bien dans son jeu mystérieux.

Après un jeu d'échange de regards, la jeune femme ramena Raizo contre elle et posa sa langue sur sa joue, s'attaquant ensuite à son oreille, et enfin à son boxer. Il faut dire que des trois ce fut bien entendu le dernier qu'il apprécia le plus même si cela ne fut que de courte durée. Les doigts de fée n'effleurèrent sa verge durcie par l'excitation que quelques secondes, et remontèrent ensuite le long de son ventre musclé par le sport qu'il pratiquait au quotidien. Quand ce manège cessa, un de ses longs doigt prit place sur ses lèvres, comme pour l'empêcher de répliquer. Il appréciait énormément ce caractère un peu entreprenant de la jeune femme, et espérait qu'il allait prendre un peu plus de place pour le reste de l'acte... Il couchait souvent avec des femmes appréciant être dominées, soumises, et rares étaient celles qui tentaient une action de leur plein gré, une action que le jeune homme n'avait pas demandé ou prémédité... Voilà donc un point positif pour la belle Isuzu, qui lui vaudrait bien un 8/10 dans son tableau de chasse... Ce n'était pourtant que le début.

- Tu ne termines pas ... ?

Oh la gourmande. Se retenant de la nommer ainsi, il se contenta de lui offrir un petit sourire, et faisant glisser sa langue le long de son corps à nouveau, il se retrouva bien vite à genoux devant elle. La faire s'asseoir? Non, cela aurait été bien trop banale. Il appréciait pouvoir observer les contractions du ventre, le léger tremblement des cuisses, la grimace de plaisir qui s'affichait sur le visage... Tout ça faisait partie d'une sorte de petit rituel.

Ses premières caresses s'appliquèrent sur ses cuisses. Il les parcourait doucement, étudiant sa peau du bout des doigts pour la faire frissonner. Il remontait jusqu'à l'aine puis redescendait jusqu'à mi-cuisses, tournant autour de son intimité sans jamais la toucher, c'était pour lui une façon d'ouvrir l'appétit. Bientôt, ses mains furent remplacées par ses lèvres, de petits baisers, de légères sucions, quelques mordillements pour marquer très légèrement sa peau. Ces simples marques à peine visibles seraient déjà effacées à tout jamais dans quelques minutes.

Ne pouvant se contenter alors de ces simples caresses, le jeune homme remonta vers son pubis dont il embrassa la surface, attrapant sa peau entre ses lèvres pour ensuite lui rendre sa liberté. Il aimait beaucoup prendre son temps mais surtout faire patienter sa cliente du moment. Malgré que ce ne soit qu'un défi, il souhaitait tout de même lui fournir le plaisir qu'elle méritait. Embrassant le léger duvet qui recouvrait une partie de son intimité, il eut un sourire intérieur en pensant ce qu'il pourrait relater là dessus à ses amis. Bon cela n'avait rien de méchant car le sexe de la jeune femme était tout simplement magnifique.

Descendant ses lèvres un peu plus bas, il arriva enfin à sa vulve qu'il embrassa, langoureusement, jouant avec sa langue au début de celle-ci. Effleurant de temps à autre son clitoris, le but recherché n'était pas encore tout à fait de lui donner du plaisir, mais plutôt de la faire languir un maximum. Ses doigts voyageaient encore sur ses jambes, ne se mêlant pas encore au jeu qui venait de débuter. Raizo commença à explorer un peu plus son intimité, faisant glisser sa langue sur les lèvres extérieures, les parcourant de long vas-et-viens. Ensuite celle-ci se faisait plus curieuse et glissait à la rencontre des petites lèvres qu'il taquinait de ses dents, mais toujours en douceur.

Une des mains du garçon glissa dans son propre pantalon, caressant son pénis pour le garder en éveil alors que sa deuxième main vint se poser sur le sexe de la jeune femme qu'il massa un peu, jouant un petit temps avec avant de glisser un doigt en elle sans la ménager et sans la prévenir. Sa vulve était déjà humide de plaisir et semblait ne réclamer qu'une seule et unique chose, Raizo. S'amusant de la voir dans cet état, il commença quelques vas et viens avec ce doigt avant d'en ajouter un deuxième, sa langue ajoutant un petit plus à ce manège en taquinant son clitoris. Le brun se délectait de ses plaintes et réactions, il adorait voir le corps de la belle se cambrer sous ses caresses, semblant en demander toujours plus...

♠♦♦♠

    STRONGER THAN MY FEARS!



    Cute neh?:
     
Akikane Raizo

< CUTY PUPPY >
avatar

Messages : 387
Date d'inscription : 25/08/2010

Carte d'identité
Statut: Sous le charme
Rencontres/Liens:
Particularité ?: Possède un tableau de chasse avec des potes où il rapporte tous les noms de ses proies, les commentant et les notant sur dix ♣ Est un coureur de jupon ♠ Consomme de la cocaïne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Touch me, I wanna be dirty [ Raizo ] Dim 9 Jan 2011 - 19:00

    L'expression que prit le jeune homme lorsqu'il se baissa fît sourire Isuzu qui posa alors son pied sur la cuvette. Les gestes de ce résident faisait grimper en elle une petite fièvre de désir qui s'accentuait de plus en plus. La belle "sursautait" légèrement par fois, puis elle se crispait un peu. Aucun réel son ne sortait de sa bouche, seuls quelques soupirs réussirent à s'enfuir..
    Isuzu se cambrait. Les doigts dans les cheveux de son dévot elle fermait les yeux n'arrivant parfois pas à contrôler son corps. Lorsqu'il introduit ses doigts en elle, c'était presque comme un soulagement qui se faisait en fait supplice puisque sa langue satisfaisait à loisir les parties les plus sensibles de son intimité.

    Ne souhaitant pas ce soir être la bête qui se ferait dévorer, étant à présent tout à fait assez désireuse, Rin tira légèrement la tête de Raizo en arrière par la poignée de cheveux qu'elle caressait juste avant et empoignait à présent. Cela devait sûrement avoir désorienté le jeune homme, mais à vrai dire elle s'en préoccupait peu. Le prenant par le bras pour qu'il se relève, elle ne lui laissa même pas l'occasion de vraiment s'asseoir qu'elle le poussa assis sur les WC. Heureusement pour eux, la cuvette était fermée, sinon la situation se serait retrouvée plutôt idiote. Mais là, l'idiotie n'existait pas, seules les pulsions agissaient, vous savez qu'il ne faut pas faire confiance à l'eau qui dort non ? Si vous n'étiez pas au courant, pensez-y bien le jour où vous rencontreriez Isuzu car ce proverbe lui va plutôt bien, et sous ses apparences tranquille Isuzu est une femme surprenante.

    Enfin, je ne vais pas faire l'éloge de cette jeune femme abandonnée trop tôt à ses propres désirs.
    Raizo ainsi assis, la métisse caressait son épaule, remontant dans son cou puis tint son menton entre ses deux doigts redressant ainsi son visage, le fixant et caressant ses lèvres avec son pouce. Cela ne dura pas longtemps; Isuzu vint ensuite à califourchon sur sa proie du soir elle passa ses mains dans les poches du jean de celui-ci tout en souriant arborant l'air d'une sacré "coquine".


    Ce que cherchait la jeune femme en fouillant le jean du résident c'était une capote : qu'elle trouva et montra au propriétaire.

    - Je vois que nous avions les mêmes intentions depuis le début.

    Cela ne la vexa pas, ne la surprit pas plus que cela, cela l'amusait bien que cela aurait été plus drôle si ce jeune là n'avait eut aucune intention en dessous de la ceinture. Mais bon, rien qu'à sa réaction il avait été facile de se rendre compte que le prénommé Raizo attendait une fin du genre. Pourquoi donc ? Était-il si sûr de lui ? Avait-elle une réputation de fille facile ? Pourtant elle en avait déclinée des invitations de résidents.. Alors quoi ?
    Sans se préoccuper plus que ça de cette question, Isuzu baissa le pantalon du Japonais qui était à l'étroit depuis un petit moment. Sa réputation ? Bah, ce n'est pas dans la Résidence qu'elle allait vivre plus tard. Toute les personnes qui en faisait partie, mis à part ses deux amis, elle ne les reverrait sûrement plus et n'aurait plus aucune influence sur sa vie. Alors, si elle avait une réputation de fille facile cela serait vite corrigé puisqu'elle continuerait de congédier chaque brebis galeuses ou beaux jeunes hommes de la Résidence, comme à son habitude. Tout en pensant finalement à sa question la belle mettait le préservatif sur le membre du Résident privilégié. Ceci fait elle se suréleva un peu afin de le faire entrer en elle, s'agrippant à ses épaules, poussant un long soupir. Ensuite elle commença à lentement onduler son bassin, posant cette fois-ci une main sur son torse. S'inclinant de façon stratégique à leur plaisir, elle commença à accélérer le rythme tout en riant légèrement.

    - Autant dire que..Je ne l'ai jamais fait sur une cuvette WC.

    Elle se mit à rire de plus belle avant de mettre une main devant sa bouche, c'était un lieu public.


♠♦♦♠



Meow <3


Horide Isuzu

< ADMIN. TOP ONE RESIDENTE >
avatar

Messages : 1138
Date d'inscription : 26/08/2010

Carte d'identité
Statut: Célibataire
Rencontres/Liens:
Particularité ?: Epileptique, origines Coréennes, besoin de lunettes pour la TV, lire, le PC..
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Touch me, I wanna be dirty [ Raizo ] Mer 19 Jan 2011 - 17:45

Alors que le jeune homme vaguait doucement à ses occupations, une poigne dans ses cheveux le força à relever le visage, redécouvrant alors celui de la jeune femme. Celle-ci semblait avoir apprécié la chose, mais peut-être souhaitait-elle passer au stade supérieur, sans attendre? Quelle coquine...

Sans qu'il ne s'y attende, le jeune homme fut, d'une pulsion, envoyé sur la cuvette. Son dos cogna bruyamment contre le dessus des toilettes mais il se redressa pour ne pas faire plus de bruits que nécessaire, n'oublions pas qu'ils étaient dans des toilettes publics. La main de la jeune femme vint se poser sur son épaule qu'elle caressa, remontant alors vers le haut, passant le long de son cou, s'arrêtant sur son menton qu'elle releva légèrement. La voyant ainsi, le jeune homme sourit légèrement, affamé. Bon il n'allait pas la presser, il aimait beaucoup attendre bien que cela soit parfois douloureux.

Maintenant la belle à califourchon sur les genoux, il l'observa. De haut en bas, savourant la vue que cette position lui offrait. Car oui, malgré qu'il n'ait pas le dessus, cette position pour faire l'amour l'excitait grandement, il aimait voir, toucher, sentir sans rien faire... Juste observer. Notre brun, comme déjà dit, appréciait les femmes qui prenaient les devants et qui osaient. Ceci-fait, une main plutôt curieuse vint se glisser dans la poche de son jeans, semblant y chercher quelque chose de précis, de concret... Qu'elle sembla trouver sans trop de problème; une capote.

Pour vous dire la vérité, dès que le jeune homme sortait, il emportait avec lui une capote ou plusieurs, il était prévoyant. Presque à chaque fois il en arrivait à coucher avec une jeune femme dont il connaissait à peine le prénom, et mettre une inconnue enceinte ne l'enchantait guère, père à 20 ans, vous êtes fous? Comment pourrait-il s'occuper d'un gosse alors qu'il est prostitué et qu'il gagne de l'argent salement? Jamais. Déjà, il n'était pas encore prêt, et pas assez mature que pour subvenir aux besoins d'une femme et d'un enfant. Bref.

Gigotant la preuve sous son nez, la jeune femme ne sembla pour autant pas choquée ni subjuguée, après tout si ce n'avait pas été elle, si elle n'était pas venue, c'aurait été une autre. Cette trouvaille fut légèrement rire le jeune homme qui ne tenta pas de récupérer l'objet, tout en sachant bien qu'ils allaient s'en servir à l'instant.


- Je vois que nous avions les mêmes intentions depuis le début.


Hé oui, dans le mile. La déesse avait tout comprit, semblait-il. Et alors? Il n'y avait rien de mal à vouloir prendre du plaisir avec des inconnues après une sortie bien arrosée... Quoi que, ici ils étaient tous les deux encore très saints d'esprit, et tout à fait conscients de leur désir commun.

Plaçant alors le condom comme prévu sur le sexe raidit du brun, la jeune femme laissa glisser s'y laissa glisser, s'accrochant de ses deux mains aux épaules du jeune homme. Une onde de chaleur, de bien-être envahit alors le corps de Raizo qui creusa légèrement le ventre à cette nouvelle sensation, tellement délicieuse. La dévorant des yeux, il resta un instant sans bouger alors que cette dernière entamait déjà les vas-et-viens, ondulant joliment son bassin, juste sous ses yeux. Il n'y avait rien de tel pour exciter tous les sens de notre résident, qui se délectait alors de l'instant présent. Il ne souhaitait pas précipiter les choses, tirer son cou et partir. Il voulait faire cela dans les règles de l'art, comme toujours.

Le rire cristallin d'Isuzu fit sortir Raizo de sa contemplation, celle-ci semblait rigoler du fait qu'elle n'avait jamais fait cela sur un wc... Hé bien, il y avait une première fois à tout. Raizo, étant plutôt aventurier appréciait tester de nouvelles choses, surtout si elles semblaient promettantes, comme maintenant. Quelques doigts vinrent alors stopper ce rire, elle venait certainement se rendre compte qu'ils étaient dans un endroit public, ce qui fit sourire l'employé de la résidence... Tellement insouciante, pour une femme si mature.

- Ne nous fais pas repérer, ce serait gênant...

Pas pour lui, non, il n'était pas réellement pudique... Puis il faut dire que le faire alors qu'il y avait un risque de se faire attraper créait en lui quelques montées d'adrénaline non-contrôlées. Ayant laisser faire la jeune femme quelques minutes, il s'était contenté de quelques grognements non dissimulés, les mains posées sur le bassin d'Isuzu pour suivre son rythme. La patience passée, il commença alors une série de vas-et-viens, allant dans le sens contraire d'Isuzu pour les rendre plus profonds encore, le derrière de la belle brune claquant sur son bassin et ses cuisses.

De nombreuses minutes passèrent, Raizo ne cessait de changer le rythme, de stopper, de reprendre pour favoriser la multitude de sensations que pourrait ressentir la belle au cours de cette échange. Leur corps s'humidifiant légèrement dû à l'effort et à la chaleur ambiante, le jeune homme ne pouvait que savourer cela. La jeune femme était tout simplement sublime, et pas seulement car elle était entrain de lui faire l'amour.. En quelque sorte.

L'attrapant alors par le bassin, Raizo fit se relever Isuzu et quitta la cuvette sur laquelle il était auparavant assit. La jeune femme maintenant debout face aux wc, il passa derrière elle et la saisit par le bassin, collant à nouveau son corps contre le sien. Dans un premier temps, il ne fit que frotter son corps au sien, pour la faire patienter encore et encore. La jeune femme avait plusieurs possibilités, rester debout, ou bien s'accaparer les wc comme soutient, pouvant y poser ses mains ou encore un pied.

Cessant tout jeu, le jeune homme fit se cambrer la jeune femme pour pouvoir à nouveau se glisser en elle, reprenant les mouvements sans attendre. La saisissant par le bassin pour pouvoir s'y tenir, il souhaitait lui faire goûter à toutes sortes de sensations, variant ses vas-et-viens en elle.

Reculant ses cheveux ébènes, et les rassemblant sur une de ses épaules, il vint embrasser la parcelle de peau de son cou qui était alors libre. Il dégusta sa peau légèrement humectée comme jamais il ne l'avait fait auparavant, descendant sur son épaule.

Il n'y avait rien de plus sensuel qu'une jeune femme aux allures sauvages, le corps humidifié par les efforts, et les cheveux en pagaille. Ses mains s'installant alors sur son bassin, le jeune homme reprit une série de vas-et-viens, les variant sans cesse. Lent, brute, rapide, il souhaitait lui faire goûter toutes les sensations inimaginables.

Une de ses mains se faisant alors plus curieuses que l'autre, elle glissa sur sa peau et vint saisir un de ses seins d'une bonne poigne, s'amusant alors à le malaxer, mais surtout à en taquiner l'extrémité si sensible...

♠♦♦♠

    STRONGER THAN MY FEARS!



    Cute neh?:
     
Akikane Raizo

< CUTY PUPPY >
avatar

Messages : 387
Date d'inscription : 25/08/2010

Carte d'identité
Statut: Sous le charme
Rencontres/Liens:
Particularité ?: Possède un tableau de chasse avec des potes où il rapporte tous les noms de ses proies, les commentant et les notant sur dix ♣ Est un coureur de jupon ♠ Consomme de la cocaïne
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Touch me, I wanna be dirty [ Raizo ] Mer 2 Fév 2011 - 23:20

    HJ : Désolée si c'est pas terrible... j'ai du mal.

    Dans cette nouvelle position il n'y avait plus aucune intimité corporelle mais cela ne dérangea aucunement la belle Isuzu qui posa un pied sur la cuvette des WC et ses mains sur le mur. Observant furtivement celles-ci la situation l'amusa d'autant plus tandis que le jeune homme vint palper avec appétit l'un de ses seins. Ceci eut pour effet d'arracher à la belle un certain gémissement tandis que relevant la tête elle se cambra de plus belle. Leur échange sulfureux réchauffait la petite cabine et le silence de la pièce entière laissait soupçonner qu'ils étaient bel et bien seuls.

    Prenant la main gourmande de Raizo, Isuzu la fit glisser le long de son propre corps jusqu'à le mener à son intimité une fois de plus. La situation l'excitait à un certain point et elle dût se mordre la lèvre afin de ne pas gémir de façon trop peu indiscrète. Le cœur de la jeune femme s'emballa d'autant plus lorsque le son de la boîte de nuit pénétra dans la pièce avec un bruit de porte, puis..un bruit de pas. Il y avait quelqu'un, c'était certain. Aussi, le risque d'être entendu était grand et cette soudaine montée d'adrénaline poussa la Résidente à se mordre le doigt se contentant seulement de pousser de longs soupirs les uns plus explicites que les autres les deux mains sur le mur cette fois.
    La cure de plaisir prit fin comme en un accord commun entre les deux partenaires, qui après avoir brièvement repris leur souffle remirent les "choses" en place : les WC, eux mêmes, leurs vêtements, leur allure. Et tandis que Isuzu avait tout remis et qu'il ne restait plus que sa robe à fermer le jeune Résident lui s'apprêtait à remettre sa chemise quand la belle vint le pousser contre la porte. Là elle déposa un baiser sur la mâchoire du jeune homme et lui susurra un certain "ce fût amusant.." avant de se tourner dos à lui, rabattant ses cheveux vers l'avant afin qu'il referme sa robe.

    Ceci fait, constatant à l'oreille qu'il devait à priori n'y avoir de nouveau qu'eux deux dans les toilettes, Isuzu sortit et se lava les mains puis se recoiffa comme possible. Observant le reflet du jeune Japonais dans le miroir l'élégante jeune femme lui adressa un sourire. C'était un sourire à la fois satisfait et à la fois légèrement nostalgique. On ne pouvait pas vraiment trouver ce que signifiait ce sourire et ce regard là. C'était tout à fait différent du regret mais néanmoins cela était fort bien loin du regard de femme facile ou de nymphomane. Isuzu savait très bien ce qu'elle avait fait et pourquoi elle l'avait fait et ne ressentait aucun regret. Juste un sentiment étrange de plénitude mais à la fois un sentiment de néant. Quelque chose de complexe et de paradoxal dont seule la belle avait le secret.

    " A la prochaine, on se recroisera sûrement à la Résidence. Ce fût une agréable soirée."

    Passant une main dans la nuque de celui-ci et caressant ainsi ses cheveux, la Résidente observait son amant d'une nuit comme une jolie proie ou comme un certain bijou. Elle le fixa ainsi pendant quelques secondes avant de lentement retirer sa main et s'approchant de plus en plus de lui, jusqu'à ce que leurs respirations s'entremêlent dans la promiscuité de leurs lèvres elle prononça une phrase banale quoique surprenante.

    " Prends soin de toi. "

    Sur ces paroles la nymphe qu'était Isuzu franchit le pas de la porte pour disparaître des lieux et rentrer dans son foyer. Elle ne voulait pas laisser entrevoir une idée quelconque de fréquentation sexuelle habituelle entre eux deux puisqu'elle s'était simplement servit de ce tombeur pour cette nuit. Mais ce que comprit Isuzu, c'était que sur ce point là, même si elle avait remarqué comment Raizo la regardait, ils devaient néanmoins être sur la même longueur d'ondes. Et cet avis était fixé même si elle l'avait toutefois trouvé sympathique..mais ce plus comme un petit frère. Ce qui rendait alors cette soirée d'autant plus étrange.

    Une fois déposée à destination par son taxi, saluant Akito avant de remonter dans sa suite, la belle se coucha une fois préparée pour la nuit et ne trouva le sommeil que deux heures après, ayant réfléchit durant les deux heures d'insomnies.

    Et c'est avec le sentiment de s'être bien amusée qu'elle avait sombré dans les bras de Morphée.

♠♦♦♠



Meow <3


Horide Isuzu

< ADMIN. TOP ONE RESIDENTE >
avatar

Messages : 1138
Date d'inscription : 26/08/2010

Carte d'identité
Statut: Célibataire
Rencontres/Liens:
Particularité ?: Epileptique, origines Coréennes, besoin de lunettes pour la TV, lire, le PC..
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Touch me, I wanna be dirty [ Raizo ]

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Touch me, I wanna be dirty [ Raizo ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» 2.07 : Dirty Money» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]» Technique dirty !» 01. Girls just wanna have fun !» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Résidence Yamaguchi :: Boite de nuit-
Sauter vers:
]
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit